Taureau ailé

PB live - San Fermin

TNG - Les Ateliers-Presqu'île

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Découvert à l'automne sur la foi d'un album à se damner lointainement inspiré d'un célèbre roman d'Hemingway, San Fermin s'affirme comme l'une des plus fascinantes formations musicales de ces derniers mois. A sa tête, le jeune prodige Ellis Ludwig-Leone, formé à Yale et aux côtés de Nico Muhly, qui amène sa petite troupe au théâtre Les Ateliers, pour un PB Live en haute altitude. Stéphane Duchêne

Ludwig-Leone. Difficile de trouver nom plus doublement prédestiné au succès musical. Pourtant à l'adolescence, le jeune Ellis, fils d'artistes peintres, rêve surtout de basket-ball. S'il ne fera pas carrière, c'est en pratiquant ce sport qu'au lycée, il rencontre Allen Tate. Mais les deux partagent une autre passion, moins assumée, qui les rend définitivement inséparables : «Dans mon lycée, raconte Ellis, personne ne se souciait de musique. Trouver quelqu'un d'aussi passionné qu'Allen avec qui partager cela a été très important. On a alors commencé à travailler ensemble». Mais l'expérience tournant court, les deux amis se retrouveront plus tard.

Pour l'heure, Ellis file à Yale travailler à l'art de la composition, à la direction d'orchestre et surtout «à briser le schéma couplet-refrain». A la même période, il est l'assistant du protée musical Nico Muhly, lui-même ancien disciple de Philip Glass, avec lequel il apprend aussi à désapprendre : «Nico a été essentiel, avoue Ellis, il m'a beaucoup aidé à me décomplexer sur la question des frontières entre les genres musicaux. A réaliser que peu importe la musique qu'on fait, la seule question à se poser c'est : "est-ce que c'est bon ?"».

Orchestral indie rock

C'est néanmoins à la pop, avec laquelle il avait donc manqué son premier rendez-vous, que revient celui qui se voyait comme un aspirant Ben Folds et a usé l'Illinoise de Sufjan Stevens jusqu'à l'os : «A la sortie de l'université, confie-t-il, j'avais envie d'autre chose que tout ce sur quoi j'avais pu travailler avec mes professeurs. Je me suis mis à travailler sur les chansons dont j'avais envie. Même si je ne savais pas spécialement ce que j'allais en faire». Il a pourtant rapidement un projet en tête et c'est à Banff dans l'Alberta au Canada qu'il va s'assigner à résidence (d'artiste) pour en accoucher. Quelques idées l'accompagnent : celle d'un dialogue musical masculin/féminin et forcément amoureux et l'envie d'exploser les schémas. Une certitude aussi : la partie masculine sera entièrement dévolue à Allen Tate, intrigant jumeau vocal de Matt Berninger de The National.

L'enregistrement implique vingt-deux musiciens pour un album sur lequel il est impossible d'apposer la moindre étiquette esthétique – Ellis optant lui-même pour «orchestral indie rock». San Fermin, qui donnera ensuite son nom à ce qui n'a alors pas vocation à être un groupe, alterne ainsi les morceaux pop attrape-coeur (Sonsick, Bar, Daedalus (What We Have)), les ballades en clair-obscur (Methuselah, Oh Darling), les coups de poing à l'estomac (Torero) et des pièces entre musique de chambre et composition contemporaine (In Waiting, l'incroyable The Count). Des compositions que l'on peut butiner une par une mais qui forment également un tout dépassant la somme de ses parties :«J'ai été très attentif à créer l'équivalent musical d'un recueil de nouvelles indépendantes les unes des autres mais qui mises bout à bout formeraient un roman».

Corrida amoureuse

Ce roman, sublime, c'est celui de cet amour impossible entre un homme catastrophé par ses sentiments et une femme toujours distante, fatiguée de ses «mélodrames». Une histoire dont la phrase «I can't fall asleep into your arms» est le mantra sans cesse répété. «Il y a une friction permanente entre leur manière de voir les choses et de les exprimer» dit Ellis au sujet des deux amants. Et c'est de cette friction entre deux personnages de fiction que l'album tire toute sa beauté. A propos de Sonsick, l'une de ses pièces maîtresses, l'auteur propose une réflexion qui est aussi une clé de lecture pour l'ensemble du disque : «C'est une attaque de panique déguisée en fête. Ce qui m'intéresse, c'est ce qui se joue dans ce paradoxe». D'où sans doute cette fascination pour la manifestation taurine de la San Fermin qui donne son nom au projet.

Dans Le Soleil se lève aussi, autre histoire d'amour gâchée, dont une partie de l'intrigue investit ces étranges festivités de Pampelune, Hemingway écrit : «Personne ne vit complètement sa vie, sauf les toreros». Une phrase qui a fait son chemin dans l'esprit d'Ellis : «Je suis fasciné par ces gens qui risquent leur vie pendant les lâchers de taureaux ou à la corrida. Cette idée de vouloir se sentir plus vivant que jamais tout en frôlant la mort. C'est quelque chose que l'on peut retrouver lorsqu'on s'abandonne sans retenue à l'amour comme mon personnage masculin».

A la fin, funèbre, de l'album, on sera passé avec lui, avec elle, par tous les états. On ressort essoré comme après un encierro. Sur scène, la corrida amoureuse est assurée par huit musiciens dont Ludwig-Leone aux claviers et Allen Tate. Et même si le personnage féminin a changé d’interprète (après les filles de Lucius sur le disque et Rae Cassidy pour le tour américain voici Charlene Kaye) c'est bien sur la route, enfilant comme des perles les concerts sold out d'un bout à l'autre de l'Amérique, que San Fermin est devenu un groupe. Une manière de découverte de l'envers du rock pour celui qui continue de composer pièces classiques et ballets : « Avant de partir en tournée, de monter sur scène, on n'a qu'une idée très abstraite de la manière dont les gens perçoivent ce qu'on fait. C'est merveilleux d'être un jour à Vancouver, le lendemain à L.A., directement confronté au public qui apprécie votre travail le plus personnel et vous le dit. De vivre ça collectivement aussi, comme un vrai groupe». Quelque chose nous dit que ce n'est que le début.

San Fermin
Au Théâtre Les Ateliers, vendredi 18 avril

Infos pratiques et billetterie : http://www.petit-bulletin.fr/live/index.html

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 19 mai 2017 En Petit Bulletin Live à la Comédie Odéon le 21 mai, Thomas Dybdahl, c'est 15 ans d'une impeccable carrière et de morceaux à frémir. En 15 clips ou sessions live, 15 morceaux piochés au long de la riche discographie du songwriter norvégien, nous...
Jeudi 9 mars 2017 Prodige précoce de la mandoline et du bluegrass, compositeur hors-pair et touche-à-tout brillant dans l'art de la reprise décalée (Bach, les Strokes, Radiohead...) l'Américain Chris Thile viendra, lors d'un PB Live aux Subsistances, faire étalage de...
Mercredi 15 février 2017 Découvert en 2002 avec un chef d'œuvre notoirement passé sous le radar, ...That Great October Sound, qu'ouvrait un titre lourd de sens, From Grace, voilà 15 (...)
Mercredi 2 novembre 2016 Les PB Live, ce sont ces concerts un brin décalés que nous aimons partager avec vous, conçus avec nos amis de Rain Dog Productions, en des lieux peu visités et avec des artistes qui nous fascinent, mais encore peu mis en lumière. Voici le prochain.
Mardi 4 octobre 2016 Virtuose de la mandoline, Chris Thile a dépoussiéré cet instrument dont il est le plus solide représentant sur la planète. Véritable institution aux USA, il (...)
Mardi 19 avril 2016 Génie au destin contrarié et tragique, tiré d'une retraite que l'on pensait définitive par une poignée de fans français, Peter Milton Walsh aka The Apartments vient se livrer sur scène en trio acoustique.
Mardi 29 mars 2016 Jeudi soir 24 mars, c'est Gabriel Kahane, petit génie new-yorkais inconnu qui a continué, accompagné du Quatuor Debussy, l'année 2016 des Petit Bulletin Live, concoctés par Rain Dog Productions. Dans le Hangar des Subsistances, empli d'un public...
Jeudi 31 mars 2016 Virtuose aux talents multiples comme New York en a produit de bien beaux ces derniers temps, compositeur — au sens classique du terme — songwriter, storyteller, Gabriel Kahane est surtout un génie, d'une grande humilité, de la variation sur un même...
Jeudi 4 février 2016 On en n'avait même pas rêvé, Rain Dog Prod l'a fait : un PB Live avec les mythiques Apartments de Peter Milton Walsh, (vrai-faux) groupe australien à (...)
Mercredi 25 novembre 2015 Il y a peu, nous avions le regret de vous annoncer l'annulation du PB Live de San Fermin – le groupe ayant choisi de prendre ses distances (...)
Lundi 16 novembre 2015 Nous avons le regret de vous annoncer que le concert de San Fermin au Marché Gare, qui devait constituer notre deuxième PB Live de la saison, est (...)
Mardi 10 novembre 2015 La musique d'Ellis Ludwig-Leone, c'est à la fois Le Carnaval des animaux, Pierre et le Loup et Les Métamorphoses d'Ovide. D'abord parce qu'après le taureau (...)
Mardi 10 novembre 2015 Deuxième album, le foisonnant et explosif "Jackrabbit" et deuxième Petit Bulletin Live en deux ans pour San Fermin. À l'occasion de ce retour total et fracassant, Ellis Ludwig-Leone, seul maître à bord, nous explique comment un projet d'écriture est...
Mercredi 4 novembre 2015 Venue d'une région de Norvège plus poissonneuse que pétrolifère, la norvégienne Farao a à peu près autant d'idées musicales à la seconde qu'il y a de truites dans les (...)
Mardi 15 septembre 2015 À la faveur d'un concert d'après Fourvière au Lavoir Public, le 15 juin dernier, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) (...)
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Mardi 10 juin 2014 Ronan Siri a des airs d'adolescent mais une voix qui fait largement plus que son âge. A vingt-quatre ans, le jeune Lyonnais a déjà pas mal de bouteille. (...)
Vendredi 7 février 2014 Nous avons l'honneur et la fierté de vous annoncer que la première date de la tournée française de San Fermin, formidable octuor de Brooklyn que d'aucuns (...)
Mardi 28 janvier 2014 Le Londonien Benjamin Clementine a été la sensation de l’hiver musical, enflammant notamment les Transmusicales de Rennes. Il y a de fortes chances qu’il en fasse de même au Sucre pour la deuxième édition du Petit Bulletin Live. Attention claque en...
Lundi 9 décembre 2013 Le 17 novembre dernier, Rosemary Standley, Dom La Nena et leur projet "Birds on a Wire" ont plongé la Chapelle de la Trinité dans un état de grâce absolu à l’occasion de la première de PB Live. En exclusivité mondiale, le Petit Bulletin et Rain Dog...
Jeudi 17 octobre 2013 Pour la première édition de PB Live, Rosemary Standley et Dom La Nena se produiront à la Chapelle de la Trinité le 17 novembre en duo violoncelle-voix. Au menu : "Birds on a Wire", un répertoire de reprises surprenantes courant de Monteverdi à John...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !