Tom à la ferme

Tom à la ferme
De Xavier Dolan (Fr-Can, 1h42) avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal...

Même s’il affirme une sobriété inédite dans sa mise en scène, Xavier Dolan échoue dans ce quatrième film à dépasser le stade de la dénonciation grossière d’une homophobie rurale dont il se fait la victime un peu trop consentante. Christophe Chabert

Un discours d’adieu écrit à la peinture bleue sur du papier cul, une reprise des Moulins de mon cœur de Michel Legrand, une crise d’hystérie en bord de route : Tom à la ferme démarre en caricature du cinéma de Xavier Dolan, mélange d’immaturité et de pose qui nous l’a d’abord rendu insupportable, avant qu’il ne réussisse à en extraire d’authentiques fragments de sidération dans son beau quoiqu’inégal Laurence anyways. Surprise ensuite : le film adopte une sobriété inattendue pour raconter l’arrivée de Tom (Dolan lui-même) dans la ferme familiale de son ancien compagnon décédé.

La musique de Gabriel Yared, le climat lourd de menaces et quelques clins d’œil appuyés lorgnent vers le thriller à la Hitchcock, mais la peinture de cette famille hypocrite et sadique rappelle plutôt le cinéma de Chabrol, Que la bête meure en premier lieu. Dolan brouille ainsi les motifs qui conduisent Tom à s’éterniser sur les lieux du "crime" — désir de vengeance ? Volonté de témoignage ? Attirance-répulsion envers ses hôtes, et notamment le frère brutal, homophobe autant qu’homo refoulé ? — laissant s’installer une tension anxiogène qui met de côté la tentation du clip, péché véniel de son cinéma.

Que les bêtes meurent

Il faut reconnaître au cinéaste cette virtuosité dans la mise en scène, qui culmine lors de quelques séquences impressionnantes comme celle du tango dans la grange. Il faut aussi souligner la qualité du texte adapté ici — une pièce de théâtre de Michel Marc Bouchard — et du casting, en particulier la mère incarnée par Lise Roy, sorte de clone québécois de Christine Lagarde, en plus froide encore.

Cette virtuosité ne masque pourtant pas l’inconséquence d’un propos brossé à gros trait où les «rednecks» sont forcément lâches, aveugles et méchants, alors que le jeune pubard de Montréal est fatalement ouvert d’esprit et cultivé. Par un jeu de costumes — made in Dolan — et une chanson finale de Rufus Wainwright, Dolan tente de faire passer un sous texte assez flou où cette opposition serait aussi celle entre le Canada et les États-Unis…

Mais c’est surtout l’égocentrisme du réalisateur-acteur, aussi sûr de son discours que de son beau rôle de victime qui mine Tom à la ferme. Quand il ne s’autocélèbre pas complaisamment à l’écran, il se fait mousser par d’inutiles affèteries — comme le changement de format lors des scènes "d’action". Dommage, car cette incursion hors de ses terres habituelles aurait pu, avec un peu plus de modestie, donner une autre dimension à son cinéma.

Tom à la ferme
De et avec Xavier Dolan (Can-Fr, 1h42) avec Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Mardi 15 octobre 2019 À la suite d’un pari perdu, deux amis d’enfance (Matthias et Maxime) doivent s’embrasser devant une caméra. La situation les perturbe profondément et affecte leur relation, d’autant plus tendue que Maxime va partir deux ans en Australie. Ce baiser...
Mardi 8 octobre 2019 Même si officiellement le Festival Lumière ne débute que le lendemain, certains invités devancent l’appel et en profitent pour venir présenter leur film en (...)
Samedi 19 mai 2018 Avec Pawel Pawlikowski (Meilleur réalisateur pour Cold War), Stéphane Brizé et Lee Chang-dong en compétition ainsi que trois autres réalisateurs dans les sections parallèles dont Lukas Dhont, Caméra d'Or pour Girl, le distributeur et producteur...
Mardi 7 octobre 2014 De Xavier Dolan (Can, 2h18) avec Antoine-Olivier Pilon, Anne Dorval, Suzanne Clément…
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Mercredi 11 juillet 2012 Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si Laurence anyways est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe...
Mardi 21 septembre 2010 De et avec Xavier Dolan (Canada, 1h40) avec Monia Chekri, Niels Schneider…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter