Night moves

Night Moves
De Kelly Reichardt (ÉU, 1h47) avec Jesse Eisenberg, Dakota Fanning...

Kelly Reichardt suit patiemment trois terroristes écolos qui décident de faire sauter un barrage dans un thriller au ralenti où la dilatation du temps, la beauté de la mise en espace et les soubresauts des désirs qui animent le trio confinent à l’hypnose. Christophe Chabert

Au début de Night moves, Josh — Jesse Eisenberg, définitivement l’acteur 2.0, aussi lisse en apparence que trouble dans les profondeurs qui agitent ses personnages — et Dena — Dakota Fanning, à la présence sensuelle et magnétique — se rendent dans un happening d’écolos underground où est présenté un petit film expérimental et arty servant à galvaniser les militants. Kelly Reichardt, comme ses personnages, prend ses distances avec ce folklore-là, cette façon de faire de la politique sans jamais passer à l’action.

Pour Josh et Dena, rejoints ensuite par Harmon — Peter Sarsgaard — il va falloir se mouiller dans tous les sens du terme en allant faire sauter un barrage et rendre ainsi ce coin de l’Oregon à l’état de nature, loin de l’intervention industrielle et libérale ; pour la cinéaste, l’objectif est de raconter ce geste terroriste comme un thriller au ralenti, où l’acte final serait, telle la flèche dans le paradoxe de Zénon, découpé en une multitude d’actions plus petite observées avec un soin méticuleux et chargées de leur propre suspense : repérer les lieux, acheter le matériel pour fabriquer l’explosif, charger un zodiac dans une remorque…

La vraie nature du désir

Cette dilatation extrême du temps, qui rappelle celle pratiquée par Anton Corbijn dans son mal-aimé The American, s’accompagne d’une inscription extrêmement précise dans l’espace : la beauté de la mise en scène, sa capacité à captiver par-delà son parti pris de lenteur, tient entièrement dans la force du regard de Reichardt sur cette nature tantôt sculptée par l’homme — le hammam dans lequel Josh et Dena se retrouvent — tantôt laissée à sa majesté sauvage — la forêt que le trio traverse avant d’exécuter son plan.

Tout cela pourrait paraître assez froid et clinique — quoique résolument hypnotique — si Night moves ne prenait ensuite une tournure imprévue qui oblige à reconsidérer certaines séquences de prime abord anodines. Comme cette rencontre avec un campeur jovial et sympa, dont il faut calmer la sociabilité pour ne pas entraver la bonne marche de l’opération ; ou, plus discrète encore, la relation sexuelle entre Dena et Harmon, que Josh vit comme un instant de solitude et de frustration. Mais qui frustre qui ? À mesure que l’étau se resserre autour des terroristes, les désirs se commuent en pulsion criminelle et on comprend alors que derrière la tension des événements s’en cachait une autre, encore plus destructrice et explosive.

Night moves
De Kelly Reichardt (ÉU, 1h52) avec Jesse Eisenberg, Dakota Fanning, Peter Sarsgaaard…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 mai 2020 Un jeune couple pris au piège dans une maison-témoin diabolique doit élever jusqu’à l’âge adulte un bébé tyrannique comme tombé du ciel. Une fable de circonstances, entre "Le Prisonnier", "La Malédiction" et le mythe de Sisyphe. En VOD.
Jeudi 12 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Mardi 19 mai 2015 Après avoir atteint une sorte de Graal rock en enregistrant un "Off the Map" aride et plein de rugosités dans l'antre du mythique Steve Albini, H-Burns a, avec "Night Moves", ouvert grand ses écoutilles mélodiques en direction d'une Californie dont...
Mardi 15 juillet 2014 De Richard Aoyade (Ang, 1h33) avec Jesse Eisenberg, Mia Wasikowska…
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occuper à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Mercredi 4 juillet 2012 Poursuivant son exploration des métropoles européennes après Londres, Barcelone et Paris, Woody Allen se montre bien peu inspiré face à Rome, se contentant d’un poussif récit multiple où tout sent la fatigue et le réchauffé, à commencer par sa...
Vendredi 7 octobre 2011 Héros de la country-folk et du rock indépendant américains, le musicien et acteur Will Oldham, devenu Bonnie 'Prince' Billy, a toujours manœuvré entre la confusion des genres et celle des sentiments. Stéphane Duchêne
Mardi 14 juin 2011 De Kelly Reichardt (ÉU, 1h44) avec Michelle Williams, Paul Dano, Bruce Greenwood…
Mercredi 8 septembre 2010 De Floria Sigismondi (ÉU, 1h45) avec Kristen Stewart, Dakota Fanning, Michael Shannon…
Mardi 16 février 2010 Réalisée par Lone Scherfig et scénarisée par le génial Nick Hornby, cette comédie d’apprentissage sur une jeune Anglaise qui découvre l’amour et son amertume dans le Londres coincé du début des années 60 est une petite merveille. Christophe Chabert
Lundi 21 décembre 2009 De Jaume Collet-Serra (ÉU, 2h03) avec Vera Farmiga, Peter Sarsgaard…
Vendredi 20 novembre 2009 De Ruben Fleischer (ÉU, 1h20) avec Jesse Eisenberg, Woody Harrelson…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !