Conversation animée avec Noam Chomsky

Conversation animée avec Noam Chomsky
De Michel Gondry (Fr, 1h28) avec Noam Chomsky, Michel Gondry...

Superbe documentaire de Michel Gondry où il va à la rencontre du linguiste Noam Chomsky, et transforme leurs échanges en petit laboratoire animé où se dessine un portrait de Chomsky mais aussi un autoportrait touchant de Gondry en candide curieux. Christophe Chabert

D’aucuns aujourd’hui attendent de Noam Chomsky de grandes analyses sur la société médiatique actuelle, tâche à laquelle cet intellectuel engagé et vénéré s’est consacré ces dernières années. Mais ce n’est pas ce Chomsky-là que Michel Gondry est allé rencontrer ; c’est plutôt l’immense linguiste qui a étudié les modes de la communication verbale et non verbale. Et c’est peut-être avant tout un homme aussi simple dans son rapport aux autres qu’extraordinaire dans son parcours.

Il l’interroge donc autant sur ses théories philosophiques que sur sa vie d’adolescent précoce, son rapport à la religion et, dans une dernière partie bouleversante, sur l’amour fusionnel qu’il portait à sa femme disparue. Comme s’il devait au spectateur la même franchise et la même honnêteté que Chomsky a toujours eu envers ses étudiants et ses lecteurs, Gondry exhibe le dispositif avec lequel il a enregistré ses conversations : une petite caméra 16 mm qu’il fait tourner de temps en temps et dont on entend le ronronnement sur la bande-son.

Cette "matière première" — une parole en continu, des images discontinues — est ensuite transformée par le biais du dessin et de l’animation, les mots de Chomsky devenant des propositions visuelles, des associations d’images qui traduisent autant les idées du linguiste que les interprétations qu’en fait le cinéaste candide.

Échange de bons procédés

Au fil des chapitres, on en apprend donc autant sur Noam Chomsky que sur Gondry lui-même. En cela, le film est un acte de transmission, un véritable échange où il s’agit de donner quelque chose de soi à l’autre. Le plus bel exemple reste ce moment où Gondry confesse ses lacunes en anglais ; mais ce qu’il comprend de travers, il le métamorphose en proposition poétique, en imaginaire pur. Chomsky, qui étudie ce qui construit une conscience collective par la communication, reprend la balle au bond et intègre l’idée à sa propre grille d’analyse. Du savant à l’artiste passe alors un même désir d’invention et de création, ludique d’un côté, docte de l’autre.

De même, quand Gondry parle de la croyance de sa copine en l’astrologie, Chomsky ne se moque pas, affirme son refus personnel de toute superstition — religions comprises — mais explique que celles-ci soudent une appartenance à la communauté. On comprend alors que ce qui unit les deux, c’est une même bienveillance, une même curiosité envers le monde, un même humanisme. Belle conclusion d’un très grand petit film.

Conversation animée avec Noam Chomsky
De Michel Gondry (Fr, 1h28) documentaire
Sortie le 30 avril

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 16 mai 2017 Tant dans sa gestuelle que dans ses modes de collaboration et de création, le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui fait montre d'une exceptionnelle souplesse. (...)
Mardi 7 juillet 2015 Un road movie dans une voiture bricolée avec deux ados en marge de la jeunesse versaillaise : Michel Gondry signe un film simple et très personnel, qui carbure à l’humour et à la nostalgie.
Mardi 27 mai 2014 Au départ simple frat party réflexive pour professionnels de la profession, le European Lab est devenu au fil des ans un véritable festival dans le (...)
Mardi 8 avril 2014 Période faste pour le documentaire français en ce moment… Du coup, Les Écrans du doc, le festival consacré au genre au Toboggan de Décines n’a eu qu’à se pencher (...)
Jeudi 25 avril 2013 Avec cette adaptation du roman culte de Boris Vian, Michel Gondry s’embourbe dans ses bricolages et recouvre d’une couche de poussière un matériau littéraire déjà très daté. Énorme déception. Christophe Chabert
Jeudi 6 septembre 2012 De Michel Gondry (ÉU, 1h43) avec Michael Brodie, Teresa Lynn…
Jeudi 6 janvier 2011 Faute d’orientation claire et de script solide, The Green Hornet, comédie d’action pourtant prometteuse, ne transcende jamais son statut d’Iron Man du pauvre. Le premier gros gâchis de talents de 2011. François Cau

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X