Deux jours, une nuit

Deux jours, une nuit
De Jean-Pierre Dardenne et Luc Dardenne (Fr-Bel, 1h35) avec Marion Cotillard, Fabrizio Rongione...

Nouvel uppercut des frères Dardenne, qui emprunte les voies du thriller social pour raconter comment une ouvrière tente de sauver son travail en persuadant ses collègues de renoncer à une prime, et interroger ce qui reste de solidarité dans la société actuelle. Magnifique. Christophe Chabert

Lève toi et marche. Au premier plan de Deux jours, une nuit, Sandra (Marion Cotillard, formidable, qui se fond dans l’univers des frères Dardenne comme Cécile de France avant elle dans Le Gamin au vélo) émerge d’un sommeil médicamenteux et sort de son lit pour répondre au téléphone. C’est le film qui l’arrache de cette dépression dont on ne connaîtra jamais le motif mais qui est devenue la source de son malheur actuel : juste avant son retour de congé maladie, elle apprend qu’elle va perdre son emploi, le patron de son entreprise de panneaux solaires ayant choisi d’accorder une prime aux autres ouvriers contre le "départ" d’une des leurs.

Décision cruelle à laquelle Sandra refuse de se plier ; avec son mari Manu (Fabrizio Rongione), elle va aller à leur rencontre, tentant de les convaincre un par un de revenir sur leur vote. Les frères Dardenne suivent donc à la trace leur héroïne, toujours en mouvement ; elle encaisse les coups, trébuche, tombe, se relève, repart à l’assaut et se recharge avec les quelques rayons de solidarité qui lui donnent le courage de continuer.

Une femme en colère

Si le scénario paraît de prime abord programmatique, sorte de version sociale et à l’air libre de 12 hommes en colère, les Dardenne prouvent une fois de plus qu’ils sont de remarquables narrateurs en bousculant régulièrement leur dispositif où les portes ouvertes, entrouvertes ou fermées sèchement au nez de Sandra forment le moteur de cet étonnant suspense.

Ainsi, dès la conversation avec l’entraîneur de foot amateur, le premier à laisser exploser sa culpabilité par rapport à son choix, l’émotion envahit le spectateur. Dans un monde où survivre socialement implique de blesser son prochain — une amie, un père — et où les faibles — par leur sexe, leur couleur de peau, leur âge — doivent faire profil bas s’ils ne veulent pas subir le retour de bâton des chiens de garde du système, il y a encore une place pour une forme de résistance. Mais celle-ci est fragile, intime et personnelle, elle relève de l’estime de soi et du lien joyeux qui peut unir des êtres prêts à se soutenir entre eux.

Ce lien, les Dardenne choisissent de le chanter. Eux qui ont longtemps tenu la musique à distance de leur cinéma la mettent dans Deux jours, une nuit au cœur de deux séquences admirables où les chansons, tristes ou gaies, réunissent soudain dans l’habitacle d’une voiture ces éclopés vaillants et combatifs. Et c’est magnifique.

Deux jours, une nuit
De Luc et Jean-Pierre Dardenne (Belg-Fr, 1h35) avec Marion Cotillard, Fabrizio Rongione…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes,...
Mardi 21 mai 2019 ​Après un passage à l’acte, un ado radicalisé est placé dans un centre de réinsertion semi-ouvert où, feignant le repentir, il prépare sa récidive. Un nouveau et redoutable portrait de notre temps, renforcé par l’ascèse esthétique des frères...
Mardi 22 mai 2018 Quelque part, dans le sud. Mère célibataire d’Elli, qu’elle appelle Gueule d’ange, Marlène tient pour prioritaires sa vie de jeune femme et ses sorties. Un (...)
Mardi 14 février 2017 Quand Guillaume Canet comprend qu’il fait figure, pour la nouvelle génération, de mec installé et pépère dans sa vie de famille comme dans son métier, le (...)
Mardi 3 janvier 2017 Pour son cinquième long-métrage en tant que réalisateur, le comédien Guillaume Canet revient en France et devant la caméra avec ce qui s’annonce comme une (...)
Mardi 19 avril 2016 de Eugène Green (Fr/Bel, 1h55) avec Victor Ezenfis, Natacha Régnier, Fabrizio Rongione…
Mardi 24 mars 2015 D’Eugène Green (Fr-It, 1h44) avec Fabrizio Rongione, Christelle Prot…
Mardi 19 novembre 2013 Les premiers plans de The Immigrant mettent l’Amérique au cœur de son sujet : la Statue de la liberté, Ellis Island, une file d’immigrants européens (...)
Vendredi 18 mai 2012 Définitivement dans le cercle des meilleurs cinéastes français en activité, Jacques Audiard arrive à ne presque pas décevoir après Un prophète tout en abordant, avec une intelligence constante de la mise en scène, les rivages du mélodrame. Un grand...
Lundi 16 mai 2011 Lumineux, vif et porté par une foi conjointe dans l'homme et dans le cinéma, le nouvel opus des frères Dardenne s'impose comme un sommet dans une œuvre déjà riche en films majeures. Christophe Chabert
Jeudi 14 octobre 2010 De Guillaume Canet (France, 2h34) avec François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel
Dimanche 11 juillet 2010 L’ambitieux projet de blockbuster onirico-philosophique de Christopher Nolan débouche sur un film protoype, qui passe du temps à expliquer son mode d’emploi avant de se lancer dans une pratique ébouriffante du cinéma comme montagne russe...
Lundi 6 juillet 2009 Marion Cotillard, actrice, trouve dans Public enemies son premier grand rôle américain, ou comment une comédienne consacrée par un mythe français se mue, promo comprise, en star internationale. Christophe Chabert
Vendredi 3 juillet 2009 De Michael Mann (Éu, 2h11) avec Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard…
Jeudi 28 ao?t 2008 de Jean-Pierre et Luc Dardenne (Fr-Belg, 1h45) avec Arta Dobroshi, Jérémie Rénier…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !