Mots et merveilles

Et pourquoi pas la lune ?

Théâtre de Givors

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

A travers le portrait croisé d'un maître de cérémonie aussi candide que zinzin, le metteur en scène et comédien Cédric Marchal signe avec Et pourquoi pas la Lune ? l'un des spectacles les plus réussis de la saison. Et synthétise deux décennies d'une carrière sous le signe de l'émerveillement collectif. Benjamin Mialot

«Le spectacle vivant l'est parce que vous êtes là pour le lui rappeler». C'est par ce bon mot que Cédric Marchal conclue les représentations d'Oskar & Viktor, le pittoresque duo de juke-boxes de chair et de sang qu'il compose avec François Thollet depuis bientôt quinze ans. C'est sur elle que semble avoir été construit Et pourquoi pas la Lune ?, un seul-en-scène et demi – le marionnettiste Aïtor Sanz Juanes lui "donne la réplique" – qui voit cet artiste à tout faire embrasser d'un geste plein de fantaisie et de virtuosité les obsessions qui le travaillent depuis le début des années 90.
 
A l'époque, Cédric Marchal, né à Strasbourg et aujourd'hui installé à Lyon, est un jeune produit du conservatoire de Chambéry, au sein duquel il trompait l'ennui que lui inspirait l'enseignement. De sa scolarité, il garde toutefois deux souvenirs : celui de ses premiers pas sur une scène, à l'âge de onze ans, dans une adaptation de L'Enfant sauvage de Truffaut ; et celui d'un prof d'arts plastiques autodidacte, qui lui tint un jour ce discours : «tant que tu n'as pas essayé, personne n'a le droit de te dire que tu n'es pas capable».

Bonjour chez vous

Fort de ce credo, il imagine une première pièce d'après La Comédie du langage de Jean Tardieu. Ce sera la seule fois qu'il montera un texte qui n'est pas le sien : «Au début, j'ai fait ça par humilité, nous avoue-t-il entre deux éclats d'un rire espiègle. Je me disais : "Qui suis-je pour m'approprier les écrits d'un autre ?". Maintenant, je me rends compte que c'est finalement plus prétentieux de tout faire soi-même». Ce premier essai rencontre en tout cas assez de succès pour qu'il se voit proposer un projet en Russie. Le coup d'état de Moscou (1991) en décidera autrement. Qu'à cela ne tienne, il décide de conserver la structure montée pour l'occasion (et le numéro de téléphone d'Eugene Ionesco), le Priviet Théâtre : il lui servira de base d'opérations en Savoie – cinq ans plus tard, il s'implantera aussi en Isère avec Les Boules au Plafond – et contient dans son nom, traduisible par "Salut", toute la philosophie de son fondateur. Explication : «Dans tous mes spectacles, le quatrième mur, l'élément qui est censé me donner une légitimité, est modulable. Cela me permet de créer de la convivence, qui est pour moi une sorte de communion laïque, une façon d'affirmer un émerveillement dans un ici et un maintenant».

Cet émerveillement, Cédric Marchal l'a depuis fait surgir dans une bonne vingtaine de pièces, souvent d'un désœuvrement. Celui d'employés condamnés à répéter inlassablement les mêmes actions (Hors-Saison, 1993). Celui, aussi, d'habitués d'un troquet confronté à la fermeture de leur lieu de rassemblement (Grand Café, 1998). Celui, encore, d'un chef surpris par une grève (L'Homme-orchestre, 2000). Au-delà de cette idée de réenchantement, ses travaux ont en commun d'être pluridisciplinaires (chant ténor, tuba, magie, chaque création est prétexte à un nouvel apprentissage), mus par un sens de la formule à faire passer les cadors du café-théâtre pour des pigistes de Carambar, et d'avoir pour la plupart connu une vie en dehors des circuits traditionnels de diffusion. Comprendre au plus près de leurs destinataires.

Pan, dans la Lune

Ces dernières années, Cédric Marchal a même poussé le vice jusqu'à concevoir un univers spécifiquement pensé pour les communes où la culture se résume à des célébrations calendaires : Le village de Marcellin, bourgade itinérante dont chaque habitant est un musicien et matière à approfondir le travail sur les pratiques amateurs qu'il mène par ailleurs dans le cadre de défilés populaires (comme ceux de la Biennale de la danse en 2000 et 2010) ou de commandes commémoratives de son département d'adoption (pour les 150 ans du rattachement de la Savoie à la France, par exemple). Autant d'événements participatifs dont le gigantisme lui permet également de renouer avec son amour des comédies musicales.

Faute de formation littéraire, ce qui ne l'empêche pas d'envisager la mise en scène d'un des textes les plus inadaptables de Witold Gombrowicz, Opérette, Cédric Marchal avoue en effet puiser son inspiration première dans le cinéma. Notamment celui de Méliès, qui lui a transmis son goût du bricolage et son souci du détail quasi-pathologique. C'est d'ailleurs sur une allusion explicite au Voyage dans la lune que s'ouvre sa dernière création, Et pourquoi pas la Lune ?, «retour à la maison»dans lequel il dresse le portrait à plusieurs voix de MC, queer exubérant bien décidé à faire de son «cabaret de tous les possibles» l'un des plus sensationnels qui soient. Et Cédric Marchal de joindre le geste à l'intention : d'illusions nonchalantes en performances transformistes et de chorégraphies slapstick (courtoisie de Thomas Guerry, de la fidèle compagnie Arcosm) en harrangues polyglottes, il fait théâtre de tout. Ou plutôt spectacle de tout. Lui qui concède que jouer pour d'autres «repose et ressource» s'offre au passage avec ce rôle régressif et schizophrène l'un des plus marquants de sa pourtant admirable carrière parallèle de comédien – proche de Nino d'Introna, son sourire chanceux a illuminé le Yaël Tautavel et l'Everest du directeur du TNG. Bluffant de bout en bout (un JT-cadavre exquis démultiplié sur quatre écrans, de prodigieuses scènes de dédoublement, un duo dansé autour d'une porte), volontiers irrévérencieux et forcément crépusculaire, Et pourquoi pas la Lune ? sonne comme un aboutissement. A en croire son auteur, il est surtout un tournant : «Le bilan, on est tout le temps à deux doigts de le déposer. Mais je suis incapable d'imaginer le mot fin».


Et pourquoi pas la Lune ?
Au Théâtre de Givors, vendredi 23 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 1 juin 2018 Mes frères ne sortira que le 4 juillet sur les écrans français, mais il peut déjà s’enorgueillir d’un joli parcours à travers le monde : primé pour son scénario et (...)
Mardi 28 mars 2017 Arrivée de Victor Bosch, déprogrammation de certains spectacles de fin de saison... la ville de Décines n'en finit pas de secouer le Toboggan après avoir déjà fait le vide dans la masse salariale et s'être séparée de sa directrice, Sandrine Mini. Le...
Mardi 15 septembre 2015 Roland Petit, Merce Cunningham, Saburo Teshigawara, Maguy Marin, Alain Platel... La nouvelle saison danse s'annonce riche en têtes d'affiche. elle réserve aussi bien des projets singuliers et enthousiasmants, comme celui, collectif et ambitieux, de...
Mardi 6 janvier 2015 Initié par Nino D’Introna lorsqu’il fut nommé à la tête du TNG, le festival Ré-génération vivra sa neuvième et dernière édition du 10 au 16 janvier. Avec lui s'évanouit (...)
Mardi 9 septembre 2014 Outre les spectacles cités dans notre gros plan et les panoramas lisibles par ailleurs, voici une dizaine de spectacles qui attisent notre curiosité ou réveillent de bons souvenirs. Bien plus, en tout cas, que les deux mastodontes avignonnais un peu...
Mardi 18 février 2014 Un nouvel instrumentarium, un nouveau répertoire, de nouvelles chemises, mais toujours cette extravagance communicative et ce souci du revivre ensemble : Oskar & Viktor, les Superdupont de la chanson française, sont de retour. Benjamin Mialot
Mercredi 4 décembre 2013 Dans 2001 : l'odyssée de l'espace, un enregistrement dans lequel le Dr. Floyd fait état de la découverte, sur la Lune, d'un monolithe de fabrication (...)
Mercredi 4 décembre 2013 Le chorégraphe Thomas Guerry et le percussionniste Camille Rocailleux, fondateurs de la compagnie lyonnaise Arcosm, imaginent et défendent aux quatre coins du monde des spectacles inclassables, où la fantaisie le dispute à la prouesse. A l'occasion...
Lundi 8 avril 2013 "Voici venir les hommes en orange, défenseurs de la francophonie. Voici venir les hommes en orange, ils vous aideront à vous souvenir" (sur l'air de Men in Black). Voici venir, en fait, Oskar & Viktor, improbable duo qui d'un même élan baise les...
Jeudi 28 mars 2013 En comparaison du reste du répertoire de la compagnie Arcosm, Traverse a tout d'un spectacle mineur. Créé en 2011, il n'a pas l'élégance plastique d'Echoa, (...)
Vendredi 8 février 2013 Nino d’Introna et l’auteur Stéphane Jaubertie, déjà complices sur les brillants Jojo au bord du monde et (surtout) Yaël Tautavel, devaient se retrouver au (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !