Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Gone Girl

Gone Girl
De David Fincher (EU, 2h29) avec Ben Affleck, Rosamund Pike...

Film à double sinon triple fond, "Gone Girl" déborde le thriller attendu pour se transformer en une charge satirique et très noire contre le mariage et permet à David Fincher de compléter une trilogie sur les rapports homme / femme après "The Social Network" et "Millenium". Christophe Chabert

Dans le commentaire audio de The Game, David Fincher affirme qu’il avait tourné là son dernier film pensé pour le soir de sa «première». Tournant majeur qui consiste à ne plus vouloir scotcher le spectateur sur son siège par une succession d’effets de surprise, mais à s’inscrire dans un temps plus long où le film gagnerait en profondeur et en complexité, révélant à chaque vision de nouvelles couches de sens. C’est ce qui a fait, en effet, le prix de Fight Club, Zodiac et The Social Network.

Gone Girl, cependant, a les apparences du pur film de «première» : le calvaire de Nick Dunne, accusé de la disparition de sa femme le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, repose sur un certain nombre de retournements de situations importés du roman de Gillian Flynn qu’il convient de ne pas révéler si l’on veut en préserver l’efficacité. La matière est donc celle d’un bon thriller psychologique : un écrivain raté et falot est transformé en coupable idéal par des médias avides de scoop, le tout raconté par une série d’allers-retours entre le présent de la narration et les confessions tirées du journal intime de son épouse Amy.

S’entrechoquent à l’écran les souvenirs idylliques d’une passion née sur les trottoirs de New York et le triste quotidien dans lequel le couple s’est enfoncé lorsqu’il s’est installé dans un Midwest pavillonnaire. Fincher laisse s’insinuer dans les interstices de sa mise en scène une sourde ironie qui suggère au spectateur que ce qu’il regarde n’est peut-être qu’un vaste simulacre. Ou plutôt un entrelacs de simulacres dont la source est plus profonde qu’on le suppose.

Pixels contre pixels

Cette première partie, aussi plaisante et stylisée soit-elle, pourra paraître superficielle. Or, c’est justement parce que Fincher en polit la surface qu’il peut ensuite en explorer les abîmes les plus pervers. À ce jeu, son meilleur allié reste Ben Affleck dans le rôle de Nick : incarnation vivante de l’effet Koulechov, il met au service du film son inexpressivité légendaire pour devenir ce visage lisse sur lequel chacun projette ses affects et ses passions. Ce sont les images qu’on lui accole, celles de la télévision, d’Internet ou même d’un anodin selfie qui modifient la perception que l’on a de lui, tour à tour mari idéal ou assassin pervers. Le seul moment où il se hasardera à afficher un sourire forcé, cassant ainsi son image froide et détachée, sera d’ailleurs la première étape de sa descente aux enfers.

À travers les images orientées par les médias ou celles que l’on se fabrique pour répondre à leurs attentes, Gone Girl s’attache à mettre en doute non pas l’innocence de Nick, mais celle d’un monde où plus rien n’échappe à une mise en scène généralisée. Fincher possède ce talent unique pour intégrer les nouvelles images de façon particulièrement fluide et invisible à son montage, non pas comme des écrans à l’intérieur de l’écran, mais comme des pixels malades fondus aux pixels outrageusement sains du film lui-même. La musique, une fois de plus signée Atticus Ross et Trent Reznor, travaille sur des motifs du même genre : une mélodie sirupeuse mise en pièces par d’agressives stries électroniques, comme si le soap opera était attaqué souterrainement par un film de terreur.

Homme / femme, mode d’empoigne

Mais ce film-là, le film de «première», laisse peu à peu la place à un autre, nettement moins prévisible. Il tient à l’entrée en action d’Amy et de son actrice Rosamund Pike, parfait antagoniste de Nick / Affleck ; à ce corps rigide et apathique, Amy répond par une série de transformations physiques qui lui permettent d’échapper aux fantasmes que l’on projette sur elle. Ses parents, qui ont fait de leur fille la matière à une sorte de Martine américaine ; son mari, qui l’a transformée en femme trophée ; et son prétendant, qui la rêverait en poupée sexuée et docile.

À travers Amy, Fincher boucle une trilogie que l’on n’avait pas vu venir, où les femmes choisissent de s’affranchir de la violence des hommes et de leur besoin de domination. Dans The Social Network, c’est la petite amie de Zuckerberg qui refuse sa condescendance et, in fine, son "amitié" facebookienne ; dans Millenium, c’est Lisbeth Salander qui se venge de son violeur avant de devenir un fantôme dans la machine du libéralisme patriarcal ; dans Gone Girl, la femme devient un mystère angoissant prête à gagner sa liberté à tout prix, surtout celui qui consiste à emprisonner l’ennemi dans une toile d’araignée travestie en illusion monstrueuse de bonheur conjugal.

C’est là que Gone Girl ouvre sa béance la plus excitante, celle qui aspire le spectateur dans un jeu fascinant à l’issue incertaine. Fincher pratique une charge particulièrement vitriolée contre l’institution du mariage, cercle de l’enfer dont personne ne sort indemne. Ce film-là, pourtant, était niché secrètement dans le premier… À travers son récit à deux voix, Gone Girl donnait déjà sa définition, cruelle et iconoclaste, du couple : deux mensonges unis par un même malentendu, deux images fabriquées qui ne se rejoignent que pour se haïr. On attendait de Fincher qu’il fasse un bon thriller ; on n’espérait pas qu’il retrouverait sa verve caustique et nietzschéenne, celle qui en a fait un des auteurs majeurs du cinéma américain.

Gone Girl
De David Fincher (ÉU, 2h29) avec Ben Affleck, Rosamund Pike…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 janvier 2017 Un quart de siècle déjà qu’il retourne les perspectives cinématographiques, prend du champ avec les codes et donne de la profondeur aux grands genres. David (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 10 des lecteurs 1. Gone Girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Adieu au (...)
Lundi 13 octobre 2014 La saga Alien proposée pendant toute une nuit à la Halle Tony Garnier est non seulement l’occasion de revoir une des franchises les plus stimulantes du cinéma de SF américain, mais aussi la possibilité de constater les premiers pas de quatre...
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Jeudi 14 novembre 2013 "L'affaire du Dahlia Noir", c'est l'histoire d'un meurtre non élucidé, celui d'une jeune femme de vingt-deux ans à la chevelure florale, Elizabeth Ann (...)
Mercredi 4 septembre 2013 On croyait Eric Powell du genre à ne fréquenter que des conventions de nerds casse-bonbons. On se trompait : le créateur du Goon, personnage parmi les plus cultes de la BD américaine contemporaine, est attendu cette semaine à la librairie Comics...
Mardi 26 février 2013 L’amour naissant et finissant, la perte et le retour de la foi, la raison d’être au monde face à la beauté de la nature et la montée en puissance de la technique… Terrence Malick, avec son art génial du fragment et de l’évocation poétiques,...
Mercredi 2 janvier 2013 Très bonne surprise que cette série B qui tente de lancer Tom Cruise en nouveau justicier dans la ville, avec derrière la caméra Christopher MacQuarrie, qui montre qu’il connaît ses classiques et sait même, à l’occasion, en offrir de brillantes...
Mercredi 31 octobre 2012 Pour son troisième film derrière la caméra, Ben Affleck s’empare d’une histoire vraie où un agent de la CIA a fait évader des otages en Iran en prétextant les repérages d’un film de SF. Efficace, certes, mais très patriotique. Christophe Chabert
Jeudi 12 janvier 2012 Livre / Le titre du court essai (93 pages) de Guillaume Orignac en dit déjà long sur sa thèse : David Fincher ou l’heure numérique. Pas «à» l’heure numérique, (...)
Mercredi 11 janvier 2012 Avec cette version frénétique du best-seller de Stieg Larsson, David Fincher réussit un thriller parfait, trépidant et stylisé, et poursuit son exploration d’un monde en mutation, où la civilisation de l’image numérique se heurte à celle du...
Mercredi 23 mars 2011 De John Wells (ÉU, 1h44) avec Ben Affleck, Chris Cooper…
Vendredi 8 octobre 2010 Analyse / Vilipendé à la sortie de Fight club, David Fincher est dix ans plus tard acclamé pour les mêmes raisons : sa capacité à créer des héros ambivalents synchrones avec l’ère numérique. Christophe Chabert
Vendredi 10 septembre 2010 De et avec Ben Affleck (ÉU, 2h03) avec John Hamm, Rebecca Hall…
Vendredi 19 juin 2009 De Kevin Macdonald (ÉU, 2h07) avec Russell Crowe, Ben Affleck…
Mardi 27 janvier 2009 Portrait / David Fincher, réalisateur de Benjamin Button, adopte de plus en plus le «Eastwood style» face aux journalistes, résumable par : je fais ce que j’ai à faire. Christophe Chabert
Mardi 27 janvier 2009 Avec "L’Étrange histoire de Benjamin Button", David Fincher confirme le virage «classique» amorcé avec "Zodiac". Derrière le beau catalogue d’images numériques et les grands sentiments, le film surprend par son obsession à raconter le temps qui...
Mercredi 30 mai 2007 Avec "Zodiac", qui retrace l'enquête pour démasquer, sans succès, un tueur en série mythique des années 70, David Fincher élargit l'horizon de son cinéma et signe un film dont la maîtrise souveraine cache des montagnes de doutes. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter