Piers Faccini & Vincent Segal, les compagnons de la chanson

PB live - Piers Faccini et Vincent Segal

Temple Lanterne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time Lost". Le violoncelliste de Bumcello se confie sur ce projet qui le lie au barde anglo-italien.

Vous connaissez Piers Faccini depuis 25 ans et n'avez jamais cessé de vous produire avec lui. Vous avez même réalisé son premier album Leave No Trace. Pourtant, Songs of Time Lost est votre premier vrai disque ensemble. Pourquoi avoir attendu si longtemps ?
Vincent Segal :
Pour moi Leave no Trace a été tout aussi important. Je me suis tellement investi, en termes de composition, au niveau des idées, que même si ce n'était pas mon album, il a été très important dans ma vie de musicien. Songs of Time Lost est né d'une proposition de Laurent Bizot du label No Format. Ca faisait des années qu'il nous entendait jouer ensemble. Il venait nous voir régulièrement aux Bouffes du Nord et nous demandait sans cesse pourquoi on n'enregistrait pas un album en mode violoncelle-guitare-voix. Ca ne nous était même pas venu à l'idée tellement jouer ensemble nous était naturel, que ce soit sur une scène ou à la maison.

Comment vous êtes-vous retrouvés sur le choix de ce répertoire entre anciennes compositions revisitées, chansons du patrimoine napolitain et reprises de Townes Van Zandt, Mississippi John Hurt ou Marlene Dietrich, dont vous tirez une matière si cohérente qu'on pourrait tout à fait croire à un album de compositions originales ?
Là encore, c'est très naturel. On choisit des choses qui révèlent une certaine beauté, mais qui donnent aussi du sens au plaisir de jouer. Lorsque Piers chante des chansons napolitaines, on sent bien que c'est quelque chose qui le touche réellement, que ça a une résonance en lui. Parce que sa femme est napolitaine et parce que c'est quelqu'un qui, parce qu'il a grandi entre plusieurs cultures, a toujours passé son temps à essayer de comprendre les langues via la musique. S'il y a une virtuosité chez Piers, ce n'est pas dans sa guitare qu'il faut la chercher, c'est dans sa manière d'entrer dans les chansons de n'importe quel pays avec sa voix et son timbre.

Ce timbre très particulier, entre folk anglais intemporel et une certaine africanité, semble s'accorder tout particulièrement avec le violoncelle. En tant que violoncelliste trouvez-vous un plaisir particulier à travailler avec ce type de chanteurs ?
Pour moi, ça dépasse la question du violoncelle. Il y a chez Piers cette espèce de pudeur, de réserve propre au folk anglais. Or c'est quelque chose que l'on a pour partie en commun du fait de nos éducations respectives, dans des milieux très cultivés, où l'on... cultivait aussi la distance. D'où cette tendance à privilégier la ligne minimaliste, sans exubérance. Mais Piers a effectivement aussi son côté "Faccini" qui le rapproche davantage de ce qui nous a frappé dans le blues, l'Afrique : la force de l'irrationnel, l'abandon. Ce qui nous permet d'aller vers des choses comme Alain Péters [illustre chanteur réunionnais de maloya, NdlR], parce que ce mystère nous attire aussi. On sait qu'on ne sera jamais Alain Péters mais on arrive à se l'approprier.

Vous venez au départ du classique, Piers du rock, du folk et du blues. Vous êtes-vous bâtis tout au long de ces années une culture musicale commune ?
Oui, mais on s'est connu et apprécié tout de suite parce qu'on avait déjà des proximités artistiques. On était à une fête où on s'ennuyait, il a cité deux noms de bluesmen que personne ne connaissait à part moi, on s'est rendu compte qu'on écoutait tous les deux du hip-hop, ce qui était impensable à l'époque dans nos catégories sociales à Paris. On s'échangeait des disques, parfois on les jouait, parfois pas. Je lui ai fait découvrir Caetano Veloso, il m'a fait découvrir Skip James...

Vous avez présenté cet album comme le disque de retrouvailles de deux amis qui ne se seraient jamais séparés... C'est la signification de ce titre, Songs of Time Lost ?
Piers a son idée par rapport à ça, moi j'ai la mienne, mais il y a un rapport avec toutes ces heures qu'on passe quand on est jeune – ou pas – à écouter de la musique. Quand les parents ont l'impression qu'on perd notre temps alors que c'est le truc le plus merveilleux du monde. Avec Piers on a "perdu" beaucoup de temps de cette manière, et je pense qu'avoir attendu aussi longtemps pour fixer ces moments sur disque est une excellente chose. Tout ce "temps perdu" est justement ce qui fait que les choses fonctionnent si bien entre nous. Quand quelque chose de magique se passe, il se bonifie avec le temps.

Il y a le disque comme objet fini, mais quand vous jouez chaque soir, tout est différent. Quelle est la part d'improvisation et d'aléatoire dans vos prestations ?
C'est forcément d'autant plus différent qu'on travaille une ligne claire, comme on dirait en dessin. La voix de Piers va sortir chaque fois différemment en fonction du lieu et de plein d'autres choses. Entre aussi en ligne de compte notre état d'esprit du moment, celui du public. Mais le jeu entre nous varie dans la limite de ce que l'on connaît l'un de l'autre depuis 25 ans. On sait où partir et où se trouvent les frontières du terrain sur lequel on peut évoluer.

Vous connaissez le Temple Lanterne où vous allez vous produire le 28 novembre ?
Oui, c'est drôle parce qu'à l'époque où j'étais au Conservatoire à Lyon, qui se trouvait alors rue de l'Angile, je passais devant presque tous les jours. Mais bien sûr, je n'y suis jamais entré, ce sera la première fois. Ce que j'aime dans les lieux religieux, c'est la pudeur et l'humilité qu'ils nous imposent. Il y a des lieux qui inspirent une qualité de silence merveilleuse. En tout cas, un degré d'acuité plus développé. Et c'est exactement ce qu'on cherche avec Piers.

Vincent Segal et Piers Faccini
Au Temple Lanterne jeudi 10 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 4 janvier 2022 Depuis l'automne, Piers Faccini et ses invités sont à l'honneur à l'Opéra Underground. Avant de recevoir Blick Bassy, il convie le percussionniste Karim Ziad, le musicien gnaoui Mehdi Nassouli et le quatuor de chambre Emana à revenir avec lui, sur...
Vendredi 28 février 2020 En mini-tournée quelques mois après la sortie de son dernier EP, quatrième volet de la collection folk "Hear my Voice" édité par son label, Piers Faccini passe une fois encore par le Temple Lanterne pour un concert acoustique. L'occasion pour lui de...
Mardi 18 juin 2019 En ouverture classieuse des Salons de musique proposés par les Nuits de Fourvière, le maître violoncelliste Vincent Segal et le label No Format unissent leurs talents à l'Odéon pour célébrer leur conception de la musique pas comme les autres,...
Mardi 27 juin 2017 de Berni Goldblat (Fr-Burk-Qat, 1h24) avec Makan Nathan Diarra, Ibrahim Koma, Hamadoun Kassogué…
Mardi 20 juin 2017 Pour sa 19ème édition, le festival Les Cordes en Ballade nous emmène parcourir le monde entier à la rencontre des "cultures en harmonie". Au cœur de l’Ardèche méridionale, le Quatuor Debussy, initiateur de l’évènement, a su conquérir un large...
Vendredi 19 mai 2017 En Petit Bulletin Live à la Comédie Odéon le 21 mai, Thomas Dybdahl, c'est 15 ans d'une impeccable carrière et de morceaux à frémir. En 15 clips ou sessions live, 15 morceaux piochés au long de la riche discographie du songwriter norvégien, nous...
Jeudi 9 mars 2017 Prodige précoce de la mandoline et du bluegrass, compositeur hors-pair et touche-à-tout brillant dans l'art de la reprise décalée (Bach, les Strokes, Radiohead...) l'Américain Chris Thile viendra, lors d'un PB Live aux Subsistances, faire étalage de...
Mercredi 15 février 2017 Découvert en 2002 avec un chef d'œuvre notoirement passé sous le radar, ...That Great October Sound, qu'ouvrait un titre lourd de sens, From Grace, voilà 15 (...)
Mardi 15 novembre 2016 Cosmopolite et polyglotte, Piers Faccini revient avec I dreamed an island, un album destiné aux citoyens du monde. Pour le présenter au public lyonnais, le chanteur sera accompagné d'un violoniste de renom.
Mercredi 2 novembre 2016 Les PB Live, ce sont ces concerts un brin décalés que nous aimons partager avec vous, conçus avec nos amis de Rain Dog Productions, en des lieux peu visités et avec des artistes qui nous fascinent, mais encore peu mis en lumière. Voici le prochain.
Mardi 4 octobre 2016 Virtuose de la mandoline, Chris Thile a dépoussiéré cet instrument dont il est le plus solide représentant sur la planète. Véritable institution aux USA, il (...)
Mardi 19 avril 2016 Génie au destin contrarié et tragique, tiré d'une retraite que l'on pensait définitive par une poignée de fans français, Peter Milton Walsh aka The Apartments vient se livrer sur scène en trio acoustique.
Mardi 29 mars 2016 Jeudi soir 24 mars, c'est Gabriel Kahane, petit génie new-yorkais inconnu qui a continué, accompagné du Quatuor Debussy, l'année 2016 des Petit Bulletin Live, concoctés par Rain Dog Productions. Dans le Hangar des Subsistances, empli d'un public...
Jeudi 31 mars 2016 Virtuose aux talents multiples comme New York en a produit de bien beaux ces derniers temps, compositeur — au sens classique du terme — songwriter, storyteller, Gabriel Kahane est surtout un génie, d'une grande humilité, de la variation sur un même...
Jeudi 4 février 2016 On en n'avait même pas rêvé, Rain Dog Prod l'a fait : un PB Live avec les mythiques Apartments de Peter Milton Walsh, (vrai-faux) groupe australien à (...)
Mercredi 25 novembre 2015 Il y a peu, nous avions le regret de vous annoncer l'annulation du PB Live de San Fermin – le groupe ayant choisi de prendre ses distances (...)
Mardi 15 septembre 2015 À la faveur d'un concert d'après Fourvière au Lavoir Public, le 15 juin dernier, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) (...)
Mercredi 24 juin 2015 Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Mardi 4 novembre 2014 Pour la cinquième édition de ses "nuits festives", le Conservatoire Supérieur de Musique et de Danse de Lyon entend nous faire passer une "Nuit (...)
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Mardi 10 juin 2014 Ronan Siri a des airs d'adolescent mais une voix qui fait largement plus que son âge. A vingt-quatre ans, le jeune Lyonnais a déjà pas mal de bouteille. (...)
Samedi 12 avril 2014 Découvert à l'automne sur la foi d'un album à se damner lointainement inspiré d'un célèbre roman d'Hemingway, San Fermin s'affirme comme l'une des plus fascinantes formations musicales de ces derniers mois. A sa tête, le jeune prodige Ellis...
Vendredi 7 février 2014 Nous avons l'honneur et la fierté de vous annoncer que la première date de la tournée française de San Fermin, formidable octuor de Brooklyn que d'aucuns (...)
Mardi 28 janvier 2014 Le Londonien Benjamin Clementine a été la sensation de l’hiver musical, enflammant notamment les Transmusicales de Rennes. Il y a de fortes chances qu’il en fasse de même au Sucre pour la deuxième édition du Petit Bulletin Live. Attention claque en...
Lundi 9 décembre 2013 Le 17 novembre dernier, Rosemary Standley, Dom La Nena et leur projet "Birds on a Wire" ont plongé la Chapelle de la Trinité dans un état de grâce absolu à l’occasion de la première de PB Live. En exclusivité mondiale, le Petit Bulletin et Rain Dog...
Mardi 5 novembre 2013 « All he wants / Is a home away from home » chantait Piers Faccini en 2009 sur un titre tiré de l'album Two Grains of Sand. « Une foyer loin de chez (...)
Mardi 5 novembre 2013 Après la création de son propre label, Beating Drum, le vagabond musical anglo-italo-cévenol Piers Faccini est de retour avec "Between Dogs & Wolves". Le voyage intérieur et sans concession d'un loup désormais solitaire se délectant avec grâce et...
Jeudi 17 octobre 2013 Pour la première édition de PB Live, Rosemary Standley et Dom La Nena se produiront à la Chapelle de la Trinité le 17 novembre en duo violoncelle-voix. Au menu : "Birds on a Wire", un répertoire de reprises surprenantes courant de Monteverdi à John...
Mardi 20 décembre 2011 Rock, électro, rap — Automne au balcon, printemps au diapason. Trêve des confiseurs et ripailles de Noël digérées, les salles lyonnaises remettent le couvert pour une saison musicale quasiment au niveau de celle que l'on vient de vivre. Stéphane...
Vendredi 4 décembre 2009 Apatride par excès d’origines, Piers Faccini a prolongé aux sources d’un blues mondialisé sa quête d’identité internationale. Faccini ou le vagabondage comme seule appartenance. Stéphane Duchêne
Vendredi 18 septembre 2009 Les Musiques Actuelles lyonnaises ont pas mal déchanté la saison passée et la coulisse gronde. Mais une fois l’automne venu, c’est bien sur scène que les choses sérieuses se passent. Et comme disait la cantatrice moustachue « the show must go on »....
Lundi 15 décembre 2008 Bumcello, alias Vincent Ségal et Cyril Atef, déroute avec son petit cirque musical. Pas d'étiquette pour ces fauves en liberté mais, dix ans plus tard, toujours le besoin vital d'improviser. Marion Quillard

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !