Festival du film court de Villeurbanne : nos coups de coeur de la compétition (2)

"Ocze Masz" de Kacper Lisowski. "Poisson" d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux. "Tant qu’il nous reste des fusils à pompe" de Caroline Poggi et Jonathan Vinel. "Café de la plage" de Xavier Champagnac, Prune Saunier et Gilles Gaston-Dreyfus.

Une des déceptions de cette compétition 2014, c’est la faiblesse des courts européens présentés, largement distancés par les films français, mais surtout francophones — comme on l’expliquera dans notre billet de demain. Un exemple : Safari de l’Espagnol Gerardo Herrero, qui sombre dans le mauvais goût le plus total en créant un suspens malsain et clipesque autour d’une tuerie façon Columbine. D’ordinaire, le court espagnol sait être mordant et caustique, mais dans ce cas, il n’est qu’un vain exercice de style d’un petit malin cherchant à choquer pour choquer.

Il faut toujours une exception pour confirmer la règle : ce sera donc le Polonais Ocze Masz (qu’on peut traduire par La Fête des pères) qui, sans être aucunement révolutionnaire, tient plutôt correctement son programme doux-amer. Un chanteur punk vieillissant passe la nuit avec une groupie levée à la fin d’un concert et se réveille le matin avec la gueule de bois, la demoiselle dans le coma et son fiston sur les bras. C’est beaucoup pour un seul homme, surtout quand il a fait de l’absence de responsabilités une véritable éthique de vie. Il tente d’abord de refourguer le gamin à son paternel biologique, mais il se retrouve face à un petit-bourgeois qui n’a pas franchement envie de se retrouver avec cette charge-là. Quant au gamin, il n’a qu’une seule envie : retourner au chevet de sa mère à l’hôpital.

Kacper Lisowski raconte son histoire façon réalisme dardennien, c’est-à-dire avec ce qu’il faut de vitesse, de caméra à l’épaule et de décors urbains en friche. Il n’a cependant pas encore la dextérité des deux frères belges pour faire passer en douceur les ficelles de son scénario — le punk n’a jamais réglé ses comptes avec son propre père, source de sa rage et de son hostilité envers le monde, et il trouve ici l’opportunité de ne pas reproduire le schéma familial. Mais Ocze Masz sait mettre à profit l’énergie rock de son héros, bourru et cradingue, pour  mieux la renverser comme un gant et en faire un nounours maladroit et attachant.

Dans une compétition où l’on ne se tape pas trop sur les cuisses, Café de la plage est une respiration appréciable. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a été conçu : comme une récréation au milieu d’un tournage plus gros — le long-métrage Parenthèse. Dix minutes, trois acteurs, un seul plan fixe, pas mal de bruitages off et basta. Loin d’être un truc de branleurs ou une simple blague vite emballée, Café de la plage s’amuse plutôt à revenir à une certaine essence de la comédie, où tout est affaire de timing, où le moindre objet peut devenir un instrument propice au slapstick (déplier Le Canard Enchaîné en bord d’océan devient une lutte burlesque contre le vent) et où les banalités échangées entre un homme et une femme pour se témoigner leur amour résonnent  avec les silences qui les entrecoupent, et qui racontent exactement le contraire

Les deux solistes ne sont pas des inconnus : elle, c’est Dinara Droukarova, actrice russe révélée toute jeune par Vitali Kanevsky, revue chez Ormibaev ou, récemment, en infirmière maladroite dans le Amour palmé d’Haneke ; lui, c’est Gilles Gaston-Dreyfus, vieux compère d’Edouard Baer au sein du Centre de visionnage et de ses films pour le grand écran — Jean-Bernard Ollivier, l’inoubliable narrateur d’Akoibon, c’était lui ! Difficile d’imaginer couple aussi dépareillé — la belle slave et le petit chauve à lunette — ce qui produit instantanément du comique à l’écran. Tout comme ce type qui n’en finit plus de piocher dans ses fruits de mer à l’arrière-plan, conscience inconséquente de cette tragi-comédie du pas grand chose — ce qui n’est pas rien.

Auréolé d’un ours d’or à la dernière Berlinale, Tant qu’il nous reste des fusils à pompe faisait partie des films très attendus de la compétition. Il rejoint aisément les œuvres les plus ambitieuses du festival, même s’il nous laisse un peu sur notre faim aussi. Ses deux réalisateurs, Caroline Poggi et Jonathan Vinel, parviennent à créer un univers extrêmement singulier, investissant une bourgade pavillonnaire désertique et écrasée par le soleil estival, avec ses rues bien droites, ses maisons bien propres et ses pelouses bien tondues. Ils y introduisent des fantômes très humains et des humains complètement fantomatiques, dont une sorte de groupuscule fascistoïde dont l’idéologie reste totalement nébuleuse, à part leur culte de la force et des fusils à pompe. La voix-off de Joshua présente le cadre de l’histoire : son meilleur ami s’est suicidé d’un coup de fusil à pompe dans la bouche, son souvenir le hante, et il s’apprête à lui emboîter le pas, mais pas avant de s’être assuré que son frère a trouvé une «famille» pour le recueillir. Cette famille, ce sera le gang des icebergs, dont on ne sait s’ils tirent leurs noms de leurs méthodes particulièrement glaciales ou si leurs patrouilles et leurs looks quasi-militaires ne sont que la face émergée d’un dessein beaucoup plus vaste et fatalement clandestin.

Tant qu’il nous reste des fusils à pompe se tient dans cette zone incertaine, refusant toute explication — psychologique, politique, sociologique — pour se contenter d’enregistrer des comportements et des décisions aux finalités obscures. La voix-off de Joshua possède ce ton désabusé, apathique, qui contraste avec la violence de ce qu’il raconte : le suicide d’un ami, son suicide annoncé. Poggi et Vinel décrivent un monde inquiétant, mais sans pointer la source de cette inquiétude, préférant en faire le carburant de leur mise en scène. Plans au cordeau, surimpressions, bascule entre le fantasme, traité avec naturel, et la réalité, presque abstraite, mélange entre musique classique et dubstep — cela fait du bien d’entendre du Salem en Dolby dans un film. Aussi brillant soit-il, le film a un côté Bruno Dumont en villégiature rock’n’roll, c’est-à-dire toujours à la limite de la pose arty et auteuriste. Mais Poggi et Vinel sont de toute évidence des cinéastes à suivre.

Pour terminer cette deuxième livraison de coups de cœur, parlons d’un des meilleurs films de la compétition 2014 : Poisson d’Aurélien Vernhes-Lermusiaux. Celui-ci a remporté le Grand Prix de Villeurbanne avec Le Rescapé, et il donne ici un beau prolongement à son cinéma, où le réel est lentement contaminé par une étrangeté proche du fantastique. Rien que de plus banal au départ que cette femme qui part en randonnée dans une forêt montagneuse avec ses deux enfants. Même la raison de cette traversée — le deuil de son mari — pourrait ramener Poisson vers les eaux du naturalisme français que pourtant il évite en permanence. D’abord par cette rencontre imprévue avec un couple qui fait l’amour en pleine nature, vision sexuelle sur laquelle le personnage comme le cinéaste s’attardent plutôt que de la fuir. Puis par ce dialogue qui s’engage avec un homme croisé en chemin — le toujours très bon Samir Guesmi — badinage léger autour de sujets graves qui esquisse peut-être le début d’une relation. Ou encore cette longue séquence où l’on découpe un cochon dans une grange ; ce pourrait être une vision d’horreur, mais c’est au contraire une douceur tranquille qui émane de ces visages, de ces corps et de ces mains trempant dans la viande et le sang.

Tout le film se nourrit de ces contre-pieds bienvenus, maintenant de l’incertitude quant à la réelle nature des événements et des sentiments éprouvés. Pas de pathos mélodramatique à l’arrivée, mais un miracle, une épiphanie. On ne la révèlera pas, et elle suscitera sans doute beaucoup d’interrogations chez le spectateur. Mais, comme on l’a dit dans notre précédent billet, notre préférence va à ces films qui osent brusquer les conventions, dépasser leur maîtrise pour s’aventurer vers des rives plus troubles et moins faciles à étiqueter. Sur ce terrain, Poisson est une réussite totale, choisissant dans sa dernière scène faire tomber sur son récit un phénomène inexpliqué — on pense à certains tours de magie du sorcier Shyamalan — qui l’ouvre au lieu de le fermer, laissant le spectateur libre d’y habiter encore un peu passé le générique de fin.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 18 novembre 2021 Dans H2G2, la bible de Douglas Adams, 42 était la réponse à la « question ultime sur le sens de la vie ». Peut-on alors parler hasard si le millésime 2021 du Festival du film court correspond à sa 42e édition ? Non point,...
Mercredi 2 septembre 2020 Un futur inquiétant, où il ne reste qu’une seule baleine. Scientifique dans un institut de recherches maritimes, Daniel s’échine à essayer de faire s’accoupler des poissons et échoue à trouver l’âme sœur. Son existence change lorsqu’il ramasse sur...
Mardi 10 décembre 2019 Puisque pour les vingt ans de la Chute du Mur de Berlin, le CHRD avait fait une expo historique et didactique, pour le trentenaire de ce haut fait, il convie six street artistes pour une parenthèse simple voire simpliste.
Mardi 14 novembre 2017 Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des (...)
Mardi 23 mai 2017 Entre le Palais de Justice et la place Guichard, s'installe un chic resto maritime. Au programme : déco indus', assiettes japonisées et service au cordeau.
Mardi 17 janvier 2017 Un duo, un solo et un trio pour réviser ses mathématiques et ses esgourdes : c’est d’abord Arnaud Rivière & Rodolphe Loubatière qui marient bidouillage (...)
Mardi 10 novembre 2015 ​Lancé à l’aube des années 1980 à Gerland puis installé dans la foulée au Zola de Villeurbanne, le Festival du Film Court a connu de nombreuses métamorphoses. Mais il demeure, à 36 ans, un phare précieux pour révéler les nouvelles générations....
Mardi 1 septembre 2015 Si le festival Lumière ouvre le bal des festivals de l’automne,  une cohorte de rendez-vous se pressera dans son sillage, célébrant toutes les (...)
Mardi 18 novembre 2014 Le festival du film court de Villeurbanne, manifestation phare du genre dans l’agglo, a commencé au Zola vendredi dernier et se poursuit jusqu’à dimanche. (...)
Mardi 3 juin 2014 Sept ans après sa création à (feu) la Biennale du Théâtre jeune public, voici revenir "Jérémy Fisher", conte lyrique sur l’altérité et le courage d’être soi. On replonge. Nadja Pobel
Mardi 18 mars 2014 L’air de rien, les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain du Zola fêtent cette année leur trentième édition. Une endurance remarquable qui ne s’accompagne (...)
Vendredi 22 novembre 2013 À mi-parcours de sa compétition européenne, nos favoris au 34e festival du film court de Villeurbanne restent solidement en tête, malgré de jolies découvertes et un nouvel OVNI filmique de l’insaisissable Christophe Loizillon. Christophe Chabert
Jeudi 14 novembre 2013 La compétition du 34e festival du film court de Villeurbanne s’annonce passionnante, et plus que jamais ouverte sur le monde — et ses affres —, vu par des cinéastes en quête d’audace et d’efficacité. La preuve en quelques films majeurs. Christophe...
Mercredi 6 novembre 2013 C’est le début cette semaine de l’incontournable Festival du film court de Villeurbanne au Zola, qui s’annonce cette année comme un excellent cru. On dit ça (...)
Dimanche 11 novembre 2012 Pour sa 33e édition, l’excellent Festival du film court de Villeurbanne va faire, contre vents et marées, le panorama d’un genre en perpétuelle mutation et en pleine expansion. Avec déjà un gros coup de cœur dans sa compétition :«American...
Vendredi 9 novembre 2012 Rencontre avec Morgan Simon, auteur et réalisateur d’"American football", un premier court d’une grande maîtrise et d’une belle intelligence qui renouvelle habilement le genre classique du "boy meets girl" à la française. Tourné à Lyon, le film a...
Jeudi 3 mai 2012 On le savait, Jean Lacornerie aime le théâtre musical. Pour sa première saison à la tête du Théâtre de la Croix-Rousse, il donne sa vision ébouriffée de "Mesdames de la halle", petit objet musical insolite de Jacques Offenbach. Pascale Clavel
Mercredi 9 novembre 2011 La révolution numérique a touché Le Zola et le Festival du film court de Villeurbanne ! Conséquence : une explosion du nombre de films présentés en présélection… Reste à savoir si la qualité de la compétition suivra, mais les à-côtés du festival...
Lundi 29 novembre 2010 Bilan du 31e festival du film court de Villeurbanne : pas de véritable choc dans la compétition française, mais quelques films réussis qui dessinaient de beaux univers d’auteurs, sur la forme ou sur le fond. Christophe Chabert
Jeudi 11 novembre 2010 Local / Chaque année, le festival du film court de Villeurbanne laisse une place aux films tournés dans la région par de jeunes cinéastes. Si cette production (...)
Jeudi 11 novembre 2010 Cinéma / 31 ans à proposer le meilleur de la production française et européenne en matière de court-métrage, cela relève de l’amour. Rien d’étonnant à ce que cela devienne le slogan et le thème du festival du film court de Villeurbanne, dont...
Dimanche 22 novembre 2009 Festival / Christophe Loizillon et son film 'Corpus / Corpus' sont les grands vainqueurs du 30e festival du film court de Villeurbanne au sein d’une compétition inégale, avec néanmoins quelques très bonnes surprises. Christophe Chabert
Vendredi 6 novembre 2009 Événements / Le festival du film court de Villeurbanne a choisi comme parrain de son trentième anniversaire une personnalité exceptionnelle du cinéma français : (...)
Jeudi 5 novembre 2009 Cinéma / Pour ses trente ans, le festival du film court de Villeurbanne se tourne vers son passé et fait le bilan en films de trois décennies de court métrage. Mais par-delà cet anniversaire, les compétitions de 2009 affirment avec force la vitalité...
Dimanche 23 novembre 2008 Le palmarès du Festival du film court de Villeurbanne a conclu avec panache une édition de très bonne tenue, couronnée par un réel engouement du public. CC
Vendredi 7 novembre 2008 Quelques Grands Prix du festival ces dix dernières années, dont les cinéastes ont depuis passé le cap du long-métrage.
Vendredi 7 novembre 2008 Hors compétition / Comme chaque année, le festival propose en dehors de ses trois compétitions une flopée de séances illustrant la diversité, ancienne ou récente, (...)
Vendredi 7 novembre 2008 Cinéma / Sur fond de crise des festivals de cinéma, la 29e édition du Festival du film court de Villeurbanne tient bon la barre, attentive aux bouleversements du genre, désireuse de montrer de vrais films à ses spectateurs. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !