Dominic Palandri : doux, dur et dingue

New York Paradis

Théâtre La Maison de Guignol (Gourguillon)

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Vieux routier des planches (et des guitares) au physique de grizzli et au caractère d'ours en peluche, Dominic Palandri s'essaye avec "New York Paradis", sa dernière mise en scène, à une forme de théâtre plus conventionnelle. A moins qu'il ne s'agisse d'une forme de café-théâtre moins conventionnelle ? Benjamin Mialot

«Après les représentations, on me demande souvent si j'ai fait de la prison» confesse, amusé, Dominic Palandri. Gueule de cinéma et dégaine de biker prêt à vous casser une queue de billard sur le sinciput au premier raccroc, le bonhomme dégage en effet le genre de présence qui vous cause des sueurs nocturnes en plein jour. Surtout pour qui ne connaît de lui que le hitman en cavale de Ta gueule ! et l'arbitre radié pour brutalités de Carton rouge, les personnages de brutes épaisses que son vieil ami Jacques Chambon lui a taillés sur mesure.

En vrai, Dominic Palandri est un un chic type et l'un des comédiens les moins unidimensionnels du circuit du café-théâtre. Sans doute parce qu'il n'en est pas un pur produit : «A l'origine je voulais être batteur. Quand j'ai fait mes premiers concerts, je me suis rendu compte que je voulais être le mec devant. J'ai donc commencé à chanter. Et là, je me suis dit : "pour gagner en confiance, je dois faire du théâtre". Je ne sais pas pourquoi j'ai eu cette idée. Ça m'a paru évident». C'était il y a une grosse vingtaine d'années.

Son côté punk

Depuis cette intuition, Dominic Palandri a touché à tout : au one-man-show à deux reprises, dans une veine de «gentil couillon» proto-Frank Dubosc, au two-men-show (Les Louzeurs avec Thierry Rousset, «de formidables années d'insouciance»), à la mise en scène (avec L'Amour est une dure lutte et Apéro thérapie), aux castings («On me dit toujours que c'est super mais on me prend jamais, je dois avoir trop de personnalité (rires)») et bien sûr à la musique, jardin personnel aux haies taillées comme les cheveux de Bashung qu'il cultive avec le soutien de Philippe Prohom – son prochain disque en son seul nom de famille ne devrait plus tarder. A chaque fois avec un souci du verbe hérités du «choc» que fut sa découverte des grands textes du théâtre dit classique – il dit avoir adoré joué Scapin et aurait sans doute été très convaincant dans la détonante adaptation des Fourberies de Laurent Brethome – au point d'avoir laissé en friche son deuxième solo, le très littéraire Dominic Palandri is not dead mais presque, parce qu'il ne trouvait pas le temps de le faire sonner naturellement.

En attendant de réconcilier ses deux marottes – il a repris l'écriture de sa toute première pièce, sur un groupe de rock – c'est au service d'une mystérieuse et audacieuse conversation fragmentée entre deux costards-cravates (Lionel Buisson et Maxime Jullia) qu'il met ce perfectionnisme : «Je ne peux pas en dire plus sans gâcher la surprise, si ce n'est que je l'ai écrite avec une très grande liberté intellectuelle. Auparavant, j'écrivais avec un objectif : faire rire, jouer dans un certain réseau... Je me mettais donc des contraintes de pêche, de festivité, de bonne humeur... Cette fois je m'en suis foutu et je me suis dit "tant pis si personne n'aime le spectacle et qu'il ne sert à rien". Après tout, ça fait partie du travail de l'artiste de faire des choses inutiles. Et celle-ci me tient particulièrement à cœur». Voilà bien Dominic Palandri : un grand punk sentimental.

New York Paradis
Du jeudi 18 décembre au mercredi 31 décembre à la Maison de Guignol

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 16 décembre 2014 Baffrer et se bidonner entre potes devant un spectacle bien rôdé, il y a pire comme façon de fêter la Saint-Sylvestre – par exemple se goinfrer et ricaner tout seul devant un bêtisier à peine remonté. Sélection. Benjamin Mialot
Mardi 16 décembre 2014 A l'heure où nous mettons sous presse, comme on dit quand on veut faire croire qu'on bosse pour un journal aussi prestigieux que ceux publiés à la fin (...)
Mardi 16 décembre 2014 A l’Opéra de Lyon, entre deux représentations de Rusalka, c'est du pur sucre que nous propose la soprano Felicity Lott pour le passage à la nouvelle année, le (...)
Mardi 16 décembre 2014 Comment réveillonner quand on est petit et que minuit, sans la perspective d'une descente du Père Noël, n’a plus le moindre espèce d’intérêt ? Les Célestins ont (...)
Mercredi 13 novembre 2013 Vous souvenez-vous de Monsieur Plus, ce guilleret moustachu qui s'évertuait, à coups de bousculades opportunes, à rendre plus appétissants et plus savoureux (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X