Musée des confluences : la tête dans le Nuage

Dans la chambre des merveilles

Musée des Confluences

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Quatorze ans après avoir été esquissé par le Conseil général du Rhône et une semaine avant qu’il ne passe sous le contrôle de la Métropole naissante, le Musée des confluences ouvre enfin. Miracle : la pertinence de son propos et la qualité de ses collections étouffent les légitimes polémiques qui ont accompagné son édification. Nadja Pobel

Raconter l’homme. L’ambition du Musée des confluences est conséquente et, après avoir entendu bien des discours et lu quantité de notes d’intention, une chose est certaine : le pari est réussi, tant la balade dans ses salles est non seulement instructive, mais aussi et surtout émouvante.

Ce geste qui se déploie pour dire d’où nous venons, comment nous interagissons avec les éléments, comment nous mourrons, n’avait pourtant rien d’évident quand, en 1996, Michel Mercier, président du Conseil Général du Rhône, demanda à Jean-Jacques Pignard, en charge de la culture, de mener à bien une réflexion sur le devenir du musée Guimet. Dans le même temps, le maire de Lyon, Raymond Barre, lançait un comité de pilotage sur la création d’un musée des sciences, des techniques et des sociétés. Les scientifiques mobilisés étant bien souvent présents dans l’un et l’autre des cercles, il fut décidé de ne construire qu’une seule institution mêlant tous ces champs de connaissances. «Nous n'avons pas fait un musée pour le mammouth de Choulans ou la girafe Sophie précise ainsi Jean-Jacques Pignard, mais un musée sur l’homme et les mystères de l’homme. C’est presque un musée philosophique qui offre non pas la, mais les réponses que donne la science. Et qui soulève aussi les questions sans réponse».

Emile Guimet souhaitait, en inaugurant son deuxième musée à Paris, en faire «une usine de sciences philosophiques dont les collections ne seraient que la matière première». Cette approche novatrice, à la confluence des savoirs et des disciplines, se traduit ici dans les quatre salles de l’exposition permanente confiées, fait rare, à des agences de scénographes différentes. Loin de créer de la disharmonie entre ces boîtes noires, cette idée se traduit par une très grande lisibilité de leurs axes, tous ne nécessitant pas le même type de déambulation. Il s’agit véritablement dans chaque cas, comme promis et annoncé, de remonter le fil d'un récit plus que de donner des explications – quand bien même elles sont le fruit d'un vrai conseil de sages. Et c'est en cela que le visiteur est pris d'un certain frisson.

4 temps, des mouvements

La salle des origines expose pour commencer le système solaire. Par un mur de gouttelettes d’eau signifiant le surgissement du vivant, viennent ensuite d’imposants squelettes de dinosaures, dont les ombres se découpent telles des peintures rupestres : ceux du camarasaurus et du mosasaure, tous deux récemment acquis par le musée. Ils témoignent de l’évolution de la vie animale, apparue il y a 550 millions d’années, comme le montrent des fossiles prisonniers d'un grand schiste de Burgess. Au fil du parcours sont évoqués le développement des ailes, celui des canines et enfin celui du pouce opposable chez le lémurien maki-kata, celui-là même qui nous permet de tenir et d’attraper. Par ces éléments qui paraîtraient presque anodins, le musée illustre des étapes essentielles de la marche du monde. Ainsi également de ces œufs de la taille de ballons, dont l'apparition a permis aux dinosaures de se libérer de la ponte dans l’eau et de conquérir un nouveau territoire en progressant dans les terres.

Soucieux comme le très précieux planétarium de Vaulx-en-Velin de ne pas se focaliser sur une approche qui ne serait que scientifique, le Musée des confluences mêle à ces jalons des conceptions cosmogoniques, notamment inuits avec un superbe fœtus en pierre lové dans une sorte de nid prenant l’identité de plusieurs animaux. Ce va-et-vient est une antienne : croire en l’implacable comme à l’irrationnel, c'est ne pas oublier que l’homme se nourrit de ses contradictions.

Croisements

Car s'il est au centre de l'objet du musée, l'homme n’en est pas pour autant le héros absolu. Dans la salle consacrée à la maille du vivant, il apparait même sous son plus mauvais jour dans la vitrine des animaux disparus (ou en voie de disparition, sources d'un vertige encore plus grand) où, victimes de la pression démographique et de la surexploitation des ressources naturelles, le dodo (ici en squelette) et le loup de Tasmanie ne sont plus que des souvenirs.

Plus loin, la partie "société" est elle sous-titrée avec finesse "théâtre des hommes". Il y a bien en effet une part de jeu, parfois dangereux, dans la façon dont nous créons, organisons et donc détruisons, y compris via la guerre – belle armure en laque d’argent du Japon du XVIIe siècle – notre environnement. Que vient faire une vitrine de minéraux tous plus scintillants les uns que les autres à côté de produits électroménagers – dont une étrange machine à "imprimer" des crêpes de 1970 ? Le concassement des premiers a permis de fabriquer les seconds, ces nouveaux outils. La transformation de matière première sert toutefois autant la création de besoins que celle d'oeuvres, double signification dont la juxtaposition d'une machine à textile à une robe de mariée sortie des usines Brochier est une bonne illustration : pour que des industriels puissent élaborer des techniques aux desseins plus artistiques, il a d'abord fallu fabriquer du tissu et inventer le tissage Jacquard. De fait, c'est aussi la question de la transmission des savoirs et de l'apprentissage qui est au coeur des collections.

Même dans l'expérience de la mort, que relate la dernière pièce, plus petite mais elle aussi raccord avec la vocation transversale du musée – une œuvre récente d'Aubanel y côtoie des objets très anciens comme des statuettes protectrices du Congo et un sarcophage de Haute-Egypte – est évoquée la manière dont se situe l'espèce humaine par rapport à ses congénères et à ses croyances à travers de magnifiques mises en espace, en particulier celle d'une sépulture se reflétant dans un miroir.

Méfiez-vous des apparences

C'est là l'autre grande qualité du Musée des confluences : il n'est pas qu'une somme de connaissances fondamentales, ses scénographes ayant aussi su relever le défi du beau, et ce en toute humilité. C’est particulièrement le cas dans la salle consacrée à la diversité du vivant, signée du cabinet Zen + dCo et tissée de 35 km de cordes qui rappellent les rainures des toiles de Soulages et sont autant de liens entre les vitrines. Le sphinx égyptien, les mammifères empaillés, la collection de mollusques, le panneau de papillons colorés qui semblent prendre leur envol loin des cadres stricts d’antan, la galerie des oiseaux (dont on peut entendre le cri via une installation numérique) ou cette série d’antilopes qui permet de comprendre la classification du vivant et comment la nature évolue en s’adaptant aux conditions extérieures : tout y est stupéfiant d'harmonie et d'accessibilité.

À de nombreux endroits, de petites vidéos ludiques et graphiques résument ainsi les grandes notions présentées en s’adressant par un même canal aux petits comme aux grands. La possibilité de toucher certaines pièces (en tête un morceau de pierre lunaire) est une autre vertu de ce lieu où le souci d'être à hauteur des visiteurs est constant. La manière dont y est présenté le cheminement du savoir le résume : à l’instar du CHRD qui débute son parcours par un bureau d’historien (celui de Marc Bloch), Confluences rappelle que la connaissance transite par le travail du chercheur, ici personnifié par un ancien bureau de radiologie et de multiples outils d’observation, véritables pièces d’orfèvre.

Une fois l'histoire terminée, ne reste plus qu'à quitter le "nuage" et ses couloirs larges comme des routes et sa rampe d'accès qui, un peu comme celle de la coupole du Reichstag, épouse les contours du "cristal", le monumental hall d'accueil. Et à s'émerveiller encore, le contenant étant, de l'intérieur, aussi impressionnant que le contenu.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 23 septembre 2021 Percutant les musiques traditionnelles auvergnates de ses fulgurances électroniques, Ernest Bergez — alias Sourdure — vient présenter son troisième opus au Périscope, finement accompagné d'une partie des instrumentistes invités sur De Mòrt...
Mercredi 16 juin 2021 Exposition d’ampleur, aussi belle qu’anxiogène, La Terre en héritage a le mérite de remettre en perspective nos connaissances et montre comment depuis le néolithique, l'humain a dévoyé les richesses de son air, son sol, ses eaux à son seul...
Jeudi 10 juin 2021 En point d'orgue de son festival Images de sons, du 11 au 20 juin, le Musée des Confluences propose une soirée hommage à Woody Guthrie, peut-être la plus grande figure de la musique folk américaine – ce à quoi souscrirait son plus grand fan, le Prix...
Mercredi 16 décembre 2020 On pourrait vous la faire courte en recopiant trois phrases du communiqué de presse de la Métropole annonçant en quoi consiste la grande "rébellion" de Bruno Bernard contre la décision du gouvernement de laisser les lieux de culture fermés. On a...
Vendredi 5 juin 2020 Détecter des traces du vivants. C'est ce que chacun d'entre nous s'est évertué à faire dès le 11 mai passé... Mais pour le Musée des Confluences, c'est l'occasion d'ouvrir ses collections riches de plus de 4000 os et de décrypter ce qu'ils nous...
Jeudi 12 mars 2020 Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures de la métropole, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure. (dernière mise à...
Mardi 21 janvier 2020 Deux millions, c'est le nombre d'objets qui hantent les collections du Musée des Confluences. Huit celui du nombre de livres édités jusque-là par la (...)
Mardi 17 septembre 2019 S'immerger, participer, regarder, manger peut-être : les musées patrimoniaux se déclinent en diverses formes pour évoquer pêle-mêle la gastronomie, les prisons, les murs ou la graphie. Débroussaillage.
Mercredi 10 juillet 2019 Les bestioles qui grattent et piquent sont au cœur d'une exposition destinée en priorité aux enfants de 7 à 12 ans. Tables à leur portée, textes à déchiffrer comme un jeu : il sauront tout sur ces insectes pénibles avec un objectif affiché : mieux...
Mercredi 13 février 2019 Dans une scénographie sombre, millimétrée par la lumière et somptueuse, le Musée des Confluences présente une première partie du legs que lui fait un couple de collectionneurs. Approche sensitive d'un art peu montré : celui du Nigéria.
Mardi 23 octobre 2018 Confluences n'est pas que ce musée dont le succès jamais ne se dément, c'est aussi depuis son ouverture il y a 4 ans un lieu de création de spectacles. OverSeas est le plus ambitieux des projets montés jusque-là. Arpentage des coulisses et...
Mercredi 10 janvier 2018 En ce premier semestre, plusieurs expositions initieront de nouveaux horizons de pensée. D’Est en Ouest, du Sud au Nord, la traversée mondiale de l’art se voudra engagée dans la découverte. Qu’il s’agisse de personnalités aussi célèbres que Warhol,...
Mardi 13 juin 2017 La très réussie exposition consacrée aux frères Lumière s'installe dès cette semaine au Musée des Confluences, légèrement revisitée : une plongée dans l'histoire d'une famille, mais surtout aux origines du cinéma comme de la photographie couleur.
Mardi 16 mai 2017 Depuis maintenant treize éditions, le principe de la Nuit européenne des musées est aussi simple que populaire : ce samedi 20 mai, tous les musées (ou (...)
Mardi 2 mai 2017 Après un parcours guidé dans l'histoire du poison, Venenum lâche le visiteur en pleine nature dans une deuxième partie foisonnante et intrigante, entre sciences naturelles et médecine. De quoi faire le tour complet d'un sujet vipérin.
Mardi 11 avril 2017 Ô combien précieuse est la place de Jean Rouch (1917-2004) dans le panthéon de la cinématographie mondiale ! Car justement, il fut l’un des premiers auteurs (...)
Mardi 28 mars 2017 Les vacances d'avril approchent dangereusement. Que diable les enfants vont-ils pouvoir faire de leurs dix doigts ? Petite sélection primesautière d'ateliers et autres stages frais et décontractés.
Mardi 20 décembre 2016 L'exposition Antarctica au Musée des Confluences est prolongée jusqu'au 16 avril 2017. Présentant pour la première fois les images de l'expédition de Luc (...)
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 3 novembre 2015 La France et la Corée célèbrent cette année le 130e anniversaire de leurs relations diplomatiques. Pour l'occasion, le Grame et le CNSMD vous invitent à une balade musicale inédite où les deux cultures s’emmêlent.
Mardi 15 septembre 2015 Du foot aux migrants, tout ce qui fait tourner nos JT – avec un manque de hiérarchisation affolante – sera disséqué dans les musées d'histoire lyonnais cette saison, au rang desquels celui des Confluences qui, pour sa première rentrée, a blindé son...
Mardi 24 février 2015 Raconter l'homme. Tel est l'objet, vous le savez, du Musée des confluences. Tel est aussi celui, peut-être vous l'apprend-on, des Récits d'objets qu'il édite (...)
Mardi 3 février 2015 À peine ouvert, le Musée des Confluences franchit la barre des 100 000 visiteurs et embraye sur sa troisième expo temporaire, consacrée à la conquête du Pôle Sud, racontée comme une haletante compétition sportive. Nadja Pobel
Mardi 23 décembre 2014 Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’espace dédié aux expositions temporaires est plus important que celui accordé à leur voisine permanente (2800 m² (...)
Jeudi 18 décembre 2014 Quinze ans après que le Conseil général du Rhône ait initié la création d’un lieu regroupant les sciences naturelles, les techniques et même les beaux-arts, voici qu’ouvre enfin le Musée des Confluences. Aperçu rapide de son contenu avant que nous y...
Jeudi 6 novembre 2014 Avec des spectacles à part entière sur les places centrales que sont les Terreaux et Bellecour, la Fête des Lumière 2014 mettra du vendredi 5 au lundi 8 décembre le paquet sur la Presqu’île. Sans oublier un parc de la Tête d'Or évanescent et les...
Mardi 16 septembre 2014 C’est désormais officiel : le musée des Confluences ouvrira ses portes le 20 décembre... avec six ans de retard. Voici un aperçu de ce qui vous attend dans ce nuage de verre, à commencer par un impressionnant squelette de camarasaurus. Nadja Pobel
Jeudi 20 mai 2010 À partir du 28 mai et jusqu'au 24 juillet, le Musée des Confluences organise une vaste manifestation dédiée aux créations africaines en général (musique, cinéma, (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !