Bernard Hinault, Blaireau malgré lui

Vive le Tour

Institut Lumière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Invité à ouvrir le festival "Sport et Cinéma" de l'Institut Lumière, Bernard Hinault, quintuple – et dernier français – vainqueur du Tour de France fut aussi, à sa manière, un personnage de cinéma. Le héros de quelques-uns des plus beaux thrillers sur rou(t)e de son époque, tous marqués, à l'image du dernier, par une envie de gagner qui en toute circonstance et jusqu'au bout resta irrépressible et irraisonnable. Stéphane Duchêne

Quand on pense à Bernard Hinault, deux images viennent immédiatement en tête. La première, c'est celle de l'étape Autrans-Saint-Etienne sur le Tour 85, que Le Blaireau termine le visage en sang et le nez en charpie après une chute à 300 mètres de l'arrivée. La seconde : le même, un an plus tard, franchissant main dans la main avec son jeune coéquipier Greg Lemond la ligne d'arrivée de l'Alpe d'Huez. Image mythique scellant "définitivement" une réconciliation au sommet après des jours d'imbroglio tactique et de suspicion de trahison de parole. La tragédie grecque conclue, croit-on, par un triomphe romain.

Voilà l'histoire : à la fin du Tour 85, remporté par Hinault avec l'aide d'un Lemond piaffant d'impatience – il avait un peu hésité à jouer sa carte après la défiguration stéphanoise d'Hinault – le maître faisait une incroyable promesse devant les caméras : son cinquième Tour désormais en poche, il se dévouerait à la victoire de l'Américain pour le suivant. Une formalité au vu du niveau de l'équipe La Vie Claire, composée à coups de millions par Bernard Tapie, fan de cyclisme depuis environ cinq minutes car néo-marchand de pédales suite au rachat de Look pour le prix d'un vieux lacet.

Politesse

Sauf que 86 venu, les jambes pas si vieilles du Blaireau sont pleines de fourmis qu'il lui faut rassasier, fut-ce à coup d'attaques bravaches, dont la dernière sera de trop, contre son propre leader. Jusqu'à l'Alpe, donc, épilogue ripoliné d'un scénario trop téléphoné. Tout le monde tombe dans le panneau mais la ligne à peine franchie, Hinault, plus cabot que jamais et plus Blaireau qu'au premier jour, sème la terreur en direct, une bière à la main : «on n'est pas rendu au bout, maintenant on peut se faire la guerre tous les deux jusqu'au bout (…) et le plus fort gagnera». En tendant l'oreille, on peut alors entendre la mâchoire de Lemond tomber au sol. Devenu complètement paranoïaque, il dort avec son vélo, fait goûter sa nourriture, pense arrêter, chute, tétanisé, dans le contre-la-montre remporté par Hinault en une ultime bravade. Tapie, lui, boit du petit lait en rêvant à ses pédales.

Manipulation ? Mouais. Si l'on connaît un peu le Blaireau, transcendé par un public qui rêve de le voir endosser une sixième toison d'or – un record – on sait qu'il ne peut admettre de "laisser" la victoire au jeunot, que c'est plus fort que lui, que le blaireau Hinault est plus fort que l'homme Bernard. Que sa promesse, il l'a peut-être faite un peu vite, se pensant en bout de course avant de s'apercevoir qu'il pouvait peut-être gagner encore. Passer pour un type qui n'a pas de parole ? Bof, la parole, en vélo, c'est comme la selle : quand on est "facile", on s'assoit dessus et on pédale, le reste c'est pour les danseuses et les journaleux. Pour le natif d'Yffiniac, sur un vélo, la seule politesse qui vaille c'est de gagner. Il l'a toujours fait, dès sa première course, remportée sur un clou dont le facteur n'aurait pas voulu.

C'est qu'Hinault est l'un des derniers grands champions à l'ancienne, doté de qualités physiques invisibles au premier regard, entretenues à la force du mollet et d'une mentalité de menhir mêlant virilité vieille France au plafond bas et bon sens terrien balayant toute question superflue. Hinault n'a ni la hauteur aristocratique d'un Anquetil, ni la grâce rapace d'un Bahamontes, ni l'aura cannibale d'un Merckx. Hinault est Hinault. Blaireau de combat ramassé sur son vélo et sautant sur tout ce qui bouge, il n'a peur de rien, ni de personne. Cette inconscience devient son carburant. Pour qu'une chute dans un ravin l'eut empêché de gagner le Dauphiné 77, il aurait fallu qu'elle le tue. Ce ne fut pas le cas, il gagna. Au pas et au bord de la crise de nerfs.

Supplice et Calvaire

Le secret d'Hinault : quand il souffre, ses adversaires souffrent deux fois plus, il en est persuadé. Car ce corps qui exulte, exulte surtout dans le supplice. Le sien comme celui de ses adversaires qu'il taille en pièces en alignant les modes opératoires sur son humeur : goutte-à-goutte létal pour le pauvre Zoetemelk, son faire-valoir préféré, dans le Tour 78, ou massacre de masse aux Championnats du Monde de Sallanches en 80. Qu'on le dise fini – en 80 après le Tour, abandonné en douce, et avant Sallanches ; après son opération en 83 et une peignée administrée par Fignon en 84 – le Blaireau attaque plus fort. En 81, il clame que Paris-Roubaix, course qu'il déteste depuis toujours, est une «cochonnerie». Critique d'autant plus imparable que cinq minutes avant, il franchissait en tête la ligne de ladite «cochonnerie», avec des airs de bon débarras.

Le Tour 86 donc ? Cette fameuse promesse ? Conscient qu'il a péché par orgueil, Hinault martèle encore aujourd'hui n'avoir jamais voulu trahir sa parole. Simplement, il ne fallait pas comprendre – sommes-nous idiots – «je te laisserai gagner, mon Grégounet», mais «si tu veux rejoindre le Saint des Saints, toi l'Américain, il te faudra monter au Calvaire et je serai là pour te donner les coups de fouet».

Manière de réécrire l'Histoire ou forme retorse d'hommage à un disciple surdoué mais trop timoré à son goût ? On ne le saura probablement jamais. Mais on peut être sûr d'une chose et cet épisode le démontre autant que son palmarès : tout ce que l'on veut prendre au Blaireau, il faut le lui arracher en combat à mort. C'est là la clé d'une supposée énigme Hinault : la seule chose plus forte que le Blaireau, c'est la rage de vaincre du Blaireau. Et contre sa nature, on ne va pas.

Rencontre avec Bernard Hinault
A l'Institut Lumière jeudi 8 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 16 février 2016 Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire...
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)
Vendredi 9 janvier 2015 Thierry Frémeaux vient de l'annoncer en marge des rencontres Sport, cinéma et littérature : l'Institut Lumière projetera jeudi 15 janvier à 21h le documentaire (...)
Mardi 6 janvier 2015 C'est sous le signe du combat, de la lutte acharnée pour se faire une place - si possible la première - que se place la nouvelle édition du festival Cinéma, Sport et Littérature de l'Institut Lumière. Au programme : champions invétérés, docu...
Jeudi 25 septembre 2014 Une jolie pancarte Leroy-Merlin accrochée sur ses grilles ne laissait plus trop planer le doute ces derniers jours, mais il aura fallu attendre sagement (...)
Mercredi 7 novembre 2012 La double rétrospective consacrée à Charlie Chaplin commence ce week-end à l'Institut Lumière avec le programme suivant : Samedi 10 novembre 14h30 JEUNE PUBLIC (...)
Jeudi 30 juin 2011 Pour terminer sa saison, L’Épouvantable vendredi s’offre une nuit consacrée au Diable, avec trois films dont deux sont des exceptions par rapport à ses principes initiaux : l’un est un navet, l’autre est une (excellente) comédie. Christophe Chabert
Vendredi 12 novembre 2010 Jusqu’à fin décembre, l’Institut Lumière propose une immanquable rétrospective consacrée à Ernst Lubitsch, génie de la comédie américaine, dont les films font aujourd’hui encore figure de modèles par leur rythme endiablé et leur perfection...
Mercredi 26 mai 2010 L’Épouvantable Vendredi de l’Institut Lumière réalise un joli coup avec sa soirée Zombies, où comment faire une généalogie du genre en trois films, un modèle et ses déclinaisons, officielle et officieuse. CC
Vendredi 26 juin 2009 L’Épouvantable vendredi de l’Institut Lumière souhaite de bonnes vacances à ses fidèles à sa manière avec trois films terrifiants, sanglants et fascinants. CC
Mercredi 10 juin 2009 L’œuvre de François Truffaut, actuellement projetée dans son intégralité à l’Institut Lumière, est entièrement contenue dans ses quatre premiers films, où l’on trouve aussi un précipité de ce qu’a été la Nouvelle Vague. Christophe Chabert
Jeudi 7 mai 2009 Entretien / Fabrice Calzettoni et Julien Pouget, responsables des soirées L’Étrange Vendredi à l’Institut Lumière. Propos recueillis par CC
Jeudi 15 janvier 2009 Pour finir en beauté l’événement Tavernier de l’Institut Lumière, un week-end de films américains choisis et présentés par le cinéaste-cinéphile illustrera le beau livre paru chez Actes Sud. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter