L'Amérique au firmament…

Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes d’ici devraient leur donner le change. Christophe Chabert

Les Wachowski, Eastwood, Gonzalez Iñarritu, Paul Thomas Anderson, Michael Mann, Tim Burton, George Miller, à qui on ajouterait bien James Wan et Josh Whedon : le premier semestre 2015 se pose en miroir inversé du dernier semestre 2014. Fini le renouvellement générationnel, les cinéastes du monde entier qui arrivent à une forme de maturité créative, les francs-tireurs décidés à faire trembler le cinoche mainstream ou son frère jumeau, le world cinéma… Certes, il y en aura quelques-uns d’ici à fin mai ; mais ce sont bien les superauteurs américains qui risquent de faire la pluie et le beau temps sur l’actualité cinématographique d’ici là.

Après un mois de janvier en forme de tour de chauffe, ce sont donc Larry et Lana Wachowski qui ouvrent le bal avec leur Jupiter Ascending le 4 février — que son distributeur français a, de manière particulièrement débile, rebaptisé Jupiter : le destin de l’univers. Après la fresque spatio-temporelle de Cloud Atlas, génial puzzle d’une ambition folle, les Wachowski s’envoient en l’air pour un space opera fortement féministe avec Mila Kunis et Channing Tatum. On prend ! Deux semaines plus tard, c’est le géant Eastwood qui régale avec American Sniper. Certes, Jersey Boys était sans doute son film le plus raté depuis Créance de sang… Mais là, il a un matériau en or — le trauma d’un sniper durant la guerre en Irak une fois revenu aux États-Unis — et le très in Bradley Cooper au casting.

Le 25 février, Alejandro Gonzalez Iãrritu, dont on est très loin d’être fan ici, devrait faire forte impression avec Birdman, ou Michael Keaton interprète un acteur autrefois star de blockbuster qui tente de relancer sa carrière en tenant un rôle sérieux à Broadway. Le film est quasiment tourné en un seul plan-séquence, le genre de défi que son chef-opérateur Emmanuel Lubezki aime relever — cf. son boulot avec Malick et Cuarón, notamment sur Gravity.

Privé de désert

On ne mollit pas : une semaine plus tard, le grand Paul Thomas Anderson tente la première adaptation au cinéma d’un bouquin de l’immense et très secret Thomas Pynchon, Inherent Vice, polar 70’s pop et perché où Joaquin Phoenix joue un privé tellement décalé que le Philip Marlowe d’Altman passe presque pour un type normal. On trépignait à l’idée de son retour derrière une caméra ; ce sera chose faite le 18 mars puisque Michael Mann signera Hacker, cyber-thriller mondialisé starring Chris Hemsworth. Quant à Tim Burton, on désespérait de le voir sortir des ornières Disney et de sa propre caricature d’auteur à la signature graphique désormais consacrée ; bonne nouvelle, Big Eyes (25 mars) s’annonce comme son retour à un cinéma artisanal, plus proche d’Ed Wood ou de Big Fish. Avec, dans les deux rôles principaux, Christoph Waltz et Amy Adams, ce qui nous change de Johnny Depp et Helena Bonham-Carter. Enfin, un dernier pour la route (furieuse) : le reboot de Mad Max (14 mai) par celui qui en fut le créateur, George Miller lui-même, sans Mel Gibson mais avec Tom Hardy (et Charlize Theron). Les bandes-annonces qui ont tourné sur Internet ont rendu hystériques les trois-quarts des cinéphiles mondiaux ; il est vrai que dans le genre explosif, on peut difficilement faire mieux.

On a annoncé deux outsiders dans cette liste de films-événements : d’abord James Wan qui, pour ses premiers pas dans le blockbuster après s’être fait un nom dans la série B d’horreur, de Saw à Conjuring et aux deux Insidious, récupère la franchise impérialiste Fast and Furious, en promettant de lui donner de la chair — tournage en pellicule, acteurs faisant eux-mêmes les cascades — et une âme. À vérifier le 1er avril. Quant à Josh Whedon, après son incartade shakespearienne, il retourne à ses Avengers pour un deuxième volet, Age of Ultron, promis à un carton planétaire lors de sa sortie le 29 avril.

France, terre d’exil

Face à cette dream team de super-héros Marvel, la France fait de la résistance en proposant son propre super-héros : Vincent. Bon, dis comme ça, c’est sûr, ça paraît déséquilibré… Mais Vincent n’a pas d’écailles (18 février), premier film écrit, réalisé et interprété par Thomas Salvador, montre comment un jeune homme découvre qu’une fois plongé dans l’eau, il possède une force surhumaine et des aptitudes de nageur à côté desquelles Florent Manaudou a l’air de faire de la brasse en petit bassin.

Les meilleurs films français (pour l’instant) ont choisi de s’expatrier hors de notre beau pays (pourquoi j’ai écrit cette phrase ?) mais pas forcément pour l’exotisme. Ainsi, Loin des hommes (14 janvier) de David Oelhoffen adapte un texte d’Albert Camus se déroulant au début de la guerre d’Algérie dans les montagnes de l’Atlas. Viggo Mortensen y joue (en français et en arabe : performance !) un instituteur se liant d’amitié avec un paysan algérien accusé de meurtre (Réda Kateb, toujours fascinant). Du bon cinoche populaire, soigné, solide et humaniste.

Rien à voir avec le fabuleux dernier film de Quentin Dupieux, Réalité, qui s’impose comme le chef-d’œuvre d’un cinéaste qu’on adorait, et qu’on commence sérieusement à admirer. Ici, il propulse Alain Chabat dans un labyrinthe irracontable — ça tombe bien, il ne faut pas trop le raconter — qui transforme Los Angeles en un espace mental où chaque personnage est à la fois lui-même et un autre, comme pris dans un film dont on dupliquerait sans cesse la VHS en recollant de manière différente la bande. Vous ne pigez pas ? Eh bien attendez le 28 février pour vous prendre une des claques de l’année !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes,...
Mercredi 7 octobre 2020 « Défiez-vous des premiers mouvements, écrivait Casimir de Montrond. Ils sont presque toujours bons. » Si les artistes revendiquent volontiers une part de spontanéité dans l’acte créatif, quid du premier regard porté sur une œuvre — en particulier...
Mercredi 28 ao?t 2019 La Semaine de la Comédie de l'UGC et grand spectacle pour Pathé : c'est la rentrée des multiplexes.
Mardi 18 juin 2019 Revenant de quelques infortunes artistiques, Jean Dujardin se prend une belle veste (au sens propre) taillée sur mesure par Quentin Dupieux en campant un monomaniaque du cuir suédé. Un conte étrange et intriguant totalement à sa place à la Quinzaine...
Mardi 11 juin 2019 C’est une première et c’est peu dire qu’elle est réjouissante. Le Théâtre des Célestins lance la première édition d’un prix Celest’1 qui vise à faire de (...)
Mercredi 13 février 2019 Tous jeunes et déjà primés pour un travail remarquable, les membres de la compagnie Courir à la catastrophe s'attaquent à la somme bourdieusienne La Misère du monde. Courez-y !
Mardi 20 mars 2018 Le Réverbère dévoile le 3e volet de la série d'expositions consacrée à Pierre de Fenoÿl, éminent photographe parti bien trop tôt. De 1978 à 1986, il parvient à se (...)
Mardi 28 novembre 2017 Nouvelle session de la soirée du Sucre confrontant les univers du classique et de la techno : à l'honneur, un soliste de clavecin et un hacker de dancefloor. Prometteur.
Mardi 17 mai 2016 Réunissant 145 salles de Rhône-Alpes acceptant la carte M’ra, permettant aux élèves et aux apprentis d’accéder au cinéma à des conditions préférentielles, le Réseau (...)
Mercredi 24 février 2016 Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un survival...
Mardi 2 février 2016 Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (127 heures), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Le natif de Manchester fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Mardi 8 décembre 2015 Bertrand Stofleth présente au Bleu du Ciel une trentaine de photographies issues d'un vaste projet sur sept années : "Rhodanie", ou l'approche d'un fleuve à travers son histoire, sa géographie, ses usages. Et aussi ses fantasmes. Jean-Emmanuel...
Vendredi 15 mai 2015 Une date dans le cinéma d’action ? Non, mais un bon blockbuster… Un grand film de George Miller ? Non, juste une efficace remise à jour de la franchise "Mad Max"… Bref, entre excitation et frustration, Fury Road laisse autant repu que sur sa...
Mardi 17 mars 2015 Ce devait être le grand retour de Michael Mann après le décevant "Public Enemies", mais ce cyber-thriller ne fait oublier un scénario aux enjeux dramatiques faibles et aux personnages superficiels que lors de ses scènes d’action époustouflantes et...
Mardi 17 mars 2015 De Tim Burton (ÉU, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston…
Lundi 2 mars 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo
Mardi 3 mars 2015 Ses romans étaient réputés inadaptables, tant ils foisonnent d’intrigues, d’énigmes et de tours de force défiant toute logique figurative ; Thomas Pynchon, qui cultive le secret mais redouble, à 74 ans, de créativité et de culot, vient pourtant...
Mardi 3 mars 2015 En adaptant "Vice caché" de l’immense Thomas Pynchon, Paul Thomas Anderson prouve, après "The Master", qu’il n’aime rien tant qu’aller à l’encontre de sa maîtrise, éprouvée et incontestable. De fait, ce polar pop, enfumé et digressif est un plaisir...
Mardi 24 février 2015 Changement de registre pour Alejandro Gonzalez Iñarritu : le cinéaste mexicain laisse son désespoir misérabiliste de côté pour tourner une fable sur les aléas de la célébrité et le métier d’acteur, porté par un casting exceptionnel et une mise en...
Mardi 17 février 2015 En retraçant l’histoire de Chris Kyle, le sniper le plus redoutable de toute l’histoire américaine, Clint Eastwood signe un film de guerre implacable où la mise en scène, aussi spectaculaire qu'aride, crée une dialectique chère au cinéaste pour...
Dimanche 8 février 2015 « Ixcanul » de Jayro Bustamente. « Journal d’une femme de chambre » de Benoît Jacquot. « Victoria » de Sebastian Schipper. « Une jeunesse allemande » de Jean-Gabriel Périot.
Mardi 17 février 2015 Un caméraman qui veut tourner son premier film d’horreur, un producteur instable, un animateur atteint d’un eczéma imaginaire, une petite fille nommée Réalité… Avec ce film somme et labyrinthique, aussi drôle que fascinant, Quentin Dupieux propulse...
Lundi 2 février 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro (...)
Mardi 27 janvier 2015 Des immeubles new-yorkais plongés dans la nuit, des escalators charriant leur masse de passants urbains affairés, des façades d'immeubles autrichiens : tout (...)
Mardi 6 janvier 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo. Au sommaire ce (...)
Mardi 13 janvier 2015 Adapté d’Albert Camus, le deuxième film de David Oelhoffen plonge un Viggo Mortensen francophone dans les premiers feux de la guerre d’Algérie, pour une œuvre classique et humaniste dans le meilleur sens du terme. Christophe Chabert
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Mardi 18 mars 2014 Que ce soit au cinéma avec "Wrong cops", sa nouvelle folie, ou dans la musique électronique en tant que Mr Oizo, Quentin Dupieux confirme qu’il est désormais une figure incontournable et en même temps insituable, ne répondant qu’à une seule loi : la...
Mardi 11 mars 2014 Invader a ses envahisseurs pixelisés, héritiers de faïence de ceux que massacra toute une génération d'early gamers au début des années 80. Thomas Vuille a M. (...)
Mardi 25 février 2014 Le Sucre sort de sa routine le temps de quatre soirées durant lesquels se produiront autant de fondateurs de labels emblématiques de la musique électronique actuelle... Et qu'on vous recommande plutôt quatre fois qu'une. Benjamin Mialot
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Mercredi 4 décembre 2013 Après une première expérience réussie l’an passé, les cinéphages de Zonebis, coupables chaque année d’organiser l’excellent festival Hallucinations collectives, (...)
Dimanche 12 mai 2013 Nuits Sonores, c'est terminé. Déjà ? Déjà. A se demander si un an d'attente pour quatre jours de réjouissances, ce n'est pas un peu cher payé. Au vue de la somme de glorieux souvenirs que nous avons emmagasinés lors de la dernière journée de cette...
Dimanche 20 mai 2012 Sept lieux, six sessions de 9h de live, trois concerts spéciaux. Il fallait bien ça pour fêter les dix ans de Nuits sonores, fleuron européen de la musique électronique (et plus si affinités). Compte-rendu du jour 4. Benjamin Mialot
Mercredi 4 janvier 2012 L'hyperréalisme trop lisse de Brann Renaud cache bien son jeu, sinon ses jouets. Le jeune peintre (exposé à la galerie Elizabeth Couturier jusqu'au 4 (...)
Jeudi 13 mai 2010 Trois jeunes artistes exposent à la BF15 (jusqu'au samedi 29 mai) des œuvres intrigantes interrogeant, perturbant, déplaçant notre perception de la réalité. (...)
Mardi 23 mars 2010 Pour sa dixième édition, le festival Théât'Réalité nous invite à réfléchir à la question du regard porté sur les femmes dans notre société. Tout au long de la journée du 27 (...)
Lundi 30 mars 2009 Miss Kittin et The Hacker, DJ et producteurs, après un First Album qui avait durablement traumatisé son monde et donné ses lettres de noblesse à la mouvance électroclash, sortent huit ans plus tard, Two, qui surfe sans complexe sur d’autres...
Jeudi 12 juin 2008 Expo / C’est devenu maintenant une petite tradition : chaque été, le musée Paul Dini organise une exposition collective d’art contemporain placée sous une (...)
Mercredi 15 décembre 2004 Avec Mon trésor, Keren Yedaya aborde le thème de la prostitution féminine à travers une histoire de transmission mère-fille. Un film entre naturalisme coup-de-poing et auteurisme faussement pudiques dont la cinéaste explique la génèse. Propos...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter