Big Eyes

Big Eyes
De Tim Burton (EU-Cda, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz...

Tim Burton se livre à une étonnante autocritique déguisée dans un film trop plat pour être réellement passionnant.

Il n’y a pas de scandale à dire que la carrière de Tim Burton a, depuis dix ans, pris du plomb dans l’aile. Entre serment d’allégeance à l’empire Disney — Alice au pays des merveilles — et déclinaison paresseuse de son propre style — Sweeney Todd, Dark Shadows — l’ex-trublion semblait rangé des voitures, VRP d’une signature graphique vidée de sa substance subversive.

à lire aussi : Dark shadows

La surprise de Big Eyes, c’est qu’il marque une rupture nette avec ses films récents. Il y a certes dans cette histoire certifiée Amérique des sixties, des pelouses verdoyantes devant des pavillons soigneusement alignés, des coupes de cheveux parfaitement laquées et des peintures bizarres d’enfants à gros yeux — celles que dessine Margaret Keane mais que son escroc de mari va s’approprier, et avec elles gloire, argent et carnet mondain ; ce n’est toutefois qu’une surface de convention, dictée par l’authenticité du fait-divers raconté plutôt que par une volonté auteurisante.

Car Big Eyes relève d’un storytelling très sage, presque plat, comme si Burton jouait profil bas pour se faire oublier derrière son intrigue et ses personnages. Il commet toutefois une flagrante erreur de casting : si Amy Adams est excellente, Waltz en fait trop, et le couple qu’ils forment à l’écran paraît déséquilibré et peu crédible. Autre lourdeur : la voix-off du journaliste qui raconte cette histoire vraie, commentaire intempestif qui ne fait que souligner des évidences sans les mettre en perspective.

à lire aussi : Tim Story

Ce film scolaire et décevant dans sa facture s’avère pourtant passionnant dans son sous-texte : impossible de ne pas voir derrière cette histoire de signature falsifiée et d’imposture artistique transformée en produit commercial une autocritique de Burton vis-à-vis de sa propre carrière, comme s’il se projetait à la fois dans la créatrice sincère et dans le faussaire qui la spolie, plus docteur Jekyll que docteur Frankenstein. Il n’est pas impossible, du coup, que Big Eyes soit aussi le signe d’une renaissance…

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 13 février 2019 En général, la fonction crée l’organe. Parfois, une disposition crée la fonction. Comme pour l’ancien vice-président des États-Unis Dick Cheney, aux prérogatives sculptées par des années de coulisses et de coups bas, racontées ici sur un mode...
Mardi 9 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce reductio ad absurdum, Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.
Mardi 11 octobre 2016 Grâce à un line-up complètement inédit dans lequel une clarinette remplace la guitare, Bärlin voyage aux frontières du rock. Le résultat ? La bande originale d'un conte de Perrault adapté au cinéma par Tim Burton.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 2 septembre 2014 Moins flamboyante que l’an dernier, la rentrée cinéma 2014 demandera aux spectateurs de sortir des sentiers battus pour aller découvrir des films audacieux et une nouvelle génération de cinéastes prometteurs. Christophe Chabert
Mardi 18 mars 2014 En racontant l’histoire d’amour entre un homme solitaire et une intelligence artificielle incorporelle, Spike Jonze réussit une fable absolument contemporaine, à la fois bouleversante et effrayante, qui fait le point sur l’humanité d’aujourd’hui du...
Lundi 17 juin 2013 Remettre Superman sur la carte du blockbuster de super-héros après l’échec de la tentative Bryan Singer : telle est la mission que se sont fixés Christopher Nolan et Zack Snyder, qui donnent à la fois le meilleur et le pire de leurs cinémas...
Jeudi 10 janvier 2013 Django unchained, hommage ou remix ? Les deux et plus encore. Au commencement il y a Django, légende du western italien. Année 1966 : dans la foulée de Pour (...)
Lundi 7 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, «Django Unchained» n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Mercredi 2 janvier 2013 Après «There will be blood», Paul Thomas Anderson pousse un cran plus loin son ambition de créer un cinéma total, ample et complexe, en dressant le portrait d’un maître et de son disciple dans une trouble interdépendance. Un film long en bouche mais...
Jeudi 10 mai 2012 Tim Burton met un frein à la crise créative qu’il traversait depuis trois films avec cette comédie où il cherche à renouer avec la fantaisie noire de ses débuts, sans y parvenir totalement. Christophe Chabert
Vendredi 4 mars 2011 Opération retour en grâce pour David O’Russell avec cette chronique de deux frères boxeurs inséparables et pourtant rivaux : un film qui, malgré quelques beaux moments de cinéma, déçoit par son conformisme. Christophe Chabert
Jeudi 9 juillet 2009 Fidèle à lui-même et pas à la caricature qu’on veut donner de son cinéma, Quentin Tarantino enthousiasme avec cette comédie de guerre dont l’enjeu souterrain est de repenser l’Histoire récente à partir de ses représentations...
Lundi 8 juin 2009 De Christine Jeffs (ÉU, 1h20) avec Amy Adams, Emily Blunt…
Jeudi 25 septembre 2008 Reprise à l’Institut Lumière d’«Edward aux mains d’argent», premier volet de la collaboration fructueuse entre Tim Burton et Johnny Depp, et mise sur orbite d’un style baroque et féérique. CC
Vendredi 12 septembre 2008 Les meilleurs films du moment ont tous un point commun : ils font de leur décor un personnage à part entière de leur récit et de leurs enjeux. Christophe Chabert
Mercredi 6 février 2008 Tim Burton, cinéaste, poursuit avec Sweeney Todd l'exploration de son univers gothique, baroque et poétique, en compagnie de son alter ego de comédie Johnny Depp. Christophe Chabert
Mercredi 30 janvier 2008 Sommet de virtuosité formelle et de beauté plastique, collaboration parfaite entre un cinéaste et ses acteurs, drame macabre et sanglant d'une noirceur totale, le dernier Tim Burton a tout du grand film. Mais c'est aussi, hélas ! une comédie...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !