La légende vivace d'Ennio Morricone

Ennio Morricone

Halle Tony Garnier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En faisant un peu de méta-journalisme (tout de suite les grands mots), on pourrait vous dire qu'il est difficile de ne pas parler de la venue à Lyon pour un concert quoi qu'il arrive exceptionnel du grand Ennio Morricone et que pourtant il est tout aussi compliqué d'en parler.

Comment, d'abord ? Par quel bout prendre une œuvre qui compte au bas mot quelque 500 scores ? Même sur une Une, ça ne tient pas. Et puis qui a réellement entendu TOUT Morricone ?

Et comment admettre en même temps qu'un tel géant investisse une Halle Tony Garnier – fut-ce bardé de près de deux cents musiciens et donc d'une très grande pompe – en pratiquant des prix qui interdisent a à peu près tout le monde de s'y rendre ?

Oui mais voilà, Morricone reste Morricone, soit quelque chose de l'ordre du pénétrateur d'inconscient collectif, du générateur d'images instantanées – la plupart du temps, en tout cas dans nos têtes, signées Sergio Leone, mais aussi, il ne faudrait pas l'oublier, Pasolini, Marco Bellochio, Elio Petri, les Taviani, Dino Risi, Dario Argento, Sergio Corbucci, sans compter les non Italiens Lautner, Boorman, Malick ou Fuller – par la grâce de trois notes, guère plus,

Remis il y a quelques mois de graves problèmes de santé, le maestro a donc repris à 86 ans la route de la tournée des grands ducs et promis autant de grands classiques – ceux que tout le monde attend, du moins ceux qui ont les moyens de casser leur PEL pour écouter un peu de grande musique dans de mauvaises conditions – que de surprises.

La principale étant que cette légende vivante soit à ce point une légende que comme chez John Ford, elle dépasse un peu l'entendement de la réalité. Á tout point de vue.

Stéphane Duchêne

Ennio Morricone
A la Halle Tony Garnier mercredi 18 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 janvier 2019 Le monde se divise en deux catégories : ceux qui revoient avec délices les fresques opératiques de Sergio Leone, et ceux qui ne les ont encore jamais vues. Le festival de l’Institut Lumière vise à rendre la seconde… creuse.
Jeudi 2 octobre 2014 C'était en 1914, souvenez-vous (mais si, faites un effort) : sur une commande du maire Edouard Herriot, Tony Garnier mettait la touche finale à la fameuse (...)
Mardi 14 juin 2011 Reprise / "Il était une fois en Amérique", le chef-d’œuvre de Sergio Leone, ressort en copies neuves. Christophe Chabert
Mercredi 30 septembre 2009 Difficile à croire, mais les films de Sergio Leone ne sont pas visibles sur les écrans depuis de nombreuses années. Même en DVD, la copie de Pour une poignée de (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !