Interview de Jean-Noël Orengo

Emmanuelle Bayamack-Tam, Loïc Merle, Jean-Noël Orengo

Villa Gillet

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Ville-paradoxe, royaume de la prostitution et, pour Jean-Noël Orengo, « capitale invisible de l'humanité », Pattaya est au cœur de "La Fleur du Capital", roman polyphonique d'une poésie folle qui, à travers la description fouillée et crue d'un endroit unique au monde, fait aussi le portrait en creux d'un Occident qui s'effondre sur lui-même. Amorce d'une discussion à poursuivre à la Villa Gillet. Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Á la lecture de La Fleur du Capital, on se débat, comme ses personnages, avec le mystère de Pattaya sans jamais parvenir à le résoudre. Avant de se dire que, peut-être, le mystère de cet endroit c'est justement d'être une énigme insolvable. Une énigme intrinsèque...
Jean-Noël Orengo :
Oui, absolument. Pattaya, c'est un avis partagé par la plupart de ceux qui sont allés là-bas, est unique. L'architecture, la culture des corps, des êtres même, le mélange des peuples, celui du tourisme familial et du tourisme sexuel, même si je récuse ce terme... C'est à la fois infiniment sordide et infiniment beau.

à lire aussi : Des attractions désastres

Et puis Pattaya pose, via la prostitution, la question du sexe par rapport au puritanisme ambiant. Pattaya est, comme le disait Lowry du Mexique à une époque, le lieu de rendez-vous de l'humanité, et plus que ça, la capitale invisible d'une humanité inquiète qui a l'impression d'être conditionnée. C'est Babel réconciliée dans la nuit et dans la fête.

Ce qui est paradoxal, et cette ville n'est qu'une suite de paradoxes, d'ailleurs pleine d'êtres paradoxaux, c'est qu'on vient à Pattaya pour oublier, s'immerger dans la fête et le présent perpétuel. Mais ce que vous décrivez surtout, ce sont des êtres qui se perdent absolument...
Oui, parce qu'il y a là un rapport à la mort particulier. Pattaya c'est l'élévation par le bas. Une descente et en même temps une illumination permanente, une redécouverte de l'être que nous sommes. Un être qui ne soit pas simplement engagé dans une carrière, un parcours de vie linéaire. Parce que, quelles que soient les origines sociales des un(e)s et des autres, du plus bas au plus haut de l'échelle sociale, il y a la sensation de rejouer sa vie chaque nuit. Avec, véritablement, le démon de la rencontre. Celle qu'on n'aurait jamais fait.

Et cela vaut pour le client comme la prostituée. La prostitution elle existe partout. Là-bas, c'est autre chose. C'est une porte vers autre chose. C'est changer sa vie, transformer son monde, selon le mot d'ordre du XIXe siècle que Breton avait réanimé et qu'incarne Pattaya.

Á Pattaya, il y a une sorte d'épuration des couches superficielles de l'existence que j'ai matérialisée dans le livre avec l'idée de «survoix», cette espèce de voix inconsciente, de conditionnement, qui est là, qui nous pollue, qui nous traverse, mais au final nous dit quoi de vrai ?

C'est l'idée, que vous écrivez, que Pattaya est une «fiction vécue» ou un «réalisme fictionnel», en tout cas quelque chose qui surpasse la vérité. Où l'on n'est plus soi-même mais un personnage...
Absolument. Il y a tout un folklore littéraire, le folklore de la prostituée, le folklore de la nuit, et aussi tout ce qui a constitué le programme de la poésie moderne, de Nerval au Situationnisme – dans leurs mots d'ordre du moins. Par exemple, le «passage hâtif à travers des ambiances variées» dont parle Debord, cette incertitude, là-bas, c'est vrai, ça existe. On peut se retrouver d'une seconde à l'autre dans des situations très dangereuses, on peut mourir, on peut partir le lendemain avec une rencontre de nuit dans sa famille au fin fond du Cambodge, etc.

«Un soir j'ai assis la beauté sur mes genoux – Et je l'ai trouvée amère – Et je l'ai injuriée... » de Rimbaud, c'est vrai. «La beauté convulsive» de Breton, c'est vrai. Il y a une sorte d'évidence qui frappe y compris ceux qui n'en ont rien à faire de tout ça. Même ceux qui se vantent d'être totalement ignares, ressentent une morsure esthétique, un rapport à la beauté qui ne serait pas s'ils étaient simplement engagés dans une vie telle qu'on en a aujourd'hui.

Vous écrivez qu'à sa manière Pattaya, c'est Atlas, que cette ville «invisible» soutient le monde...
Oui, parce que paradoxalement, ce lieu de fête fait qu'on n'est plus dans le divertissement qui éloigne l'existence d'elle-même. Le divertissement, c'est une notion très complexe, ce n'est pas simplement la télé, c'est aussi une manière d'appréhender le monde. Ces conflits idéologiques qu'on nous montre depuis X temps, qui réapparaissent à travers les attentats délirants qui viennent de se produire [l'interview a été réalisée mi-janvier, quelques jours après les attentats de Charlie Hebdo NdLR)] et les discours qu'ils entraînent, traînent une façon de cacher le monde qui est assez dingue.

Or là-bas, à travers cette relation à l'autre, ce contact, on n'est plus dans le masque mais dans le réel de l'existence, du temps qui nous est donné ici sur terre et de ce qu'on veut en faire, du libre arbitre absolu. C'est pour ça que lorsqu'on en revient, on est très vite agacé, on devient taciturne, on a l'impression de perdre notre temps dans les discussions.

Á Pattaya, il y a une sorte d'épuration de ces couches superficielles de l'existence que j'ai matérialisée dans le livre avec l'idée de «survoix», cette espèce de voix inconsciente, de conditionnement, qui est là, qui nous pollue, qui nous traverse, mais au final nous dit quoi de vrai ?

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 18 novembre 2021 Nouveau brassage d'idées pour cette édition de Mode d'Emploi, porté par la Villa Gillet, autour des enjeux liés au journalisme et à la démocratie. En vedette : le journaliste américain William Finnegan, l'Historien Pierre Rosanvallon et...
Vendredi 8 mai 2020 Du 11 au 17 mai, se produiront les Assises Internationales du Roman. Une nouvelle qui prend une résonance quasi-paranormale dans le contexte d'un paysage culturel sinistré par les conséquences de la grande attaque du Covid-19. Le festival a dû faire...
Mardi 1 octobre 2019 Bientôt nantie d'une directrice toute neuve pour succéder à Guy Walter, la Villa Gillet attaque la saison pied au plancher entre littérature, sciences humaines et réflexion contemporaine. En attendant l'avènement des deux navires-amiraux, Mode...
Mardi 24 septembre 2019 Pour sa soirée de rentrée, le mercredi 2 octobre à 19h30, la Villa Gillet a choisi l'audace : celle notamment de faire place nette à deux primo-romanciers, (...)
Jeudi 5 septembre 2019 Le successeur de Guy Walter à la tête de la Villa Gillet est désormais connu et c'est une femme : il s'agit de Lucie Campos,  membre du jury du Booker International Prize et de la revue La Vie des idées. Elle prendra son poste le...
Mardi 13 novembre 2018 Troisième édition de La Chose Publique, foisonnante, du 15 au 24 novembre : au mitan de ce festival des idées, outre les têtes d'affiche que sont Taubira et Rosanvallon, notons la présence de Baptiste Kotras, auteur d'un vivifiant essai sur...
Mardi 2 octobre 2018 Toujours aussi éclectique dans ses choix littéraires et scientifiques et exigeante dans ses thématiques, la Villa Gillet inaugure une saison de rencontres qui s'annonce aussi dense que passionnante.
Mardi 25 septembre 2018 À peine refermée la neuvième édition du festival America, sis à Paris le week-end dernier et réunissant la fine fleur de la littérature d'Amérique (États-Unis, (...)
Mardi 14 mars 2017 Politologue, spécialiste de la délinquance et de la police, Sébastian Roché vient présenter à la Villa Gillet De la Police en démocratie (Grasset), dans lequel il examine la dégradation des rapports police/population à l'œuvre en France depuis des...
Mardi 14 février 2017 Ce jeudi 16 février, la Villa Gillet réunit trois écrivains sous le signe de la différence et de l'altérité... Dans l'ordre alphabétique : le turque Metin (...)
Mardi 31 janvier 2017 Michel Lussault vient débattre à la Villa Gillet de son regard de géographe singulier sur le monde contemporain et de son dernier ouvrage explorant en particulier les hyper-lieux.
Jeudi 13 octobre 2016 Certains annonçaient la Villa Gillet moribonde après ses déboires des derniers mois. Visiblement, le directeur Guy Walter et son équipe, réduite de moitié juste (...)
Mardi 24 mai 2016 Suite à la baisse drastique du budget de la Villa Gillet,  Guy Walter, son directeur, se voit contraint de mettre fin à Mode d'Emploi, le rendez-vous consacré aux sciences humaines. Avant de probables licenciements.
Mardi 19 avril 2016 Convier Joann Sfar pour évoquer son dernier ouvrage paru exige de se tenir à la page : il en a peut-être sorti un ou deux nouveaux depuis la semaine dernière…
Mardi 8 mars 2016 La romancière Camille Laurens et le philosophe François Noudelmann se retrouvent autour d'une table pour débattre du mensonge... Et nous inviter à en déceler les potentialités créatives. Mais pourra-t-on les croire ?
Mardi 24 mars 2015 "Désastre, chaos et réalité", ce sera le thème plus réjouissant qu'il n'y paraît de la rencontre qui se tiendra à la Villa Gillet mardi 31 mars en compagnie d'Emmanuelle Bayamack-Tam, Loïc Merle et Jean-Noël Orengo, autour de trois romans forts,...
Mardi 11 février 2014 «Accomplir quelque chose (…) même en étant nul». C'est ce qu'essaie de faire Gaëlle Obiégly tout au long de son dernier roman, Mon prochain. «Mon prochain», (...)
Mardi 11 février 2014 Retournant au charbon du réel, la littérature propose de le percevoir et de le vivre autrement. La Fête du Livre de Bron en prend acte et, avec ses soixante-dix invités (écrivains, intellectuels, poètes...), sort du sillon pour mieux nous inviter à...
Vendredi 27 septembre 2013 C’est sur une place familiale et tranquille de Lyon, à deux pas de l’Institut Lumière, que nous rencontrons Loïc Merle en plein été indien, dans un contexte bien plus calme que celui qu’il décrit dans son premier roman, "L’Esprit de l’ivresse"....
Vendredi 16 novembre 2012 Avant la Fête des Lumières, c'est fête des cerveaux sur Lyon et sa région avec la première édition de Mode d’emploi, festival dédié à la réflexion tous azimuts, avec des invités de toutes obédiences. Jean-Emmanuel Denave

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !