Maguy Marin refait du Ramdam

May B

Ramdam, un centre d'art

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

La compagnie Maguy Marin, le lieu expérimental Ramdam : deux aventures artistiques qui n'en finissent pas de se réinventer et qui, aujourd'hui, s'allient l'une et l'autre pour un nouveau projet atypique nommé "Ramdam, un centre d'art". La reprise du chef-d’œuvre de Maguy Marin "May B" en sera le premier temps fort. Jean-Emmanuel Denave

La pièce de Samuel Beckett Fin de Partie s'ouvre paradoxalement sur ces mots : «Fini, c'est fini, ça va finir, ça va peut-être finir.» La fin, chez l'écrivain irlandais, s'avère être toujours incertaine, improbable ou inatteignable, ouverte en tout cas à d'autres horizons, d'autres fins (au sens de buts) possibles.

Ces mots émanent parfois des visages crayeux des danseurs de May B. Ils sont articulés entre deux murmures, entre deux gloussements, entre deux déplacements boiteux, poussifs, cabossés... Créée en 1981, la pièce de Maguy Marin embrasse en une heure et demi l'univers de Beckett. Elle est aussi un condensé de la condition humaine, à travers dix individus largués dans le vide, la poussière et une désespérance teintée d'humour. Dix membres d'un groupe incertain qui tour à tour se referme sur lui-même, tangue, se disloque, puis se rabiboche «tant mal que pis encore.»

Depuis plus de trente ans, les gestes infimes, intimes et heurtés de ces dix personnages en quête d'eux-mêmes et d'autrui, bouleversent les spectateurs du monde entier, de tournée en tournée.

Imagination morte, imaginez

Symboliquement, Maguy Marin reprend May B à Ramdam, où sa compagnie s'est établie récemment, après deux années passées à Toulouse et, précédemment, douze années à la tête du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape. «Nous n'avons pas trouvé d'espace de frottement à Toulouse qui nous convienne précise Maguy Marin, c'est pourquoi nous avons décidé de revenir à Lyon autour du projet "Ramdam, un centre d'art".»

Ramdam, c'est une ancienne menuiserie située à Sainte-Foy-lès-Lyon, acquise par Maguy Marin en 1995. La chorégraphe met à l'époque cet espace à la disposition d'un collectif (deux salariés permanents et beaucoup de bénévoles) qui, depuis 1997, accueille des danseurs, des metteurs en scène, des musiciens en résidence, et s'ouvre régulièrement au public pour présenter des spectacles ou des étapes de travail.

Avec l'implantation de la compagnie (et donc un renfort substantiel de permanents), des envies d'extension, de nouveaux projets artistiques et des conditions de travail améliorées au fil du temps, Ramdam poursuit à la fois son cheminement et franchit une étape supplémentaire :

«Avec d'autres artistes, je souhaite, par ce nouveau mouvement, réinvestir très concrètement cet espace, pour en faire un lieu propice à stimuler l'effervescence d'un partage politique qui fasse de la question de l'art et du poétique le lieu d'un exercice du voir, de l'entendre, du sentir, du penser, du dire, tout en répondant aux nécessités liées au fonctionnement de la compagnie.

Hétérotopie

Patrice Conte, président de l'association Ramdam, rappelle lui aussi les dimensions politique et créative de l'invention d'un tel lieu intermédiaire (entre la friche et la salle de spectacle), où l'expérimentation est aussi bien économique qu'artistique. Lieu que l'on pourrait encore définir en termes beckettiens : «D'une part le dehors, de l'autre le dedans, ça peut être mince comme une lame, je ne suis ni d'un côté ni de l'autre, je suis au milieu, je suis la cloison, j'ai deux faces et pas d'épaisseur, c'est peut-être ça que je sens, je me sens qui vibre, je suis le tympan, d'un côté c'est le crâne, de l'autre le monde, je ne suis ni de l'un ni de l'autre...»

Il est clair qu'à une époque où l'on veut à tout prix classer, étiqueter, mesurer, évaluer, Ramdam se profile comme une hétérotopie, un espace de résistance «entre deux refuges éclairés dont les portes sitôt qu'on approche se ferment doucement, sitôt qu'on se détourne s'entrouvrent doucement encore.»

S'il a quelques prédécesseurs fameux (La Cartoucherie de Vincennes d'Ariane Mnouchkine, la Fonderie au Mans de François Tanguy, la friche Belle de mai à Marseille...), cet entre-deux veut se soustraire aux identités définies et figées. Ce sera un lieu de passage (dans tous les sens du terme : transmission et formation, passage d'artistes en résidence, chemins de traverse artistique...) ou, comme préfère le dire, Maguy Marin, «un lieu de frottement». "Ramdam, un centre d'art", c'est l'idée, explique-t-elle

de sortir du clivage des disciplines, de se réapproprier la notion d'art en général, intrinsèquement lié selon moi au politique. On ne va pas voir du cirque, de la danse ou une exposition, mais un "objet d'art" susceptible de faire bouger, de changer quelque chose en nous.

On ira donc à Ramdam voir May B, œuvre non identifiée et géniale, oscillant entre danse, théâtre et littérature.

May B
A Radam du mardi 7 au samedi 11 avril
Singspiele
A Radam du 28 avril au 2 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 octobre 2023 Marque de fabrique de la chorégraphe Maguy Marin depuis de nombreuses années : rien ne filtre en amont de ses créations, ni images, ni notes d’intention… Ou (...)
Lundi 5 septembre 2022 Comme souvent, la saison danse sera très riche à Lyon, notamment dans trois de ses lieux phares : la Maison de la danse, les Subs et l’Opéra. Nous vous conseillons ici dix spectacles mais nous aurions pu en citer encore beaucoup d’autres !
Mardi 4 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Jeudi 16 décembre 2021 Créée en 1981, représentée plus de 800 fois à travers le monde, la pièce May B de la chorégraphe Maguy Marin est un monument de la danse contemporaine, et même (...)
Mardi 10 septembre 2019 Festivals installés comme Sens Dessus Dessous ou le Moi de la Danse, chorégraphes stars tels Christian Rizzo ou Merce Cunningham, découvertes potentielles : voici les dix dates que les amateurs de danse se doivent de cocher de suite sur leur...
Mardi 16 octobre 2018 Une danseuse de Ballet (de l'Opéra de Lyon) qui passe le balai (à l'Opéra), et c'est toute une métaphore ironique que met en scène la chorégraphe Maguy Marin dans (...)
Mardi 20 février 2018 Immense danseuse et chorégraphe multi-primée, cette enfant d’exilés du franquisme n'a de cesse de mettre son art au service de la résistance à la violence du monde. Via sa dernière création Deux mille dix sept et la transmission d'une de...
Mardi 14 février 2017 En 2006, Ha ! Ha ! se découvrait comme un nouvel et très dérangeant ovni dans le parcours déjà si atypique de Maguy Marin. Devant des pupitres de (...)
Mardi 15 novembre 2016 Superbe affiche pour le Ballet de l'Opéra de Lyon qui interprète les trois Grandes Fugues de Maguy Marin, d'Anne Teresa de Keersmaeker et de Lucinda Childs. Cette dernière étant venue tout spécialement à Lyon pour y créer sa pièce.
Vendredi 29 avril 2016 La Biennale de Venise (structure qui regroupe tout à la fois les biennales d'art contemporain, d'architecture, de cinéma, de danse, de musique) a (...)
Mercredi 24 février 2016 À l’honneur chez nous (Maison de la Danse, Ramdam), Maguy Marin sera aussi la marraine de la manifestation Théâtre en Mai qui se tiendra à (...)
Mardi 2 février 2016 Lignes tendues de nappes de guitare en continu, souffle lourd faisant onduler sur scène une cinquantaine de miroirs qui reflètent l'image du public, entrées (...)
Mardi 5 janvier 2016 Après un bel automne, la saison danse accélère encore le rythme en 2016 et s'ouvre avec le nouveau festival des Subsistances,  Le Moi de la Danse, (...)
Mardi 15 septembre 2015 Roland Petit, Merce Cunningham, Saburo Teshigawara, Maguy Marin, Alain Platel... La nouvelle saison danse s'annonce riche en têtes d'affiche. elle réserve aussi bien des projets singuliers et enthousiasmants, comme celui, collectif et ambitieux, de...
Lundi 27 avril 2015 De New York à Séoul, du conte philosophique à la relecture de ghetto movie, de la rumba au baroque : à la rentrée, la volonté de Dominique Hervieu de présenter la danse sous ses formes les plus variées ne faiblira pas. Benjamin Mialot
Dimanche 28 septembre 2014 Cette troisième et dernière semaine de Biennale, deux grands chorégraphes n'ont été que l'ombre d'eux-mêmes. Si Maguy Marin, avec "Bit", parvient encore à surprendre, William Forsythe, lui, se regarde danser lors d'une aussi virtuose qu'ennuyeuse...
Mardi 9 septembre 2014 En se donnant comme fil rouge la notion de performance, la 16e Biennale de la danse revisite le passé et interroge l'avenir. Un questionnement qui ne réduit pas la danse à son histoire, mais lui redonne son caractère toujours renaissant et...
Mardi 10 juin 2014 La seizième Biennale de la danse, toujours aussi prolifique et hétéroclite, se place cette année sous le signe de la performance et de ses avatars contemporains. Jean-Emmanuel Denave
Jeudi 20 décembre 2012 Pour Cendrillon, sa première création en 1985 avec le ballet de Lyon, Maguy Marin ne ménage ni ses interprètes ni les fondements de la danse classique. La (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X