Olivier Py assassine Carmen

Carmen

Opéra de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

L’Opéra de Lyon remet à l’affiche un Carmen qui avait pourtant déclenché, il y a 3 saisons, plus d’une mauvaise critique. Et pour cause : la mise en scène d'Olivier Py, guère visionnaire, passe complètement à côté du chef-d’œuvre de Bizet. Pascale Clavel

Carmen, c’est cet opéra romantique qui a su en son temps bousculer tous les codes du genre. C’est aussi cette œuvre d’une puissance aussi rare qu’éblouissante qui, depuis sa création, exacerbe nos fantasmes les plus enfouis. Carmen, femme libre dans un XIXe siècle corseté par les conventions. Carmen, bohémienne et cigarière, héroïne rebelle éprise de liberté jusqu’à en mourir.

Las, dans cette production, l’oeuvre n’a plus rien à voir avec celle de Bizet. Nous ne sommes pourtant pas les derniers à défendre les mises en scène qui s'attachent à dépoussiérer des univers quelques peu fânés. Mais là où Olivier Py croit faire montre d'un propos moderne, audacieux et transgressif, il n'est que scandaleusement hors sujet.

On est d'emblée médusé devant ce décor monumental qui tourne et tourne encore. Un hôtel miteux d’un côté, un commissariat qui ne l'est pas moins de l’autre et les actes s’enchaînent, tantôt dans l’auberge de Lillas Pastia, tantôt sur une scène de music hall – où travaillerait Carmen – ou dans ses loges. Py tente à ce point de nous éblouir qu'il nous détourne du sujet. Bruyamment. Mille personnages arrivent et repartent : là un singe, ici une panthère, entre autres évocations de la brousse (palmier compris), ailleurs un drapeau français, un nain qui brandit sa pancarte "entracte"... Patchwork d’une tragique incohérence.

Et Py c’est tout

On l'aura compris : l'actuel directeur du festival d'Avignon aime plus que tout la provocation et les travestissements. Le problème ici, c’est qu’il en oublie la musique. Carmen danseuse de cabaret qui chante L’amour est un oiseau rebelle, passe encore… Mais lorsqu’elle entonne Sur les remparts de Séville, la mâchoire inférieure nous tombe du visage : c’est une Carmen dénaturée qui s’affiche.

La distribution vocale est d'ailleurs tout juste honnête. Aurait-on choisi Kate Aldrich pour son physique plus que pour sa voix ? Arturo Chacon-Cruz (Don José) fait lui montre d'un jeu plutôt convaincant, mais vocifère dès qu’il sent la passion l’envahir. Même les chœurs de l’Opéra, d’habitude d’une si belle homogénéité, semblent interloqués par les tempi venus de l’orchestre.

Il faut dire que le chef Riccardo Minasi, peut-être lui aussi subjugué par le décor, se met dans l’ombre, la musique passant comme dans le lointain. Bref, tout cela manque d’humilité.

Carmen
A l'Opéra de Lyon jusqu’au dimanche 17 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 décembre 2023 Avec "Giselle…" et "Carmen.", la danseuse Samantha van Wissen et la chanteuse Rosemary Standley transmettent tour à tour leur passion pour ces tragédies (un ballet et un opéra) dans des spectacles pleins d’intelligence et d’humour signés François...
Mardi 20 décembre 2022 Lui-même ancien cavalier, le réalisateur Christian Duguay remonte en selle pour Tempête dans lequel une jeune fille née dans un haras en même temps qu’un cheval voit son rêve d’écuyère brisé par un accident la clouant dans un fauteuil. Au-delà du...
Mardi 14 janvier 2020 À 35 ans, la chanteuse et comédienne lyonnaise Carmen Maria Vega publie Le Chant du bouc, récit d'une quête hallucinée, entreprise il y a presque une décennie au Guatemala. Celle de la terrible vérité sur son adoption et ses origines sur fond de...
Vendredi 3 février 2017 Mathieu Boogaerts, Carmen Maria Vega, Karimouche, Pomme, Adrien Soleiman, Gaël Faye, Rodolphe Burger… Voici quelques-uns des noms qui viendront (...)
Mardi 22 décembre 2015 Quoiqu’un peu fouillis, le "Carmen" de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout que ce le créateur de la Turakie a inventé en 30 ans. Où l’on voit que ses marionnettes ont du chien, et même une flamboyance nouvelle.
Mardi 15 décembre 2015 De moins en moins de salles restent ouvertes pour le 31. Les Célestins eux, se tiennent à la tradition, avec un spectacle à destination des grands et (...)
Mardi 10 novembre 2015 Le Ballet de l'Opéra s'aventurant habituellement sur les terres de la danse contemporaine, il est surprenant de le découvrir au milieu d'une (...)
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 2 juin 2015 À 51 ans, María Pagès ose enfin se confronter au mythe de Carmen. Mieux : avec "Yo, Carmen", présenté cette semaine aux Nuits de Fourvière, la Sévillane, au fait de son art du flamenco, parvient à insuffler une profondeur inédite à l’héroïne de...
Mardi 17 mars 2015 Il y a des Py flamboyants, dans lesquels le metteur en scène (Olivier de son prénom) fait preuve d’une maîtrise et d’une générosité mémorables – son cycle autour (...)
Mardi 6 janvier 2015 Après un premier tiers de saison assez calme, l’activité théâtrale s’intensifie nettement cette rentrée. Entre stars de la scène locale et internationale, créations maison et découvertes à foison, revue de détails. Nadja Pobel
Mardi 14 octobre 2014 Après un Swan Lake magnifique et unanimement ovationné, dans lequel elle revisitait Le Lac des cygnes façon black power, Dada Masilo, bondissante chorégraphe (...)
Jeudi 2 janvier 2014 Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et, mais là le bât blesse, la gente féminine. Christophe Chabert
Jeudi 2 mai 2013 Ceci n’est pas un opéra. "Ô Carmen" est le solo cartoonesque d’un acteur fou, Olivier Martin-Salvan, qui endosse tous les rôles d’un spectacle lyrique. Nadja Pobel
Lundi 25 mars 2013 De tous les festivals qu’il a tricoté depuis son arrivée à la tête de l’opéra, Serge Dorny livre le plus spectaculaire, le plus visionnaire et le plus culotté : Justice/Injustice, qui réunit une création mondiale, trois œuvres contemporaines, des...
Dimanche 6 janvier 2013 Peut-on dire, sans tomber dans le clin d’œil historique trop appuyé, que cette deuxième partie de saison est marquée du sceau de Robert Badinter ? L’Opéra de (...)
Lundi 9 janvier 2012 Ni vraiment ennuyeuse ni vraiment convaincante, la version de "Roméo et Juliette" par Olivier Py est en constante demi-teinte et ne restera pas dans les annales. Nadja Pobel

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X