Stéphane Brizé : «Un film d'indignation et de colère»

La Loi du marché
De Stéphane Brizé (Fr, 1h33) avec Vincent Lindon, Yves Ory...

Propos de Stéphane Brizé autour de son film, La Loi du Marché

Méthode

Stéphane Brizé : «J’avais un scénario écrit avec des dialogues, mais aux acteurs, je ne donnais à chacun que les infos qu’ils devaient savoir. Par exemple, à Pôle Emploi, j’avais donné à Vincent le nombre de mois depuis lesquels il était au chômage, combien il gagnait, les stages qu’il avait fait, combien il touchera avec l’ASS. Et le type en face de lui, c’est comme quand il reçoit un vrai demandeur d’emploi : il a les mêmes infos. Ils savent l’enjeu de la situation, ils savent où ils doivent arriver et ensuite ils viennent remplir avec leurs mots à eux.»

à lire aussi : La Loi du marché

Acteurs non professionnels

«Même quand je travaille avec des acteurs professionnels, je les prends pour ce qu’ils sont. Ici, ce n’est pas tant ce qu’ils sont que ce qu’ils font. Il y avait des fonctions, et nous nous sommes dirigés vers des gens qui avaient ces fonctions : la banquière, c’est la banquière des castings ; elle a proposé un de ses collègues qui était le DRH de sa banque pour jouer le DRH ; le directeur du supermarché, c’est un chef d’entreprise que je connaissais. Moi-même, j’ai fait un stage d’agent de sécurité pour le film. Vous ne pouvez pas imaginer ce à quoi j’ai assisté. J’avais vu une scène que j’avais retranscrite dans le scénario, j’ai essayé de la tourner et c’était intournable. J’ai assisté à l’interpellation d’une dame, cinquantaine d’années, pas très modeste, qui avait volé un mascara et une carte postale. Elle hurlait dans la salle à l’agent de sécurité noir : "Vous comprenez ce que je vous dis ? Non ? C’est normal, vous n’êtes pas de la même race !" Et moi, elle me dit : "Et l’autre Portugais, qu’est-ce qu’il a à me regarder ?" En sortant de la salle, elle hurlait : "Vive Marine !"»

Politique

«Des gens abandonnés comme Thierry qui arrivent à 50 ans, qui doivent vendre leur mobil-home à 1000 euros près, c’est une honte. Le monde dans lequel on vit, avec une vraie droite et une fausse gauche main dans la main, crée ce genre d’horreurs. C’est un film d’indignation, de colère, de tristesse aussi. La question c’est : doit-on tout accepter pour un CDI ? À partir du moment où les patrons jouent avec le travail comme avec une arme, ils ont trop de pouvoir.»

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Samedi 19 mai 2018 Avec Pawel Pawlikowski (Meilleur réalisateur pour Cold War), Stéphane Brizé et Lee Chang-dong en compétition ainsi que trois autres réalisateurs dans les sections parallèles dont Lukas Dhont, Caméra d'Or pour Girl, le distributeur et producteur...
Mardi 15 mai 2018 « Celui qui combat peut perdre. Celui qui ne combat pas a déjà perdu. » Citant Brecht en préambule, et dans la foulée de La Loi du marché, Stéphane Brizé et Vincent Lindon s’enfoncent plus profondément dans l’horreur économique avec ce...
Mardi 13 décembre 2016 Et si Hansel et Gretel étaient de vieilles personnes mises au ban d'une société individualisée parce qu'en crise ? La compagnie La Cordonnerie amène ce succulent – quoiqu'amer - spectacle créé en 2015 à la Croix-Rousse, et c'est une bonne nouvelle...
Mardi 22 novembre 2016 Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désenchantements. Maupassant inspire Stéphane Brizé pour un récit ascétique situé dans un XIXe siècle étrangement réaliste, et habité jusqu’à la moelle par...
Mardi 9 juin 2015 De Diastème (Fr, 1h38) avec Alban Lenoir, Samuel Jouy, Patrick Pineau…
Lundi 18 mai 2015 Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent Lindon. Critique...
Lundi 17 septembre 2012 Stéphane Brizé, réalisateur de Quelques heures de printemps, cinquième film de cet amoureux des silences gênés, des plans séquences qui donne «vertige» et d’un cinéma qui créerait des émotions (fortes). Propos recueillis par Christophe Chabert
Vendredi 14 septembre 2012 Un fils sort de prison et renoue des rapports électriques avec sa mère malade. Avec ce film poignant emmené par une mise en scène sans psychologie ni pathos et deux comédiens incroyables, Stéphane Brizé s’affirme comme un grand cinéaste. Christophe...
Lundi 12 octobre 2009 De Stéphane Brizé (Fr, 1h41) avec Vincent Lindon, Sandrine Kiberlain…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !