H-Burns trace ses routes

Carte blanche à H-Burns

La Belle Électrique

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Après avoir atteint une sorte de Graal rock en enregistrant un "Off the Map" aride et plein de rugosités dans l'antre du mythique Steve Albini, H-Burns a, avec "Night Moves", ouvert grand ses écoutilles mélodiques en direction d'une Californie dont le territoire semble s'étendre à l'infini. Et même jusqu'à l’Épicerie moderne. Stéphane Duchêne

À l'écoute de son œuvre discographique, on aurait tendance à penser H-Burns lancé dans la quête d'une place dans le monde que, sans doute et c'est tant mieux, il ne trouvera jamais. On avait ainsi laissé le Drômois du côté de Chicago, aux mains du rigoriste à salopette Steve Albini pour le très sec (forcément) Off the Map, arrachant aux passages les frusques folk auxquelles il nous avait plutôt et plus tôt habitués.

à lire aussi : Cartes en mains

Mais une fois tombé de la carte, H-Burns en a ouvert une autre, délaissant les rigueurs venteuses de Chicago pour la brise californienne et, au fond, la brisure. Et c'est assez logiquement que Renaud Brustlein s'est tourné, pour orienter son contre-pied, vers un producteur à même d'enrober de la plus belle des manières des compositions qu'on n'avait guère imaginé habitées d'une verve si mélodique : Rob Schnapf, co-producteur du Mellow Gold de Beck et des meilleurs Elliott Smith, mais choisi au départ pour ses travaux avec AA Bondy.

Bande-son

D'emblée, Night Moves déroute, dans tous les sens du terme. Comme avec l'immédiat Nowhere To Be, en ouverture, premier jalon du paradoxe géographico-musical à l'œuvre ici. Car il plane aussi, sur ce disque pourtant enregistré à L.A., l'ombre de Bruce Springsteen, et donc inévitablement celle du New Jersey, mais aussi celles du Nebraska (In the Wee Hours) ou des Streets of Philadelphia (Signals).

Serait-on perdus, dès lors ? Non, on roule. Et on se saoule de rouler au son de ces imparables titres d'album routier. De s'arrêter sur le bord de la chaussée pour apercevoir un autre fantôme – au fond, Night Moves est un peu un disque d'apparitions spectrales et de cité des anges gardiens – celui d'Elliott Smith (Too Much Hope ou Big Surprise).

Voilà donc l'album d'un type qui a toujours voulu aller voir à l'autre bout du monde et de la musique s'il y était, et qui refuse de rentrer chez lui parce qu'il n'en a pas vraiment, de chez lui ; du moins ne s'en contente-t-il pas. Alors il roule, là où il s'est posé, d'un océan à l'autre, sur une autoroute de tubes, poursuivi par ses fantômes à la manière du Fred Madison de Lost Highway, comme pour échapper à lui-même. Et comme si Night Moves était la bande-son d'un film dont il serait également le scénario.

H-Burns [+ Low Roar]
Á l'Épicerie moderne mercredi 27 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 6 octobre 2022 C'est bien connu des coureurs de concert, le mois d'octobre est un peu le mois automnal où le budget sortie se met carrément dans le rouge tant la saison bat son plein. Histoire de trancher et de soulager votre compte en banque, nous nous sommes...
Mardi 20 septembre 2022 Comme d'usage, avec le retour des élèves dans les classes, voici celui des musiciens dans les salles après un été de batifolage en plein air. À la différence qu'ici l'office n'est pas en partie assuré par des types trouvés au hasard dans la rue. Il...
Mardi 8 septembre 2015 Sis du côté de Bourgoin-Jaillieu, le tout nouveau festival Les Belles Journées pose sur le papier des bases solides pour cette rentrée rock avec un plateau 100 % frenchy qui permet de faire le diagnostic, partiel mais aveuglant, d'une pop hexagonale...
Mardi 23 septembre 2014 Dans la collection automne-automne musicale, la tendance est clairement à l'indie rock, cette notion floue et changeante qui pourtant se nourrit d'une évidence : quelles que soient sa nature, sa forme, son humeur, son envie, quand on voit un artiste...
Mardi 22 avril 2014 Kelly Reichardt suit patiemment trois terroristes écolos qui décident de faire sauter un barrage dans un thriller au ralenti où la dilatation du temps, la beauté de la mise en espace et les soubresauts des désirs qui animent le trio confinent à...
Vendredi 9 novembre 2012 Le groupe H-Burns revient avec un quatrième album encore plus grand et plus majestueux que les précédents : «Off the map» (sortie janvier 2013). Un hors-carte qu’il chante hors-temps ; un concert à ne pas manquer en somme, dont on a discuté avec le...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X