Cannes 2015, jours 1 et 2. Le festival se la raconte…

"Tale of tales" de Matteo Garrone. "L’Étage du dessous" de Radu Muntean. "L’Ombre des femmes" de Philippe Garrel.

Voilà, Cannes, 2015, c’est parti, dans un foutoir qui ferait le charme du festival s’il n’était pas une source considérable d’épuisement pour celui qui le subit onze jours durant. Au menu cette année : un plan Vigipirate renforcé qui crée un gigantesque périmètre de sécurité devant l’entrée du Palais, obligeant les centaines de festivaliers à s’agglutiner le long des barrières lorsqu’ils sortent et provoquant des queues monstres quand ils veulent pénétrer à l’intérieur ; des exploitants furibards devant la réforme de leur système de tickets, prêts à mener une action en haut des marches histoire d’exprimer leur mécontentement ; et un grand Théâtre Lumière rénové de fond en comble, du double escalier en hélice à la salle elle-même, bien plus confortable que dans sa configuration précédente.

à lire aussi : La Tête haute

Comme d’habitude, les couacs sont nombreux au démarrage, à commencer par des séances presse tellement étroites qu’il était quasi-impossible d’assister aux projections du dernier Kore-Eda, Notre petite sœur ; pas grave, on se le gardera pour les séances de rattrapage le dernier dimanche, juste avant le palmarès. Ou encore ces publicités pour le moins menaçantes de la Ville de Cannes sommant la population à la civilité — sinon, c’est 180 euros d’amende pour un mégot ou une canette jetée sur la voie publique. Pas de bol, pendant le festival, toutes les poubelles sont supprimées aux alentours du Palais — Vigipirate, bis — si bien que certains doivent déjà en être à 2000 euros de contraventions virtuelles en deux journées seulement.

Bon, comme on n’est pas là que pour commenter l’ambiance — quoique, on aurait bien dit un mot des caméras insupportables qui vous alpaguent à la sortie des films vous sommant d’avoir un avis immédiat sur ce que vous venez de voir. On imagine bien les gars après Le Fils de Saul, dont on parlera demain, dire : «Ouais, vraiment, c’était un film génial sur la Shoah.» Comme si les images des films n’étaient pas suffisantes, il faut aujourd’hui que chaque média produise les siennes, dans un effet de miroirs en miroir qui donnerait autant le tournis que la gerbe ; comme on n’est pas là que pour commenter l’ambiance, donc, passons aux films de cette 68e édition.

On a déjà dit tout le bien qu’on pensait de La Tête haute, le film d’ouverture signé Emmanuelle Bercot ; on vous dit ailleurs ce qu’on pense du Mad Max Fury Road de George Miller, projeté hors compétition ce jeudi matin juste avant son arrivée massive dans les salles et salué, comme c’est étonnant, par l’ensemble de la communauté geek, dont là encore on aimerait bien voir la tronche à la sortie du Fils de Saul — pourtant…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 12 juillet 2018 Un brave toiletteur pour chiens et une brute qui le traite pis qu’un chien sont au centre de "Dogman", le nouveau conte moral de Matteo Garrone. Une histoire italienne d’aujourd’hui récompensée par le Prix d’interprétation masculine à Cannes pour...
Mardi 14 février 2017 Co-scénariste de Philippe Garrel sur Un été brûlant et La Jalousie, Caroline Deruas signe avec L’Indomptée son premier long-métrage. Rome, la Villa Médicis : (...)
Mardi 8 mars 2016 de Hou Hsiao-hsien (Taï, 1h45) avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou…
Mardi 2 février 2016 De César Acevedo (Col, 1h37) avec Haimer Leal, Hilda Ruiz, Edison Raigosa…
Mardi 10 novembre 2015 De Radu Muntean (Rou/Fr/All/Su, 1h33) avec Teodor Corban, Iulian Postelnicu, Oxana Moravec…
Mercredi 1 juillet 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Mercredi 3 juin 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.
Dimanche 24 mai 2015 "Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.
Lundi 18 mai 2015 "Carol" de Todd Haynes. "Mon roi" de Maïwenn. "Plus fort que les bombes" de Joachim Trier. "Green Room" de Jeremy Saulnier.
Mercredi 13 mai 2015 C’est donc La Tête haute qui fera l’ouverture du 68e festival de Cannes ce mercredi 13 mai. Choix étonnant sur le papier, largement justifié une fois le (...)
Vendredi 29 novembre 2013 De Philippe Garrel (Fr, 1h17) avec Louis Garrel, Anna Mouglalis…
Mardi 25 septembre 2012 Entre satire de la télé réalité, comédie napolitaine façon Pietro Germi et portrait stylisé d’un individu au bord de la folie, le nouveau film de Matteo Garrone séduit par ses qualités d’écriture, de mise en scène et par la performance hallucinée de...
Mercredi 1 décembre 2010 De Radu Muntean (Roumanie, 1h39) avec Mimi Branescu, Mirela Oprisor…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter