Cannes 2015, jour 4. La mère des songes.

"The Sea of Trees" de Gus Van Sant. "Mia Madre" de Nanni Moretti. "Les Milles et une nuits, volume 1" de Miguel Gomes.

Cannes 2015, de l’avis général, c’est l’enfer. Après les exploitants, c’est au tour de la presse, et notamment de son lumpenprolétariat, de râler sévère contre l’organisation. Il fallait en tout cas arriver deux bonnes heures à l’avance, cuire tel un poulet au four en faisant la queue et réciter une prière aux dieux du cinéma pour espérer voir les projections du Gus Van Sant et du Todd Haynes, du moins si l’on ne faisait pas partie du gotha de la critique. De plus en plus terrible année après année, cette répartition engendre qui plus est des comportements particulièrement rustres, les copains se gardant des places dans les queues puis dans les salles, histoire de s’assurer que l’on ne finisse pas le cul sur les marches — dans le meilleur des cas — ou le bec dans l’eau — dans le pire.

à lire aussi : Cannes 2015, jour 3. Au cœur de l’irrationnel

Bref, une réforme de ce fourbi paraît inéluctable, et on rêve que tout cela se termine à la loyale : premier arrivé, premier servi, quitte à ce que, telles des groupies avant un concert de rock, certains en soient à planter leur tente devant les barrières pour être sûrs de dégotter le précieux sésame.

The Sea of Trees : Van Sant se fait hara kiri

Évidemment, la rage est décuplée quand tant d’efforts se terminent par la vision de ce qu’il faut bien appeler un navet, tout Gus Van Sant qu’il soit signé. Avec The Sea of Trees (qui devrait sortir en France sous le tire La Forêt des songes, déjà plus ringard, mais aussi plus fidèle à la camelote servie), le réalisateur d’Elephant tombe très bas, et ce n’est pas lui rendre service que de lui trouver des excuses ; après tout, quand on aime un cinéaste, mieux vaut avoir l’honnêteté de lui dire qu’il a fait n’importe quoi plutôt que d’enrober la chose dans une politique des auteurs pour le coup totalement dépassée.

à lire aussi : Cannes 2015, jours 1 et 2. Le festival se la raconte…

Il est vrai qu’avec un scénario pareil, même le plus génial des metteurs en scène aurait eu du mal à rattraper la sauce : proche d’un mauvais épisode de Lost — genre le dernier de la série — son argument consiste à entraîner le spectateur sur la fausse piste d’une œuvre philosophique — un Américain au bout du rouleau fait le voyage à Tokyo pour aller se suicider dans une forêt où les Japonais ont coutume de mettre fin à leurs jours, mais se retrouve avec un autre dépressif sur les bras, un mystérieux autochtone qui semble avoir changé d’avis après s’être ouvert les veines — pour mieux lui asséner une part de flan New Age et bigot. Le tout assaisonné de dialogues sous-titrés pour les mal comprenants et de twists aberrants qui ne peuvent provoquer qu’une seule chose : les ricanements (pendant) et les huées (à la fin ; ça n’a pas loupé).

Pendant tout le film, on cherche ce que Van Sant a pu trouver de goûtu dans cette pâtisserie industrielle ; au départ, il y a bien comme une piste Gerry à travers l’errance dans les bois d’un Matthew MacConaughey torturé à souhait — il ne s’en sort pas trop mal, vu le niveau du film et contrairement à son compère Ken Watanabe, catastrophique. Mais la mise en scène est loin de l’élégie qui présidait à cette œuvre majeure de Van Sant : on a plutôt la sensation d’assister à un produit formaté pour un public "adulte", c’est-à-dire soulignant à gros traits sa soi-disant subtilité. Mais dès que Van Sant se lance dans des flashbacks sur la vie ratée de son personnage et sur son couple défaillant — elle sombre dans l’alcoolisme, se chope une tumeur et claque dans des circonstances qu’on ne racontera pas — l’affaire vire au pathos lourd comme de la brique.

Où est passé le cinéaste plein de tact de Will Hunting et de Promised Land, toujours à la bonne distance de ses sujets, toujours capable de serpenter entre les écueils et d’émouvoir l’air de rien le spectateur ? On ne sait pas, et au fur et à mesure où le film s’enfonce dans le survival métaphysico-chrétien, on ne peut que constater, mi-résigné, mi-accablé, qu’il a réalisé ici son plus mauvais film, et de loin.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 février 2017 La trajectoire de Star, ado du Kansas fuyant un foyer délétère, pour intégrer une bande de VRP à son image, cornaqués par un baratineur de première. Un portrait de groupe des laissés pour compte et des braves gens d’une Amérique sillonnée dans toute...
Mardi 8 mars 2016 de Hou Hsiao-hsien (Taï, 1h45) avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou…
Mardi 2 février 2016 De César Acevedo (Col, 1h37) avec Haimer Leal, Hilda Ruiz, Edison Raigosa…
Mardi 1 décembre 2015 Méditation mélancolique sur l’acceptation de l’inéluctable, réflexion sur la transmission, le nouveau Moretti est surtout un splendide portrait de femme au bord de la crise de nerfs, ainsi qu’au seuil d’une nouvelle vie.
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Mercredi 3 juin 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.
Dimanche 24 mai 2015 "Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.
Lundi 18 mai 2015 "Carol" de Todd Haynes. "Mon roi" de Maïwenn. "Plus fort que les bombes" de Joachim Trier. "Green Room" de Jeremy Saulnier.
Mercredi 13 mai 2015 C’est donc La Tête haute qui fera l’ouverture du 68e festival de Cannes ce mercredi 13 mai. Choix étonnant sur le papier, largement justifié une fois le (...)
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Lundi 15 avril 2013 Sur un sujet ô combien actuel — l’exploitation du gaz de schiste — Gus Van Sant signe un beau film politique qui remet les points sur les i sans accabler personne, par la seule force d’un regard bienveillant et humaniste sur ses...
Jeudi 28 mars 2013 Figure unique du cinéma italien, Pier Paolo Pasolini compte parmi ces auteurs monstres, à l'oeuvre aussi radicale que leur personnalité. En neuf films, les (...)
Jeudi 29 novembre 2012 Véritable casse-tête critique que ce film bicéphale de Miguel Gomes : une première partie ennuyeuse qui aligne les poncifs du cinéma d’auteur, une deuxième somptueuse en hommage aux grands mélodrames muets. Christophe Chabert
Jeudi 9 février 2012 Tout grand film américain est un grand film sur l’Amérique, dit-on. Bernard Bénoliel (ancien des Cahiers du cinéma et aujourd’hui pilier de la Cinémathèque (...)
Jeudi 15 septembre 2011 Deux adolescents flirtent avec la mort avant de flirter tout court dans ce beau film, sensible et pudique, d’un Gus Van Sant revenu de ses expérimentations arty. Christophe Chabert
Mercredi 31 ao?t 2011 Nanni Moretti invente une fiction où la fonction (papale) réveille le vague à l’âme d’un cardinal qui se rêvait comédien. Ce n’est pas une farce mais une belle comédie douce-amère avec un Michel Piccoli formidable d’évanescence. Christophe Chabert
Jeudi 26 février 2009 Un Sean Penn irrésistiblement solaire illumine ce biopic en définitive assez convenu, paisible renoncement consensuel d’un Gus Van Sant en petite forme. François Cau
Vendredi 5 décembre 2008 D’Antonello Grimaldi (Ita/GB, 1h55) avec Nanni Moretti, Valeria Golino…
Mardi 16 septembre 2008 de Bela Tarr (Fr-Hongrie-Ang-All, 2h12) avec Miroslav Krobot, Tilda Swinton…
Mercredi 29 juin 2005 de Gus Van Sant (EU, 1h41) avec Michael Pitt, Asia Argento, Lukas Haas...
Mercredi 31 octobre 2007 Gus Van Sant poursuit son exploration de la jeunesse américaine en livrant sa vision fragmentée d'un fait divers emportant un jeune skateur dans les arcanes de la culpabilité : un film mineur mais envoûtant. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter