Cannes 2015, jour 7. Exercices de style

"Sicario" de Denis Villeneuve. "Cemetery of Splendour" d’Apichatpong Weerasethakul. "Le Tout nouveau testament" de Jaco Van Dormael.

Après la parenthèse enchantée de Vice Versa offerte (à vie) par les studios Pixar, retour à la dure réalité cannoise avec des films qu’on qualifiera gentiment d’inaboutis, pour des raisons somme toute très diverses.

à lire aussi : Cannes 2015, jour 6. Et Pixar fût…

Prenons Sicario de Denis Villeneuve… Tout laissait à penser que le cinéaste québécois allait donner à ce polar sur fond de lutte contre les narcotrafiquants mexicains la même classe que celle insufflée à son superbe Prisoners. Le film démarre d’ailleurs très bien avec un assaut mené contre un repère de gangsters soupçonnés de détenir des otages. À la place, et après avoir soigneusement dégommé les habitants peu fréquentables du lieu, les agents découvrent un véritable charnier de cadavres étouffés dans des sacs plastiques puis dissimulés dans les murs de la maison.

Vision d’horreur puissante qui permet aussi de mettre en avant la protagoniste du film : Kate (Emily Blunt), jeune recrue idéaliste du FBI, vite débauchée par un groupe d’intervention d’élite emmené par un type aussi débonnaire qu’inflexible (Josh Brolin) associé à un tueur mexicain repenti (Benicio Del Toro). Leur première intervention à Juarez permet à Villeneuve de s’offrir un morceau de bravoure filmique assez dantesque, et on se prend à rêver que Sicario suive cette voie pour s’affirmer comme un thriller racé et personnel.

à lire aussi : Cannes 2015, jour 5. Oh ! Carol…

Mais c’est justement par un excès coupable de style que le film s’enraye. À force de chercher à sidérer à tous les plans, Villeneuve finit par se regarder filmer, à moins qu’il ne se contente de s’extasier devant la photo il est vraie magnifique du prodige Roger Deakins — chef op’ des frères Coen, au passage. Touché par le syndrome Sam Mendes, il oublie l’efficacité élémentaire de son récit, se perdant dans un puzzle fait de trahisons et de double jeu, prenant très au sérieux sa série B en tentant de la hisser au niveau d’un objet arty et chic.

Villeneuve fait alors du Friedkin au petit pied, reprenant en version solaire et poussiéreuse l’idée développée dans Prisoners d’un mal qui se propage comme une traînée de poudre dans un environnement de déréliction morale. La marque d’un auteur ? Bof, car à vouloir jouer sur les deux tableaux (celui de l’entertainment hollywoodien et celui du cinéma à prétention festivalière), Villeneuve ne gagne sur aucun d’entre eux ; son film est à la fois creux et ennuyeux, artificiel et vain.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 mars 2016 de Hou Hsiao-hsien (Taï, 1h45) avec Shu Qi, Chang Chen, Yun Zhou…
Mardi 2 février 2016 De César Acevedo (Col, 1h37) avec Haimer Leal, Hilda Ruiz, Edison Raigosa…
Mardi 1 septembre 2015 La vérité fait parfois mal à entendre : Dieu est misanthrope, sadique et résident bruxellois. S’épanouissant dans la création de catastrophes, ce pervers se (...)
Mardi 1 septembre 2015 Cette rentrée 2015 ressemble à une conjonction astronomique exceptionnelle : naines, géantes, à période orbitale longue ou courte, toutes les planètes de la galaxie cinéma s’alignent en quelques semaines sur les écrans. Sortez vos télescopes !...
Mercredi 3 juin 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.
Dimanche 24 mai 2015 "Youth" de Paolo Sorrentino. "The Assassin" de Hou Hsiao-Hsien. "Mountains May Depart" de Jia Zhang-ke. "Dheepan" de Jacques Audiard. "Love" de Gaspar Noé.
Lundi 18 mai 2015 "Carol" de Todd Haynes. "Mon roi" de Maïwenn. "Plus fort que les bombes" de Joachim Trier. "Green Room" de Jeremy Saulnier.
Mercredi 13 mai 2015 C’est donc La Tête haute qui fera l’ouverture du 68e festival de Cannes ce mercredi 13 mai. Choix étonnant sur le papier, largement justifié une fois le (...)
Mardi 15 juillet 2014 Tournée dans la foulée de "Prisoners" avec le même Jake Gyllenhaal, cette adaptation de José Saramago par Denis Villeneuve fascine et intrigue, même si sa mise en scène atmosphérique se confond avec une lenteur appuyée. Christophe Chabert
Mercredi 2 octobre 2013 Deux enfants kidnappés, un père prêt à tout pour les retrouver, un suspect tout trouvé, un détective tatoué et solitaire : les ingrédients d’un film noir très noir sur la contagion du mal signé Denis Villeneuve qui, après "Incendies", réussit haut...
Jeudi 6 janvier 2011 De Denis Villeneuve (Canada, 2h10) avec Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette...
Mardi 24 ao?t 2010 Palme d’or méritée — quoique contestée — au dernier festival de Cannes, le film d’Apichatpong Weerasethakul est un conte métaphysique, un voyage aux pays des fantômes drôle et planant, une expérience de cinéma rare. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter