Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Belgrade, entre chiens et loups

Belgrade

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Depuis la présentation, voilà deux ans, d'une maquette de "Belgrade" d’après Angelica Liddell, nous n’avons plus que le nom de La Meute en bouche. Son théâtre viscéral et férocement contemporain arrive enfin dans une grande salle, celle des Célestins. Nadja Pobel

Le 15 mars 2013, le Théâtre des Ateliers offre son plateau à un jeune collectif venu montrer son travail en cours aux professionnels de la profession. Il s’appelle La Meute. Ensemble, ses membres ont jusque là monté de brillantes mais parfois trop touffues adaptations de Dostoïevski, où l’incandescence du maître russe les guide, notamment dans le fascinant Les Carnets du sous-sol, mais aussi le plus nébuleux Le Grand Inquisiteur. En sortant de la représentation de Belgrade, il est indéniable qu’un moment fort a eu lieu. De ceux qui laissent sonnés et interdits.

à lire aussi : Enfants du siècle

Á cette époque-là, Vincent Macaigne a déjà déposé un beau cadavre dans le cloître des Carmes à Avignon, Julien Gosselin (metteur en scène des Particules élémentaires) est encore inconnu au bataillon, sauf dans ce Nord qui l’a formé, et les collectifs ont eux le vente en poupe (des Chiens de Navarre, bientôt aux Subsistances, à D’ores et déjà).

Si La Meute a des accointances plus ou moins lointaines avec cette nouvelle génération qui n’a pas la prétention de réinventer le théâtre mais bien de lui donner un souffle charriant l'air de son temps, elle marque aussi sa singularité. Belgrade est une façon pour les membres de La Meute de nous dire d’où ils viennent, une réponse à ce fameux «d’où tu parles ?» qu’employaient les étudiants et les syndicalistes dans les AG de Mai 68. Ils n’utilisent pour autant pas le "je", mais passent par le prisme de la littérature, leur matière première, qu’ils dépècent, recousent avec les mots des autres et les leurs, mélangeant les pays et les décennies pour créer leur propre langue.

à lire aussi : Le Conservatoire, tanière de la Meute

Petits arrangements

Belgrade est ainsi un spectacle «d’après» Angelica Liddell. N'espérez pas, dès lors, y retrouver la réconfortante linéarité de l’auteure espagnole. Ses mots sont déplacés, mis dans le désordre, malaxés avec des extraits de textes de Cioran, Dimitriadis, Kertész, Limonov, Maïakovski, Musset, Nietzsche et même de deux membres de la troupe, le metteur en scène Thierry Jolivet et le comédien Clément Bondu. Un patchwork informe, une prétention qui ne dit pas son nom ? Rien de tout cela. Belgrade par La Meute est un acte de naissance. Celui d’une troupe qui, elle le reconnait, est venue au monde dans les cendres des Balkans et en porte les stigmates, ouvrant les yeux au moment où le si absurde mur de Berlin s’écroulait sans crier gare et où le sang coulait à Srebrenica.

La trame dramaturgique correspond ici à l’enterrement de Slobodan Milosevic en 2006. Dans son village pas même nommé de Požarevac se succèdent, sous les yeux d’une journaliste occidentale, les témoignages d'un apparatchik, d'un laissé pour compte et d'un médecin légiste, avant qu'elle ne laisse enfin elle aussi parler ses émotions.

Les dialogues s’amorcent à peine. Monologuer est le seul recours, car dans un tel chaos chacun se cogne à lui-même, sauve ou accuse l’autre de son propre malheur amorcé par le discours du Chant des merles, sorte d’ombre portée sur ce spectacle. C'était en 1989. Milosevic, alors nouvellement président de la Serbie, commémore à Pristina au Kosovo (province autonome de la Serbie) les 600 ans de la défaite des princes serbes contre les Ottomans. Et le sentiment national de reprendre du poil de la bête – immonde. La Yougoslavie, qui se tenait soudée sous l’autocratie de Tito, est sur le point d’imploser.

à lire aussi : Thierry Jolivet a faim de théâtre

Ces faits-là, à défaut de les retracer minutieusement, Thierry Jolivet les fait ressurgir à la lueur de néons clignotants qui éclairent à peine une brume qui ne se dissipe que par intermittence. La belle Europe, rêve de paix extrait des décombres du nazisme, vacille. La poudrière des Balkans n’a que peu à voir avec l’idéal de Schuman et consorts et le rideau de fer ne suffit pas à masquer les massacres dictatoriaux qui se perpétuent côté est. Ce que nous dit La Meute avec force et sincérité, c'est que cette histoire n’est pas celle de nos parents. Elle n'est pas non plus l’apanage de ceux qui l’ont vécue de l’intérieur. Par la force des mots, agencés comme on tresse un solide panier d’osier, par des mouvements tantôt très lents et tantôt heurtés, par la puissance du son, elle nous invite à nous la réapproprier pour mieux interroger l’Europe d’aujourd’hui.

Entre amis

De cette terre dévastée dans laquelle «la vraie société civile n’existe plus», où «quand les bébés mourraient de froid, les vieilles s’agrippaient aux seins des jeunes femmes et buvaient leur lait», La Meute ne propose jamais d’illustration gore au plateau. Thierry Jolivet préfère donner leur pleine mesure aux comédiens. D'une présence hors norme, tous oscillent en permanence entre le cri et le chuchotement et semblent livrer un dernier round avant de s’écrouler ; la seule femme, Julie Recoing, a même de troublants airs de la grande Audrey Bonnet (Clôture de l'amour).

En fond de scène, Jean-Baptiste Cognet et Yann Sandeau jouent en live des compositions d'inspiration post-rock, répondant aux voix par une succession de drones à peine discernables et de fracas assourdissants. L’humanité a déserté. Seule, la journaliste accusée d’avoir tiré profit du drame des Serbes ne voudrait plus que vivre une «douleur privée, strictement privée» et écrire sur «le» Werther. Preuve s'il en était besoin encore que la littérature est pour La Meute un moyen de prendre le pouls fiévreux du monde et de le recracher dans un théâtre bouleversant.

Belgrade
Aux Célestins du mardi 9 au samedi 13 juin

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 10 décembre 2019 À 32 ans, Thierry Jolivet s'apprête à monter sur scène Vie de Joseph Roulin, ce facteur et ami de Van Gogh dont l'écrivain Pierre Michon a fait œuvre. Autour de lui, des musiciens et des membres de leur Meute avec laquelle il avait éclaboussé le...
Mardi 11 juin 2019 Un festival est affaire de qualité de programmation. C'est essentiel mais cela ne suffit pas à en faire un passage incontournable. À Alba-la-Romaine, s'invente depuis onze ans un lieu délicieux où la qualité de l’accueil est égale à l'exigence des...
Mardi 3 octobre 2017 Le souffle du Printemps arabe n’a pas débarrassé les Tunisiens des oppressions, ni purgé certaines mentalités de ses réflexes archaïques. Réalisatrice du (...)
Mardi 10 janvier 2017 Il y a parfois des événements qui tiennent leurs promesses. La création de La Famille royale par La Meute est de ceux-ci. Un auteur vivant (!) et américain, les bas-fonds d'une société moisie — la nôtre —, du rock en live... sous les décombres, le...
Mardi 3 janvier 2017 Quelques grands noms du panthéon théâtral et de nombreux trentenaires au talent cru : voilà de quoi remplir la deuxième moitié de saison qui, espérons-le, sera plus nourrissante que la première.
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 2 juin 2015 Si La Meute existe, c'est grâce au Conservatoire régional de Lyon, où les membres du collectif se sont trouvés. Le responsable et initiateur de cette formation, Philippe Sire, revient pour nous sur ce projet pédagogique peu commun.
Mardi 2 juin 2015 Avant d'être le metteur en scène de "Belgrade" et quelques autres pièces du collectif de La Meute, Thierry Jolivet, pas acquis au départ à la cause théâtrale, s'est formé à l'acteur. Portrait.
Mardi 6 janvier 2015 Après un premier tiers de saison assez calme, l’activité théâtrale s’intensifie nettement cette rentrée. Entre stars de la scène locale et internationale, créations maison et découvertes à foison, revue de détails. Nadja Pobel
Mardi 7 octobre 2014 On l’avait laissé ce printemps avec un épatant travail avec les élèves du Conservatoire de Lyon ("Massacre à Paris"), revoici Laurent Brethome qui rend aux "Fourberies de Scapin" leur noirceur, nous entraînant dans les bas-fonds portuaires armé...
Mardi 9 septembre 2014 Ils sont jeunes, misent sur l’acteur et adaptent des textes peu théâtraux. Ils font pourtant bel et bien du théâtre, avec un engagement total, signant des spectacles remuants et intelligents. Balade dans une saison marquée du sceau de cette...
Mardi 18 février 2014 La Meute, à peine quatre ans, produit ce qui se fait de plus remuant, de plus séduisant et de plus pertinent en matière de théâtre sur nos scènes locales. Après avoir malaxé Dostoïevski, voilà que ses membres triturent "Belgrade" d’Angelica Liddell...
Vendredi 3 janvier 2014 Et si on misait sur la relève en ce début d’année ? Les grands noms du théâtre auront beau être à Lyon tout au long des six mois à venir, c’est en effet du côté des jeunes que nos yeux se tourneront prioritairement. Nadja Pobel
Vendredi 23 novembre 2012 Ils sont à peine trentenaires et font du théâtre sans retenue. Certes, Johanny Bert et Thierry Jolivet n’en sont pas à leur coup d’essai. Mais ils livrent avec "Le Goret" et "Les Carnets du sous-sol" des spectacles aussi radicalement différents...
Mardi 21 septembre 2010 De Franck Richard (Fr-Belg, 1h25) avec Émilie Dequenne, Benjamin Biolay, Yolande Moreau…
Lundi 24 ao?t 2009 Cinéma français / On n’avait pas vu ça depuis un bail : le cinéma français propose un programme exceptionnel pour cette rentrée 2009. Un prophète domine les débats — (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter