La saison 2015/2016 des Célestins

Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce prometteuse. Nadja Pobel

Belgrade, l'un de leur meilleur spectacle de la saison en cours, n'a pas encore été joué que déjà les Célestins dévoilent déjà leur programmation 2015-2016. Bien que des mastodontes nationaux et internationaux soient à l'affiche, la jeunesse s'y fait une place avec :

  • Piscine (pas d'eau) (du 3 au 13 février), pièce trash de Mark Ravenhill et inspirée de la biographie de la photographe Nan Goldin, récemment passée (plus que furtivement) à Nuits Sonores. La metteur en scène Cécile Auxire-Marmouget travaille par ailleurs avec Claudia Stavisky sur le projet La Chose publique, médiation avec les habitants de Vaulx-en-Velin. Pour Piscine, elle a notamment convié l'excellent David Ayala, l'amant un peu rustre de En roue libre cette année.
  • Un beau ténébreux (du 10 au 13 mars) du très précieux mais pas si populaire Julien Gracq, mis en scène par Matthieu Cruciani, déjà aux manettes de Non réconciliés de François Bégaudeau, vu à la Célestine

La fidélité qui caractériste par ailleurs le théâtre permettra cette saison de revoir des artistes particulièrement appréciés dans les années passées. C'est le cas de :

  • Robert Lepage. Le maitre de la prestidigitation théâtrale avait un peu déçu avec la reprise des Aiguilles et l'opium à l'automne dernier, il revient cette fois lui-même sur scène dans 887 (du 13 au 21 novembre) pour un spectacle très personnel évoquant ses relations avec son père ;
  • Marc Paquien, avec les indémodables Fourberies de Scapin (du 30 mars au 9 avril). Après avoir dirigé Catherine Frot dans Oh les beaux jours et Dominique Blanc dans La Locandiera, sa star sera cette fois Denis Lavant, également au générique de Elisabeth II (du 5 au 9 janvier), texte peu connu de Thomas Bernhard mis en scène par la Belge Aurore Fattier ;
  • et Arnaud Meunier. Le très vif directeur de la Comédie de Saint-Etienne avait signé la percutante fresque sur le capitalisme Chapitres de la chute. Il s'attaque cette fois au texte le plus dialogué et le plus narratif de Koltès, Le Retour au désert (du 3 au 11 février) avec, au casting, deux grandes femmes du théâtre : Isabelle Sadoyan et Catherine Hiegel. Didier Bezace les accompagne et s’invitera plus tard dans la saison des Célestins avec le spectacle qu'il crée cet été en plein air à Grignan, Quand le diable s'en mêle d'après trois pièces de Feydeau (du 27 au 29 mai, représentations au Toboggan de Décines).

Hormis Meunier, d'autres très grands metteurs en scènes hexagonaux passeront par là :

  • Pour certains, c'est une première comme Michel Raskine avec Quartett (du 6 au 24 janvier) d'Heiner Müller, où il retrouve l'impeccable Thomas Rortais (vu dans son Triomphe de l'amour) et sa comédienne de toujours Marief Guittier. Celui qui fut le partenaire de cette dernière dans une autre production de Raskine, Le Président, Charlie Nelson, sera lui au générique de En attendant Godot (du 29 septembre au 3 octobre) mis en scène par Jean Pierre Vincent. Ce grand classique qui a enchanté la presse, sera le spectacle d'ouverture de la saison ;
  • Olivier Py viendra lui avec la pièce qu'il montera cet été à Avignon, Le Roi Lear (du 25 au 28 novembre), dans une adaptation qu'il promet courte et musclée ;
  • James Thierré revient de son côté à ses premières amours, la poésie et le cirque, plutôt que la lourdeur et le néant de Tabac rouge. (Ficelle, titre provisoire, du 24 mai au 5 juin). Bonne nouvelle !
  • Thomas Jolly proposera la suite de son épopée de 18h Henry VI, Richard III (du 17 au 20 mai), en 4h30. Á voir si le petit prodige confirme son talent.
  • Enfin, last but not least, le meilleur d'entre tous, Joël Pommerat sera accueilli conjointement par les Célestins et le TNP (et jouera à Villeurbanne) pour son très attendu Ca ira (1) Fin de Louis (du 8 au 28 janvier), où maître de la boîte noire s'attaque frontalement à ce dont il s'approchait pas à pas jusqu’ici : le politique.

Ici et ailleurs

Côté international, le festival Sens interdits (du 20 au 28 octobre), consacré au théâtre d'ailleurs, sera encore largement adossé aux Célestins - ils assurent même la co-production du Songe de Sonia d'après Dostoïevski de Tatiana Frolova, venue du fin fond de la Russie – alors même que son créateur et directeur, Patrick Penot, en a récemment quitté la direction. Il pilote toujours vaillamment cette biennale dont la qualité de la programmation s'est jusqu'ici révélée d'une épatate constance. Au programme notamment, en attendant d'y revenir : le très intrigant Aceso co-écrit et réalisé par Pablo Larrain, remarqué au cinéma pour son film sur le référendum de Pinochet, No.

Hors festival, sont aussi attendus le metteur en scène polonais Grzegorz Jarzyna, qui adapte le bouleversant Opening Night cassavetien sous le titre La Seconde femme (du 20 au 22 mai, au Radiant), et lIitalien Romeo Castellucci pour une adaptation de l'Orestie (du 20 au 27 janvier) d'Eschyle.

Côté maison, les Célestins, on le disait en introduction, font la part belle à un acte politique. Il sera ainsi question de la crise vue par le prisme d'un homme du peuple qui gravit tous les échelons de la société et dont la soif de pouvoir se retourne contre lui dans Les Affaires sont les affaires (du 1er au 26 mars puis du 3 au 7 mai). La pièce sera portée par des comédiens fidèles à Claudia Stavisky : François Marthouret, Marie Bunel, Eric Berger, Fabien Albanese... Enfin, toujours sur ce thème de l’économie reine, Monkey Money (du 15 au 25 mars), écrit et mise en scène par Carole Thibaut, abordera la question des microcrédits, creusant toujours le fossé entre ceux qui possèdent et ceux qui rêvent de le faire.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Jeudi 16 juillet 2020 C’est Arnaud Meunier qui succédera le 1er janvier 2021 à Jean-Paul Angot à la direction de la MC2 — Maison de la Culture de Grenoble, Scène nationale. Il quittera ainsi la Comédie de Saint-Étienne qu’il dirige depuis 2011 ainsi que l’école...
Mardi 14 janvier 2020 Garder la noirceur initiale du conte, y injecter les tragédies modernes, déconstruire le genre... Une pièce à thèse ? Non ! Avec Blanche-Neige, son premier spectacle jeune public, Michel Raskine excelle à réunir tout les éléments foutraques dans ce...
Mardi 20 ao?t 2019 Michel Raskine, ancien directeur du théâtre du Point du Jour, s'offre une cure de jouvence avec son premier spectacle jeune public, "Blanche-Neige histoire d'un prince". Dans le In d'Avignon, il convoque le rire lié à une noirceur dont s'enduisent...
Mardi 18 juin 2019 Le Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape, toujours privé de ses locaux habituels (suite à un incendie), organise une nouvelle édition de l'étonnant (...)
Vendredi 7 juin 2019 Jean Bellorini est l'heureux élu nouveau directeur du TNP à compter du 1er janvier 2020. Il a été choisi par les tutelles contre les quatre autres (...)
Mardi 11 juin 2019 Il se dit "pas pareil" depuis sa création en 2002, à l’instar de sa ville, Villeurbanne. Mais ce n’est pas qu’un slogan. Les Invites, désormais en mode biennale, abordent leur seizième édition avec le Royal de Luxe en ouverture. Toujours 100%...
Jeudi 10 janvier 2019 Depuis plus de vingt ans, Joël Pommerat et sa fidèle compagnie Louis Brouillard arpentent les scènes de France et d'Europe. Que ce soit pour sa relecture noire et bouleversante des contes ("Pinocchio", "Cendrillon") ou son travail très rêche et...
Mardi 19 juin 2018 Pour la première fois, la magie (nouvelle) fait son entrée aux Nuits de Fourvière qui accueillent Yann Frisch. Au menu de ce festival, la création mondiale de l'excellent cirque Aïtal et des maîtres de la mise en scène au service d'étudiants de...
Mardi 20 mars 2018 Le Dandin de Planchon était pour lui un sommet du genre auquel il ne voulait pas toucher, pourtant Jean-Pierre Vincent s’y est collé avec jubilation tant la lutte des classes dont parlait Molière est encore prégnante aujourd’hui.
Mardi 6 mars 2018 Dans Tiens ferme ta couronne, dernier Prix Médicis, Yannick Haenel lance son héros à la poursuite d'une obsession qui le projettera dans mille aventures : celle de faire réaliser un film sur Herman Melville au cinéaste américain Michael Cimino. Tout...
Mardi 6 mars 2018 Escape game dans les conditions d’un réel apocalyptique, ce premier long-métrage aussi sobre que maîtrisé réunit un trio brillant autour d’un scénario rigoureux. En peuplant la capitale de zombies désarticulés, Dominique Rocher gagne haut le moignon...
Mardi 20 février 2018 Le 2 mars, les Célestins vous offrent le car pour allez chez nos voisins stéphanois, dans la Comédie flambant neuve où le directeur de ce CDN monte Fore (...)
Mardi 20 février 2018 Karl Marx à toutes les sauces. Honni, déifié, ou simplement figure du quotidien comme à Berlin qui lui accorde encore une rue grouillante de vie (à l'Ouest) ou (...)
Mardi 9 janvier 2018 Farce déglinguée convoquant une famille au bord de l'implosion et un Presley ressuscité, La Cuisine d'Elvis est un terrain de jeu idéal pour l'acteur et metteur en scène Pierre Maillet. De quoi commencer la saison avec une des plus belles réussites...
Mardi 9 janvier 2018 Avec des monstres de la scène internationale fidèles à la France (Van Hove, Ostermeier, Simon Stone), l'immense succès - mérité - d'Avignon (Saïgon) et un chef d’œuvre (Festen), la deuxième moitié de la saison théâtrale se fera à un pas cadencé.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !