Vice-versa

Vice Versa
De Pete Docter (EU, 1h34) animation

Les studios Pixar et Pete Docter donnent une singulière lecture de ce que l’on appelle un film-cerveau en plongeant dans la tête d’une fillette de onze ans pour suivre les aventures de… ses émotions ! Aussi ambitieux qu’intelligent, drôle, émouvant et exaltant, voici une date majeure dans l’histoire du cinéma d’animation. Christophe Chabert

Vice-versa tombe à pic pour rappeler deux choses essentielles : d’abord, que les studios Pixar sont de grands aventuriers du cinéma, des pionniers qui ne se reposent pas sur leurs lauriers et semblent se nourrir de défis toujours plus ambitieux. Il a fallu huit ans au génial Pete Docter, déjà auteur de Monstres et compagnie et de Là-haut, pour venir à bout de Vice-versa ; on comprend à sa vision à quel point tous les projets montés par le studio entre temps n’étaient que des récréations — parfois formidables comme Toy Story 3 ou Rebelle, parfois décevantes comme les suites de Cars et de Monstres et Compagnie — en attendant d’accoucher de cette œuvre majeure.

à lire aussi : Monstres Academy

Deuxième rappel : le cinéma d’animation n’est pas, comme trop de productions Dreamworks ou Disney récentes ont eu tendance à l’affirmer, une recette commerciale visant à séduire les bambins en leur servant des produits formatés et opportunistes. Pixar travaille le genre dans ce qu’il a de plus noble : une ouverture vers un imaginaire figuratif illimité qui permet de nouer un dialogue riche et intuitif avec les jeunes spectateurs, tandis que les plus âgés font tourner à plein régime leurs méninges pour en décrypter les soubassements intellectuels.

L’Odyssée du cerveau

L’originalité de Vice-versa, c’est qu’il est un peu le discours de la méthode Pixar, sans pour autant perdre de vue son caractère de récit d’aventures trépidantes, bourré d’humour et au final résolument bouleversant. L’idée est, comme son titre l’indique, de renverser les perspectives : plutôt que de suivre de l’extérieur la vie d’une fillette de onze ans, Riley, nous allons la vivre de l’intérieur, depuis le quartier général de son cerveau où s’agitent ses émotions primaires — joie, tristesse, peur, colère, dégoût. Celles-ci sont représentées par autant de personnages colorés et fortement caractérisés, dont les conflits forment la matière principale de l’action.

à lire aussi : La Révolution Pixar

Parmi elles, Joie a droit à une attention particulière : c’est elle qui, la première, découvre le monde à travers les yeux de Riley, et cette séquence d’ouverture est aussi simple et essentielle que l’aube de l’humanité chez Kubrick ou Terrence Malick. L’émerveillement y est tout autant un sujet qu’une matière vivante, cet instant où d’un blanc aveuglant jaillissent des formes et de la vie. Il y aura alors une deuxième "naissance" : une simple bille jaune dans laquelle cette image matricielle va se fixer, premier souvenir fondamental qui ira se stocker dans la mémoire de Riley, prêt à être réactivé en cas de besoin affectif. Se construit alors son monde intérieur, que Docter représente par des îles en apesanteur — la famille, le jeu, l’amitié — comme autant de repères essentiels qui définissent la personnalité de l’enfant.

Le tour de force de Vice-versa, c’est donc de rendre évident à l’écran ce qui ne l’était pas du tout sur le papier : figurer des concepts abstraits que les sciences cognitives, la psychanalyse et les neurobiologistes étudient sans relâche. À cela s’ajoute une autre tâche, encore plus immense : raconter l’instant où Riley va devoir faire le deuil de son enfance, c’est-à-dire accepter la complexité émotionnelle qui est le premier pas vers la maturité.

Au-delà de l’enfance

Vice-versa se déploie alors sur deux plans : la dépression dans laquelle la fillette s’enfonce suite au déménagement de ses parents, et le moment où Joie et Tristesse sont expulsées du quartier général et vont devoir traverser toutes les routes cérébrales de Riley, périple propice à une débauche d’inventions aussi audacieuses que finement observées. Car les scénaristes du film semblent déplier à l’écran le travail invisible qui consiste à connaître jusque dans les moindres recoins la psyché de leur personnage : de quoi sont faits ses rêves ? Qu’est-ce qui habite son imagination ? Quels sont ses traumas, ses peurs, ses inclinations ?

à lire aussi : Toy story 3

À chaque étape, Docter déploie une générosité sans borne et un culot qui semble ne pas connaître de limites. Deux séquences sont ainsi littéralement inédites : celle où l’on visite le studio qui fabrique les rêves, variation autour de l’usine à cris de Monstres et compagnie, où le film se plaît à réfléchir sa propre fabrication, quitte à égratigner en douceur la maison mère Disney ou les théories freudiennes ; et celle dans le couloir des pensées abstraites, où Vice-versa devient pendant une dizaine de minutes une pure œuvre d’art, allant au bout de son concept en le renversant à nouveau : il ne s’agit plus de figurer les circuits mentaux, mais de les replonger dans une autre forme d’abstraction en les déconstruisant jusqu’au vertige.

Tout cela n’a en fin de compte qu’un seul but : emmener le spectateur vers le moment déchirant où Riley accepte que la tristesse n’est pas une émotion négative, mais un sentiment qui doit être mis en équilibre avec la joie. C’est la naissance de la mélancolie, d’une nouvelle bille qui n’est plus monochrome mais multicolore. Quelque chose a changé dans sa vie, mais dans la nôtre aussi : on ne regardera plus jamais de la même façon le cinéma d’animation, sinon le cinéma tout court, après ce chef-d’œuvre qu’est Vice-ersa.

Vice-versa
De Pete Docter (ÉU, 1h34) animation

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 22 décembre 2020 Narrant les tourments d’une âme cherchant à regagner son corps terrestre, le nouveau Pixar résonne étrangement avec la situation du monde du cinéma actuellement au purgatoire et peinant à retrouver sa part physique (la salle). "Soul", un nouvel opus...
Mercredi 26 juin 2019 Quand Fourchette, la nouvelle arrivée dans la tribu des jouets de Bonnie, se fait la malle, Woody part aussitôt à sa recherche. Sa quête lui fera découvrir de bien étranges antiquités, mais aussi retrouver un amie depuis longtemps perdue de vue
Mardi 28 novembre 2017 Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile (Monstre & Cie, Le Monde de Nemo), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et...
Mardi 24 novembre 2015 Après avoir conquis les esprits et les cœurs au printemps grâce à Vice-Versa, le studio Pixar sort son second film de l’année. Est-ce une si bonne nouvelle que cela ?
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...
Mardi 16 juin 2015 Vice-versa, chef-d’œuvre absolu signé Pete Docter, est un nouveau cap pour la révolution initiée depuis vingt ans par les studios Pixar dans le cinéma d’animation. Ou comment une bande de geeks sont venus bousculer le monstre Disney, qui n’est pas...
Mercredi 3 juin 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.
Mercredi 29 avril 2015 L’Orchestre National de Lyon et l’Auditorium viennent de dévoiler une saison 2015/2016 monumentale et foisonnante dont les promesses vont ravir les mélomanes avertis comme ceux qui voudraient faire leurs premiers pas dans le répertoire symphonique....
Mardi 15 juillet 2014 Chaque été, c'est la même chose : tandis que les gens de théâtre se piquent la ruche à l'origan du Comtat entre deux huées dans la cour d'honneur du Palais des (...)
Dimanche 7 juillet 2013 Déception pour le nouveau Pixar : la greffe entre l’univers de "Monstres et Cie" et celle du film de campus ne prend qu’à moitié, et le scénario paraît bien attendu par rapport à celui du précédent "Rebelle". Christophe Chabert
Samedi 4 ao?t 2012 Mais qui arrêtera les studios Pixar ? Leur retour à une histoire originale après deux prolongations de franchises maison donne lieu à une pure merveille, chef-d’œuvre scénaristique et leçon de mise en scène animée. Christophe Chabert
Dimanche 11 juillet 2010 C’est une habitude dont on ne se lasse pas : Pixar domine cette année encore les débats en matière de divertissement intelligent, avec ce troisième volet des aventures de Woody et Buzz l’éclair qui propose une allégorie enlevée sur le temps qui...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !