Les Mille et une nuits volume 1 : l'inquiet

Les Mille et une nuits - L'inquiet
De Miguel Gomes (Prt-Fr-All-Suis, 2h05) avec Crista Alfaiate, Adriano Luz...

Première partie du «geste» politico-poétique de Miguel Gomes, dont les bonnes intentions et les belles idées se fracassent sur sa mégalomanie d’auteur.

Faisons ici une petite autocritique : il nous arrive, par paresse, d’employer à tort et à travers le mot "geste" pour qualifier un film qui affirme une vision radicale du cinéma où une aventure portée par un auteur prenant le risque de ne croire qu’en la mise en scène pour véhiculer son discours et ses idées. Mais quand Miguel Gomes, réalisateur célébré de Tabou, tourne ces Mille et une nuits de plus de six heures découpées en trois parties, il semble lui-même écrire à tous les plans : «Ceci est un geste de cinéma.» Est-ce pour autant un film abouti ? Non, plutôt une accumulation d’idées et de bouts de récits tenus ensemble par un concept assez hasardeux : témoigner des méfaits de la Troïka sur la population portugaise tout en injectant des réminiscences lointaines de l’histoire de Shéhérazade.

à lire aussi : Tabou

Le conte oriental + le documentaire politique : pourquoi pas ? D’autant plus que la nécessité d’un tel projet saute aux yeux, même du plus libéral des cinéphiles… Mais il s’avère en définitive totalement contre-productif, tant Gomes, faute de producteur et de monteur dignes de ce nom, n’a fait qu’assembler les rushs de son tournage, provoquant longueurs, lenteurs et répétitions. Le matériau lui-même est inégal : la parole des ouvriers virés des chantiers navals ou le mage africain venu donner de spectaculaires érections aux membres du FMI, de Bruxelles et de la BCE, puissants économiquement mais impuissants sexuellement, sont des passages assez forts ; en revanche, l’histoire du coq et celle de la grande baignade entrecoupée de témoignages redondants de chômeurs dans la mouise relèvent du j’m’en foutisme intégral.

On comprend mieux, au terme de ce volume 1, son introduction, plutôt gonflée : Gomes, effrayé par sa propre création, s’enfuit à toutes jambes laissant son équipe lui courir après. Une autocritique qui n’est pas qu’un pied de nez mais aussi la vérité d’un film qui tient plus du grand foutoir que d’un "geste" foisonnant.

Christophe Chabert

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, avec d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Jeudi 28 mars 2013 Figure unique du cinéma italien, Pier Paolo Pasolini compte parmi ces auteurs monstres, à l'oeuvre aussi radicale que leur personnalité. En neuf films, les (...)
Jeudi 29 novembre 2012 Véritable casse-tête critique que ce film bicéphale de Miguel Gomes : une première partie ennuyeuse qui aligne les poncifs du cinéma d’auteur, une deuxième somptueuse en hommage aux grands mélodrames muets. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !