Tom à l'écurie

On achève bien les anges (Élégies)

Parc de Parilly

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Grand fan de Tom Waits, Bartabas a fait du plus buriné du crooner l'ombre sonore de ses "Élégies". Un choix judicieux.

D'une de ses grandes idoles musicales, Bartabas dit qu'il est une sorte de Kurt Weill de son époque. Et c'est vrai : on retrouve chez Tom Waits le roulis brinquebalant de certaines des compositions de Weill, également à l'affiche sonore d'On achève bien les Anges (Mandalay Song, La Ballade du souteneur, le classique des classiques Alabama Song et ses déambulations d'un whiskey bar à l'autre immortalisées par les Doors et David Bowie, grand fan de Weill).

 lire aussi : Le spleen idéal de Bartabas

Pour On achève bien les anges, Bartabas a ainsi puisé dans l'œuvre pléthorique et circassienne de Waits certaines de ses plus belles comptines déglinguées, comme ce A Sight for Sore Eyes pour le plaisir des yeux», mise en abîme de l'effet produit par les spectacles de Zingaro) qui démarre sur les douces notes déchirantes d'Auld Lang Syne, un traditionnel écossais connu en France sous le titre Ce n'est qu'un au revoir, sur les jours passés et les vieilles amitiés – on note d'ailleurs que le chef de Zingaro est également allé chercher le nostalgique Dirty Old Town d'Ewan McColl (1949), satellisé bien plus tard par les Pogues.

Or, c'est bien une vieille amitié de longue date mais sans doute platonique, à distance, d'un artiste (Bartabas) pour l'autre (Waits) qui lie ces deux univers avec une manière d'évidence. En témoigne la cohérence absolue des choix du cavalier-chorégraphe dans une poignée d'albums parfois très éloignés dans le temps : les chevalins The Black Rider (1993) et Mule Variations (1999), mais aussi Foreign Affairs (1977), Frank Wild Years (1987), Bone Machine (1992) ou Blood Money (2002), montrant par là même – et dans la manière dont ils se mêlent avec des pièces classiques – l'intemporalité de l'œuvre de celui à qui Fourvière avait rendu un vibrant hommage avec Rain Dogs Revisited.

 lire aussi : Mathias Lyon : «Un travail participatif»

Ce que l'on entend ici, c'est la nostalgie, la conscience aiguë de la mortalité et de l'inéluctabilité de la perte (I'll Be Gone, How it's Gonna End, Widow's Grove). Bref, de ces au-revoir qui pour être déchirants, n'empêchent pas moins de vivre, de rêver et donc de croire aux anges et aux fantômes. Or les chansons de Waits, comme les spectacles de Zingaro, ne sont rien d'autre que des rêves (à demi) éveillés ; c'est sans doute pourquoi ces pays des song(e)s chevauchent si bien côte à côte.

Stéphane Duchêne

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 18 juin 2019 C’est sa dernière tournée de ce genre. Depuis trente ans, Bartabas mène la compagnie Zingaro d’Aubervilliers vers différents continents avec chapiteau, écuries et une quarantaine d’animaux. Cet été, il s’arrête six semaines à Lyon où il a présenté...
Mardi 22 mai 2018 Drôle de programme que ce concert qui nous annonce l'icône punk sexagénaire Nina Hagen chanter Bertolt Brecht dans la grande salle de l'Opéra. Et pourtant pas tant que ça. Explications.
Mardi 17 avril 2018 Délestés des humains (ou presque), les chevaux de Bartabas présentent leurs tableaux comme des grands. Moins immédiatement séduisant que ses précédentes créations, cet Ex anima est une expérience unique et sidérante qui s'installe en Savoie...
Mardi 17 avril 2018 Il nous reçoit dans sa caravane accolé au chapiteau et aux écuries dans cet antre étrange et lunaire : un haras à la sortie de la ligne 7 du métro Fort d'Aubervilliers. Généreux, passionné, Bartabas revient sur cette création qu'il annonce comme...
Mardi 8 novembre 2016 Avec des musiciens intégrés au jeu, un décor non-naturaliste, des marionnettes à taille humaine, Jean Lacornerie signe un Opéra de quat'sous très homogène, plein d'allégresse et de liberté.
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Mardi 23 juin 2015 Mathias Lyon, 21 ans, est l'un des dix cavaliers de "On achève bien les anges". Il revient pour nous sur la méthode de travail de Bartabas et son rapport à l'équitation. Propos recueillis par Nadja Pobel
Mardi 23 juin 2015 Bartabas ne rigole plus. Conçu en début d’année dans une France secouée par les attentats, "On achève bien les anges" est un spectacle dont la mélancolie n'a d'égale que la rigueur et la virtuosité. Retour sur la création, aux Nuits de Fourvière, de...
Mercredi 25 mars 2015 Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot
Jeudi 13 mars 2014 65 spectacles, 170 levers de rideau, des rendez-vous au TNG, à Gadagne ou à la Maison de la danse : les Nuits de Fourvière s'annoncent plus foisonnantes que jamais. Benjamin Mialot
Jeudi 28 juin 2012 C’est peu dire que la mort est en pleine forme dans la dernière création de Bartabas, Calacas. Au-dessus de nos têtes, dans notre dos, devant nos yeux, les morts sont partout et triomphent dans un ballet équestre ébouriffant. Nadja Pobel
Lundi 26 mars 2012 Et voici la programmation complète (ou presque, tant elle est riche) des Nuits de Fourvière 2012 ! Certains événements étaient déjà connus, mais s’y ajoutent d’excellentes surprises, qu’elles soient musicales ou théâtrales… Christophe Chabert
Mardi 27 mai 2008 Théâtre équestre / Avec un entêtement proche de la mule, Les Nuits de Fourvière prolongent cette année encore leur fidélité à certains artistes. Mais pour corser le (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !