La rentrée de l'Institut Lumière

Frappé par la perte de son historien maison Raymond Chirat fin août, l'institut Lumière trompe son deuil en s'investissant sur tous les fronts. La frénésie scorsesienne semble contagieuse…

La rentrée s’est déjà effectuée rue du Premier-Film. Tristement, d'abord, avec la disparition de l'une des mémoires des lieux ; l'un de ceux qui, avec Bernard Chardère, avaient milité pour que Lyon se dote, à l'endroit où le 7e art était né, d'une institution cinématographique digne de ce nom. Cruelle ironie du sort : Raymond Chirat est mort la veille de la soirée de reprise de saison. Une saison ne célébrant plus d'énigmatique chiffre moyennement rond (les 120 ans de l'invention du Cinématographe, à l'instar de la Maison Gaumont), mais qui s'annonce conquérante sur le site historique, comme hors les murs.

Dans la ligne de mire, le Festival Lumière (du 12 au 18 octobre) avec un hommage à Pixar, une Nuit de la Peur et le Prix Lumière décerné au cinéaste Martin Scorsese. Pour réviser son œuvre récente, les quatre films qu’il a tournés avec sa nouvelle muse Leonardo DiCaprio (Aviator, Les Infiltrés, Shutter Island et Le Loup de Wall Street) seront projetés en septembre. La salle du Hangar accueillera également Costa-Gavras à l’occasion d’une jolie rétrospective (le grand Constantin présentera des copies restaurées de Z et de État de siège les 15 et 16 septembre), complétée par une exposition de ses photographies personnelles dans la galerie de la rue de l’Arbre-sec. Et puis l’on croisera Denis Robert pour un salut à Cavanna avec Cavanna, jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai (24 septembre) ou Luc Jacquet pour son beau (quoique lisse) portrait du glaciologue Claude Lorius La Glace et le Ciel (30 octobre). Ultime nouveauté : une programmation le week-end de «classiques éclectiques» (de Ascenseur pour l’échafaud à Jurassic Park en passant par Amadeus et Sorcerer), projetés samedi ET dimanche.

Hors les murs

C’est toutefois en débordant largement au-delà du 8e arrondissement que l’Institut va faire parler de lui dans les prochaines semaines. D’abord avec la réouverture imminente (le 9 septembre) et très attendue du cinéma La Fourmi (Lyon 3e), dont la programmation «épousera la ligne éditoriale historique du lieu : sorties, continuations, reprises». Cédé par François Keuroghlian, le petit complexe de 3 salles (34, 39 et 63 places) a été rénové et ses destinées confiées à Sylvie Da Rocha, qui devrait chapeauter également les CNP. Du flou et des d’interrogations demeurent sur le sort des salles ex-Moravioff : a priori, le site de Bellecour, encore en réfection, devrait s’ouvrir pour le Festival Lumière et poursuivre son exploitation dans la foulée. À voir.

Plus sûre, la sortie du coffret DVD et Blu-ray de 114 films Lumière restaurés en 4K numérique, qui donnera lieu à une soirée événementielle : la projection de Lumière, le film ! à l’Auditorium le 29 septembre. On finira par une note sucrée : la bûche de Noël — non, on n'a pas bifurqué vers l'institut Paul Bocuse. Cette déclinaison est à mettre au crédit du chocolatier Sève qui, l’an passé, s’était pâtissièrement penché sur le cas du Musée des Confluences pour célébrer son ouverture. Amateurs de Lumière, préparez-vous à déguster !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 15 octobre 2019 Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour...
Mardi 6 octobre 2015 Deux ans après l'hommage que lui a rendu par Quentin Tarantino en ouverture, Jean-Paul Belmondo fait son retour au festival Lumière. Il accompagnera (...)
Mardi 6 octobre 2015 Lorsque que vous aurez découvert le hobby de Nicolas Winding Refn, vous ne serez plus étonné par la musique qu’il choisit pour habiller ses œuvres — ni par (...)
Mardi 6 octobre 2015 Georges Delerue, Michel Legrand, Maurice Jarre, Gabriel Yared et désormais, Alexandre Desplat. Aussi prolifique que ses prestigieux aînés, le compositeur (...)
Mardi 6 octobre 2015 ​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de...
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Vendredi 21 septembre 2012 Trésor caché dans la filmographie de Martin Scorsese, "Alice n’est plus ici" est de retour sur les écrans, et il ne faut pas louper ce conte réaliste aux accents country folk, sans doute le film le plus estampillé Nouvel Hollywood du réalisateur de...
Mercredi 7 décembre 2011 Sous couvert d’un conte familial aux accents dickensiens, Martin Scorsese signe une œuvre ambitieuse et intemporelle, où il s’empare de la 3D pour redonner vie au cinéma des origines et à un de ses maîtres, Georges Méliès. Christophe Chabert
Lundi 11 octobre 2010 Curiosités 70’s, cinéma français oublié, certes. Mais dans ce festival Lumière 2010, il y avait quelques objets inconnus, hors format, qu’on allait découvrir à nos (...)
Mardi 16 février 2010 Musique / Lors des premiers plans de Shutter Island, on entend un bruit de cornes de brume assourdies accompagnant l’arrivée du bateau sur l’île. Ce n’est (...)
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !