La rentrée musique côté jazz et world

Du côté de l'AOC "world, soul, jazz, etc.", le fourre-tout est de rigueur, les talents pluriels et les esthétiques en quinconce. Si bien qu'on ne sait plus où donner de la tête. Eh bien c'est juste ici, un peu partout.

C'est comme souvent le Rhino jazz qui va donner le tempo de la rentrée jazz. Mais tel le rhinocéros, l'événement, une fois lancé, court dans tous les sens et c'est dans trois départements que le spectateur doit se mettre en mode safari. Tout le monde n'étant pas équipé d'une jeep, contentons-nous ici des haltes lyonnaises : outre Tigran (voir page 4), se présenteront l'étrangeté électro-jazz-blues Yom (à l'Opéra le 12 octobre), Vincent Perrier qui va «bopper avec Django» à la Clé de Voûte le 23 ou encore le duo Donkey Monkey, croisement de jazz et de rock japonais, oui madame, le 24 au Périscope.

Un Périscope qui garde son cap de chaudron expérimental. Citons pêle-mêle : Emmanuel Scarpa et François Raulin (aucun lien) pour leur Tea Time le 1er octobre, le violoniste Régis Huby et son projet Equal Crossing dont on a lu, sans rire, qu'il promettait une «ambiance frottis» ; ou encore le 13 novembre le chelou Finlandais Mikko Innanen. Et pour la bonne bouche, Cannibales et vahinés, où l'on retrouve G.W. Sok de The Ex, grand ami des musiques pas comme les autres.

White world

Côté "grands noms", on fera dans le classique avec les énièmes venues de Diana Krall, le 3 octobre à la Salle 3000 et de Melody Gardot à Villefranche, le 4 décembre ; de l'un des maîtres du piano jazz italien Stefano Bollani (à l'Opéra les 8 et 10 octobre) ; le Glenn Miller Orchestra (sans Glenn Miller évidemment) le 27 novembre à la Bourse du Travail ; et les Canadiens du Souljazz Orchestra au Marché Gare le 15 octobre.

Ce qui nous amène du côté soul de la force, avec un doublé Nicole Willis and the Soul Investigators puis Faada Freddy au Transbo, les 18 et 19 octobre. Le 9 novembre, c'est l'irrésistible Curtis Harding qui dévalisera l'Épicerie et le cœur des spectatrices. Mais la soul ne suffit pas. Le monde lui si, ou plutôt la world selon l'AOC : avec le blues touareg de Terakaft (8 octobre, Épicerie) et Aziz Sahmaoui, accompagné d'une université toute entière, celle du Gnawa, le 1er décembre au Transbo.

Enfin, pour ceux à qui Alpha Blondy (au Radiant le 30 octobre) ou Ibeyi (aux Nouvelles Voix le 20 novembre) semblent trop communs, on conseillera l'OVNI DakhaBrakha (Villefranche le 16 décembre), qui passe la tradition ukrainienne à la moulinette de la post-modernité, preuve ultime que si quiconque pense à la world, au jazz ou à la soul en termes de musiques noires, il a un train de retard.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 3 mai 2021 Oui – trois fois youpi ! – les Nuits de Fourvière auront bien lieu cette année en juin et juillet. Avec au menu, une édition quelque peu adaptée – horaires, jauges, mesures barrières – mais surtout une édition en vrai, avec des gens. On vous...
Mercredi 14 octobre 2020 Faut-il faire la queue près d’une heure pour une pizza margherita ? Non, mais réserver dans la nouvelle brasserie italo-branchée du groupe Big Mamma, pourquoi pas.
Mardi 11 avril 2017 Toujours au sommet, cette fois du Mont Ararat où son dernier disque puise son inspiration, Tigran Hamasyan revient après plusieurs années hors des sentiers battus au piano solo, formule qui l'a révélé comme un prodige du jazz et de la musique...
Mardi 21 juin 2016 Chaque été, de nombreux petits festivals se lancent dans une programmation pluridisciplinaire, avec du théâtre, de la musique, des lectures… Un choix qui (...)
Mardi 29 mars 2016 Les festivals s'effeuillent en cette fin d'hiver : au tour de Jazz à Vienne de présenter son programme, relevé et concentré sur les valeurs sûres. Voici notre top 5 (et la programmation complète en bas d'article).
Mardi 8 mars 2016 La terre étant ronde, du moins aux dernières nouvelles, plus l'on se dirige vers l'Ouest plus on a de chances d'arriver à l'Est. En définitive, du Far West au (...)
Mardi 15 décembre 2015 "Tradition et modernité", ce vieux débat pour philosophes bachoteurs. Le voici pourtant incarné, loin du cliché, par DakhaBrakha : un étrange quatuor qui, (...)
Mardi 6 octobre 2015 Habitué des festivals de jazz (notamment lyonnais) découvert par Stéphane Kochoyan de Jazz à Vienne, on a tendance à oublier que Tigran Hamasyan a étudié en (...)
Mardi 29 septembre 2015 De mémoire de rats de salle de concert, cette rentrée musicale est l'une des plus chargées que la ville ait connue. Qu'à cela ne tienne, ce ne sont pas dix concerts que nous vous avons tagués comme "incontournables" cette année, mais une vingtaine....
Mercredi 24 juin 2015 «Le violon, de deux choses l’une ; ou tu joues juste, ou tu joues tzigane.» Cet été, Les Cordes en Ballade tordent le cou à cette chanson de Bobby Lapointe et prennent pour thème "Alla Zingarese" : à la tzigane. Philippe Yves
Mercredi 24 juin 2015 Entre éternels retours et renouvellement forcenés des talents, Jazz à Vienne continue pour sa 35e édition de puiser aux sources du jazz tout en se posant en laboratoire de la musique de demain. Stéphane Duchêne
Mardi 5 mai 2015 Peintre libre et licencieux, Gérard Guyomard présente plusieurs oeuvres des années 1960 aux années 1980 à la galerie Pallade. Un artiste du plaisir, du rire et de toutes les libertés formelles. Jean-Emmanuel Denave
Mardi 24 mars 2015 La programmation de Jazz à Vienne ? Du classique jamais trop classique, des habitués qui prennent le temps de se changer, des têtes d'affiches de tous ordres. Bref, Vienne tel qu'en lui même : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre....
Vendredi 24 janvier 2014 En clôture de Saint-Fons Jazz et en co-production avec Jazz à Vienne, l’Auditorium accueille Tigran Hamasyan et son Shadow Theater. L’occasion d’assister à l’impressionnante métamorphose d’un jeune prodige jazz en créature pop ubiquiste, dotée d’une...
Jeudi 21 juin 2012 Qui dit été dit festivals, qui dit festivals dit jazz, qui dit jazz dit Jazz à Vienne, point de rencontre annuel de la grande migration des jazzeux du monde entier. Stéphane Duchêne
Jeudi 31 mai 2012 Très orientée «nouveaux talents» en plus de quelques valeurs sûres, Fort en Jazz joue cette année la politique de l'offre rafraîchissante et du talent juvénile qui transpire par tous les pores du jazz et de ses dérivés. Stéphane Duchêne

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter