Anish Kapoor fait comme chez lui au Couvent de la Tourette

Anish Kapoor chez Le Corbusier

Couvent de la Tourette

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Loin des feux de l'actualité, le sculpteur Anish Kapoor (né à Bombay en 1954, vivant en Grande-Bretagne) expose actuellement une quinzaine d’œuvres au Couvent de la Tourette. Il y dialogue avec l'architecture du lieu, à la fois si subtile et impressionnante, signée Le Corbusier et inaugurée en 1960. «Sur place, on l’a vu attentif à la façon dont la lumière est mise en scène, créant des jeux d’ombre et de lumière ; très touché par les textures des murs de crépis rugueux ou de béton brut qui laissent percevoir les veines du bois des coffrages et sur lesquels la lumière vient jouer» écrit le frère Marc Chauveau, commissaire de l'exposition.

De grands miroirs, notamment, diffractent ou inversent les espaces et les silhouettes des visiteurs, recueillent ailleurs le reflet du ciel et le passage des nuages. C'est là une part connue et toujours visuellement efficace du travail de Kapoor, au même titre aussi que sa grande spire métallique installée dans la nef de l'église ou sa colonne infinie recouverte de pigments rouge vif...

Mais cette partie de l'exposition, à connotation assez spirituelle, contraste avec des œuvres plus récentes et plus déroutantes : des "tableaux" en trois dimensions – faits de cire ou de silicone – représentant des entrailles sanguinolentes ! Kapoor semble nous inviter à cheminer entre chair et esprit, incarnation et transcendance. Dommage que le chemin soit un peu chiche pour ce qui est du nombre d’œuvres présentées...

Jean-Emmanuel Denave

Anish Kapoor chez Le Corbusier
Au Couvent de la Tourette à Eveux, jusqu'au 3 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !