Lumière 2015 : Scorsese, un cinéphile parmi nous

​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de goûter à toutes les délices qu’il se propose de servir ? Vincent Raymond

Même si le festival Lumière ne débute que le lundi 12 octobre, Martin Scorsese est déjà parmi nous. Sur les murs, les abribus, les vitrines et surtout, dans les esprits. D’aucuns attribuent sa venue en terres lyonnaises à la proximité de l’hommage que lui consacre la Cinémathèque française (dès le 14 octobre). On mettra volontiers cette conjonction sur le compte du hasard : même s’il ne fait pas son âge, Scorsese est désormais entré dans une période de sa vie où se succèdent les honneurs et les life achievements.

à lire aussi : Lumière 2015 : le mystère Desplat

Lui qui, pendant des lustres, a attendu qu’on lui remette son Oscar (c’était en 2007), parcourt aujourd’hui la planète de musées en célébrations — le MoMa de New York achève en ce moment même une exposition-rétrospective présentant une partie de sa collection personnelle d’affiches. Cela, bien évidemment, sans que Marty ne cesse de tourner. Ni de voir des films : s’il exerce depuis près d’un demi-siècle son métier de cinéaste, il n’a certes pas abandonné sa carrière de cinéphile, engagée une quinzaine d’années plus tôt.

Un comble pour cet homme qui a renoncé à la prêtrise : Scorsese semble entré en cinéphilie comme on entre en religion, avec la foi d’un apôtre, et l’exaltation d’un évangélisateur.

à lire aussi : Lumière 2015 : qui êtes-vous, Larissa Chepitko ?

Qu'est-ce que la cinéphilie ?

Passion communicative ou claquemurante, la cinéphilie possède, il faut le dire, bien des visages… Y compris celui d’une merveilleuse névrose collective, dont le festival Lumière peut s’enorgueillir d’accentuer les symptômes. À chacune de ses éditions, il nous renvoie à cette question paradoxalement jubilatoire et térébrante : est-on un assez suffisamment "bon spectateur" ; à quel degré dans l’échelle de la cinéphilie se situe-t-on ? Si l’on en croit l’adage, lorsque l’on se compare à nos voisins de fauteuil, il faut soit se lamenter, soit se consoler. Mais si d’aventure l’on se mesurait à certains des invités du festival, et notamment à des mètres-étalons tels que Bertrand Tavernier, on en serait réduit à pleurer des larmes de sang tant ces "superspectateurs" défient les règles, les normes humaines : non seulement ils ont tout vu (au moins une fois), mais leur encéphale a tout enregistré, jusqu’au moindre sous-détail.

Par bonheur, leur amour du cinéma, ogresque et compulsif, ne se concevant pas sans partage ni transmission, ils programment des films qui les ont modelés, des films qui leur ressemblent ou qui ressemblent à leur conception du cinéma. Ainsi, au sein de sa section "Voyage dans le cinéma français", Tavernier révèle l’éclectisme généreux de ses goûts, mêlant raretés d’importance et légères avec le même enthousiasme. Tarantino il y a deux ans, se montrant en cela fidèle à son image d’obsessionnel, voire de fétichiste pervers, s’était ingénié à projeter des films invisibles ou non-vus — comme ceux de Leonyde Moguy, dont personne à part Tavernier (évidemment) n’avait eu connaissance. Parce que son hôte dispose du merveilleux pouvoir de composer sa Carte blanche, le Festival reflète donc, à travers sa cinéphilie, un peu de la personnalité du Prix Lumière. À quoi ressemble celle de Mister Scorsese ?

Le choix du roi

Que sa sélection a dû être rude ! Le vaste corpus qui en résulte — 17 films — rend compte de l’immensité de sa curiosité, et explique en partie son savoir encyclopédique. Embrassant quasiment un siècle de cinéma, ces longs métrages proviennent du monde entier, sans tropisme exagéré pour la production occidentale. En parcourant la liste, on devine qu’elle a été composée pour satisfaire à la fois les néophytes sans les effrayer (quelques noms connus affleurent ici ou là) comme les vieux briscards du 7e art, toujours ravis de revoir un classique ou de découvrir quelque inédit. On la découvre surtout exempte d’évidence.

Ainsi, Le Crime était presque parfait (1954) d’Alfred Hitchcock est-il présenté dans sa fameuse version 3D — histoire de montrer au passage qu’Avatar n’a rien inventé en terme de spectacle à suspense immersif. Évidemment figure Colonel Blimp (1943), film de chevet de Scorsese par le duo Powell & Pressburger, qui définit le genre épique pour le cinéma couleur avant David Lean. Ou Le Grondement de la montagne (1954) de Mikio Naruse, moins convoqué que Ozu, mais tout aussi prompt à décrire la retenue empruntée ou la sensibilité contenue des êtres — un peu comme chez Wharton. Comment ne pas comprendre son admiration pour le Lucky Luciano (1973) de Rosi, ni voir en filigrane dans quelle mesure cette chronique l’a indirectement nourri pour ses propres réalisations ?

Diversité des formes, des styles et des thématiques, qui place à égale distance du regard Yeleen (1987) de Souleymane Cissé et La Terre (1930) de Dovjenko, soit deux manières très différentes de considérer l’Homme face à son espace, face à lui-même. À ces 17 films, il convient d’ajouter une sélection de 5 œuvres restaurées par la Film Foundation’s World Cinema Project, pilotée par Scorsese — parmi celles-ci figurent notamment La Noire de… (1966) d’Ousmane Sembène ainsi que Insiang (1976), le plus célèbre film philippin, signé Lino Brocka.

Car la cinéphilie ne considère pas la frontière comme un obstacle ou une entrave, au contraire ; la cinéphilie est un territoire. D’autre part, la cinéphilie est un langage.

Festival Lumière
Du lundi 12 au dimanche 18 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 15 octobre 2019 Au cœur du Festival Lumière se tient pour la septième année un rendez-vous dédié aux professionnels : le Marché International du Film Classique. L’occasion de se pencher sur la “grandeur (et la décadence ?) des petits commerces de cinéma“ pour...
Mardi 6 octobre 2015 Deux ans après l'hommage que lui a rendu par Quentin Tarantino en ouverture, Jean-Paul Belmondo fait son retour au festival Lumière. Il accompagnera (...)
Mardi 6 octobre 2015 Lorsque que vous aurez découvert le hobby de Nicolas Winding Refn, vous ne serez plus étonné par la musique qu’il choisit pour habiller ses œuvres — ni par (...)
Mardi 6 octobre 2015 Georges Delerue, Michel Legrand, Maurice Jarre, Gabriel Yared et désormais, Alexandre Desplat. Aussi prolifique que ses prestigieux aînés, le compositeur (...)
Mardi 1 septembre 2015 Frappé par la perte de son historien maison Raymond Chirat fin août, l'institut Lumière trompe son deuil en s'investissant sur tous les fronts. La frénésie scorsesienne semble contagieuse…
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...
Mardi 3 juin 2014 Après dix ans à se chercher des anti-héros dans les marges de la société, le cinéma américain entamait les années 80 en poussant un cran plus (trop ?) loin les (...)
Vendredi 27 décembre 2013 La vie de Jordan Belfort, courtier en bourse obsédé par les putes, la coke et surtout l’argent, permet à Martin Scorsese de plonger le spectateur trois heures durant en apnée dans l’enfer du capitalisme, pour une fresque verhovenienne hallucinée et...
Vendredi 21 septembre 2012 Trésor caché dans la filmographie de Martin Scorsese, "Alice n’est plus ici" est de retour sur les écrans, et il ne faut pas louper ce conte réaliste aux accents country folk, sans doute le film le plus estampillé Nouvel Hollywood du réalisateur de...
Mercredi 7 décembre 2011 Sous couvert d’un conte familial aux accents dickensiens, Martin Scorsese signe une œuvre ambitieuse et intemporelle, où il s’empare de la 3D pour redonner vie au cinéma des origines et à un de ses maîtres, Georges Méliès. Christophe Chabert
Lundi 11 octobre 2010 Curiosités 70’s, cinéma français oublié, certes. Mais dans ce festival Lumière 2010, il y avait quelques objets inconnus, hors format, qu’on allait découvrir à nos (...)
Mardi 16 février 2010 Musique / Lors des premiers plans de Shutter Island, on entend un bruit de cornes de brume assourdies accompagnant l’arrivée du bateau sur l’île. Ce n’est (...)
Mardi 16 février 2010 Cinéma / Avec "Shutter Island", Martin Scorsese adapte le thriller de Dennis Lehane, retrouve Leonardo Di Caprio et confirme son nouveau statut, unique à Hollywood, de cinéaste de studio personnel et audacieux. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !