Lumière 2015 : au Ciné-Mourguet, vive la péloche !

En moins d’une décennie, la projection cinématographique a migré du support pellicule 35mm classique au numérique : désormais, les films arrivent dans les salles sur des disques durs, et non plus sur bobines. Les exploitants n’ont eu d’autre choix que de s’adapter, donc de s’équiper — bénéficiant il est vrai d’aides professionnelles et territoriales.

Dans la Métropole lyonnaise, tous les sites est désormais passé au numérique. Se défaisant au passage de ses archaïques projecteurs, faute de place, d’usage et de moyens. Tous ? Pas exactement : l’institut Lumière conserve naturellement, en sa qualité de musée vivant du cinéma, de quoi effectuer une projection à partir de n’importe quel source. Autre exception notable, le Ciné Mourguet de Sainte-Foy-lès-Lyon, bien connu pour sa Caravane des cinémas d’Afrique.

Flambant neuf (il a été inauguré en septembre 2014), ce petit complexe a opté pour le double équipement dans ses deux salles, rachetant même un projecteur 35mm. Il faut préciser que, parmi les très nombreux bénévoles qui font vivre ce cinéma associatif classé art et essai, figurent d’authentiques passionnés de la pellicule, aptes à valoriser cette richesse. «Sur les 350 films que nous proposons chaque année, 15 ou 20 sont des copies 35mm de films qui n’existent parfois pas en numérique souligne François Rocher, le président de l’association. Ainsi, l’an passé, pendant le festival Lumière, nous étions les seuls à pouvoir projeter une copie assez délicate de Grande dame d’un jour de Frank Capra.»

Pour accélérer la mutation vers le numérique, on a beaucoup vanté auprès des exploitants un sursaut qualitatif bénéficiant au spectateur : «la majorité ne s’en rend pas forcément compte quand on passe un film en 35 mm s’amuse François Rocher. En revanche, tous sont scotchés quand ils viennent en cabine voir fonctionner un vieux projecteur. Le 35mm n’appartient pas au passé ; d’ailleurs, c’est sur ce support que le dépôt légal des films se fait encore. Parce qu’avec la pellicule, on a un siècle de recul. Tandis qu’avec un disque dur…»

La Folie des grandeurs / Le Docteur Jivago / La Valse des pantins
Jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 octobre au Ciné Mourguet, Saint-Foy-lès-Lyon

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 octobre 2015 Deux ans après l'hommage que lui a rendu par Quentin Tarantino en ouverture, Jean-Paul Belmondo fait son retour au festival Lumière. Il accompagnera (...)
Mardi 6 octobre 2015 Lorsque que vous aurez découvert le hobby de Nicolas Winding Refn, vous ne serez plus étonné par la musique qu’il choisit pour habiller ses œuvres — ni par (...)
Mardi 6 octobre 2015 Georges Delerue, Michel Legrand, Maurice Jarre, Gabriel Yared et désormais, Alexandre Desplat. Aussi prolifique que ses prestigieux aînés, le compositeur (...)
Mardi 6 octobre 2015 ​Proposer à un amateur de cinéma de faire escale au festival Lumière, c’est comme donner à un bec sucré l’opportunité de passer la nuit dans une pâtisserie. Et quand Martin Scorsese s’infiltre aux fourneaux, comment résister à la tentation de...
Mardi 1 septembre 2015 Frappé par la perte de son historien maison Raymond Chirat fin août, l'institut Lumière trompe son deuil en s'investissant sur tous les fronts. La frénésie scorsesienne semble contagieuse…
Jeudi 18 juin 2015 Immense cinéphile et cinéaste majeur, Martin Scorsese avait depuis le début le profil d’un prix Lumière parfait. Son sacre aura lieu au cours de l’édition 2015 du festival Lumière, dont la programmation, même incomplète, est déjà...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !