Sens Interdits 2015 : le Chili de Pablo Larraín

Acceso

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Pour sa première mise en scène de théâtre, le cinéaste Pablo Larraín livre avec "Acceso" un spectacle à l’image du festival Sens Interdits : férocement politique et fondamentalement humain. Retour sur son cheminement et sur l’histoire chilienne, que cette manifestation internationale raconte depuis trois éditions.

Seul en scène, Sandokan trimbale sa vie en bandoulière. Dans sa sacoche, des babioles qu’il vend aux passants pour trois pesos six sous. Et puis aussi un livre, la nouvelle constitution politique du Chili, qui affirme que «chaque individu chilien a le droit d’avoir accès» (aux biens communs). Sur le mode de l’interpellation – qui sera la forme entière de la pièce – il s’adresse à son président. «Combien de fois nous avez-vous aidé ?» l’interroge-t-il.

� lire aussi : Les mots pour le dire

Sans vraiment dater leur propos, Larraín et son comédien Roberto Farias, qui ont travaillé de concert, questionnent ce que leur pays a à offrir à sa population dans cette époque contemporaine. Autrement dit pas grand chose. C’est de cette injustice-là que naît la colère du protagoniste qui, entre deux commerces (de peignes, d’une revue pour se muscler), déballe sa vie personnelle, de son enfance passée dans un centre de réinsertion pour mineurs où il a subi des sévices en tous genres à sa copine enceinte qui s’est pris des coups de pieds dans le ventre par son père qu’il a alors poignardé dix-huit fois. La langue est crue, vulgaire parfois, virulente toujours. Sandokan martèle cette inégalité de traitement entre ceux qui ont le pouvoir de faire des études et d’avoir un bon métier (son juge notamment) et les autres. Lui n’a eu droit qu’à être violé par des prêtres. Mais eux, à l'inverse du corps social, se sont au moins occupés de lui.

Sorte de Dheepan en son propre pays, Sandokan est l’incarnation de la déloyauté et de ses conséquences. Avec gouaille et désespoir, toujours à la limite de la cassure physique, Farias fait écho au rythme effréné de paroles d'un autre metteur en scène sud-américain, l'épatant argentin, Claudio Tolcachir. Mais son personnage s’inscrit surtout dans la droite lignée de ceux que Pablo Larraín a déjà inventés au cinéma.

� lire aussi : Sens Interdits 2015 : 4 spectacles à ne pas manquer

1973

En effet, le réalisateur, né en 1976, n’a cessé d’ausculter son pays caméra en main. Et comme avec le marginal d’Acceso, il s’est souvent appuyé sur des citoyens anonymes pour mieux faire ressentir à quel point une dictature s'insinue par tous les pores d’une société.

En 2008, avec Tony Manero, c’est un quinquagénaire paumé rêvant de devenir un parfait sosie du John Travolta de La Fièvre du samedi soir (interprété par Alfredo Castro) qui dit comment le Chili a livré une partie de sa population à elle-même. Deux ans plus tard, Larraín récidive de manière plus troublante encore dans Santiago 73 post mortem, de nouveau avec Castro. Un fonctionnaire d'un institut médico-légal y est observé dans sa petite vie banale. Il tente de séduire sa voisine danseuse de cabaret, croise des jeunes communistes inquiets de l’accession au pouvoir de Pinochet et finit par autopsier Allende. Sans faire un exposé sur le régime, Larraín montre là, notamment au moyen de plans glaçants sur des carcasses de voitures brûlées par l'attentat, le devenir de sa patrie.

Le cinéaste accède à une reconnaissance publique avec No en 2012, où la situation politique est abordée frontalement via le personnage de Gael García Bernal, un jeune pubart peu concerné par la chose politique mais qui, par soif de mettre au défit son boss, fomente la campagne du "non" lors du référendum qui verra Pinochet abdiquer en 1988.

Acceso s’inscrit parfaitement entre ce cycle et le dernier film en date du Chilien, El Club. Ce long-métrage, couronné du Prix du jury lors de la dernière Berlinale et à l’affiche en France le 18 novembre, aborde la question religieuse et évoque précisément mais sans dogmatisme les pratiques abusives des prêtres qui traversent la moitié d’Acceso (voir la critique de notre envoyé spécial à Berlin sur http://www.petit-bulletin.fr/lyon/index.html).

1988

Larraín, à travers son, œuvre demande des comptes à la génération de ses parents. Il rejoint là les autres artistes invités à Sens Interdits qui, par leur volonté de se pencher sur l'état du monde, produisent automatiquement un théâtre politique. Avec Acceso (et Yo maté, à l’Élysée, sur un militant révolutionnaire qui prétend avoir assassiné Pinochet), le festival refermera probablement un chapitre sur le Chili, déjà à l’honneur des deux précédentes éditions.

En 2011, des femmes mapuches racontaient le mépris qu’elles subissaient de la part des autorités, notamment sous Pinochet ; sans haine ni rancune mais avec beaucoup de délicatesse, elles témoignaient aussi de leur condition de minorité indienne. En 2013, deux spectacles se répondaient, soufflant sur les inquiétudes des enfants de la dictature. Dans l’excellent Villa + Discurso, trois jeunes filles discutaient pour savoir s’il fallait faire de la Villa Grimaldi (lieu d’exactions) un musée ou un terrain vague, avant de donner la parole à Michelle Bachelet ; dans El año en que nací, des jeunes racontaient l’histoire des opposants à travers celle, véridique, de leurs pères. Acceso déplace le sujet sur un versant moins directement lié à Pinochet, mais Larraín peint, presque inévitablement, ce même tragique tableau, résumable en une question : comment vivre après avoir subi une humiliation d'État ?

Acceso
Aux Célestins du dimanche 25 au mardi 27 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 13 novembre 2019 La 6e édition du festival Sens interdits aura fait la part belle à la capacité de jeunes artistes belges à gratter et bousculer autant leur art que leur temps quand les Russes ne cessent de tenter de prendre la mesure de la répression soviétique à...
Mardi 8 octobre 2019 Parler avec Patrick Penot, c'est évoquer le théâtre mais plus encore l'ailleurs, la résistance et une forme de joie, soit ce qui constitue la matrice du festival Sens Interdits qui fête ses dix ans et qu'il a fondé avec force et évidence.
Mardi 10 septembre 2019 En mode biennale, le festival dédié au théâtre de l'urgence célèbre, du 16 au 27 octobre, fête ses dix ans avec une programmation extrêmement prometteuse où les maux du monde sont exprimés avec forces et talents par des artistes résistants et...
Mardi 10 septembre 2019 Cette saison, les artistes s'attachent à malaxer (au mieux) ou à commenter (au pire) l'actualité immédiate. Cette lame de fond du théâtre contemporain se vérifiera tout au long des prochains mois dans les salles et sera ponctuée par l'indispensable...
Mardi 27 novembre 2018 Depuis 1985, de sa Sibérie natale, Tatiana Frolova dit ce qu'est son pays, ses errements et son incapacité à se regarder. Créé l'an dernier à Lyon, Je n'ai pas encore commencé à vivre revient au Point du Jour. Sans concession et ultra sensible.
Mardi 6 novembre 2018 Au cri dans la nuit, Marta Gornicka préfère la chorale de ces hommes et femmes debouts, dressés face au monde. Le festival Sens interdits offre en son année off cette première date en France du spectacle de la Polonaise à qui il est fidèle.
Lundi 24 septembre 2018 Elle en aura mis du temps à se trouver une voie en matière de culture, la Métropole. Mais près de trois ans après sa création, elle choisit d'aider financièrement les festivals Sens interdits, Karavel et la biennale Hors normes. Un geste politique...
Mardi 31 octobre 2017 Comment ça commence ? Comment ça finit ? Magistralement. Sens interdits, 5e du nom, a été plus qu'à la hauteur de l'urgence et la nécessité qui le sous-tendait. Ce festival international de théâtre, en faisant place autant à des troupes de...
Mardi 17 octobre 2017 Exception dans le paysage théâtral lyonnais, le festival international Sens Interdits concentre, depuis dix ans, les maux du monde et fait place aux petites troupes comme à Matthias Langhoff. Du 19 au 29 octobre, 21 spectacles en version...
Mardi 5 septembre 2017 Au vu des programmations hétéroclites (trop) touffues et qui confèrent aux différents théâtres des identités de plus en plus floues, émerge une vague de trentenaires qui, au travers de faits historiques, ou simplement d’histoires d’aujourd’hui,...
Mardi 3 janvier 2017 D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un dys-biopic tenant de la farce, du polar politique et du western. Une palpitante mise en abyme de la création artistique célébrant la supériorité de...
Jeudi 12 mai 2016 La prochaine saison, tout juste annoncée,  contient des pépites : sélection. Acceso (du 8 au 19 oct) : monologue inoubliable, violent et (...)
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Dimanche 31 mai 2015 Ludique et politique est le visuel de la nouvelle plaquette (une croix faite de craies fragilisées) du Théâtre de la Croix-Rousse. Ludique et politique (et du coup franchement excitante) sera sa saison 2015/2016. Benjamin Mialot
Jeudi 31 octobre 2013 "Regards de femmes" de Chrystèle Khodr et Chirine El Ansary. "Pendiente de voto" de Roger Bernat. "L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge" de Georges Bigot et Delphine Cottu.
Mardi 22 octobre 2013 Pour sa troisième pièce en tant qu’auteur, le Grenoblois Nasser Djemaï s’intéresse aux travailleurs immigrés restés en France sans leur famille. Et offre un spectacle d’une justesse de ton remarquable. Aurélien Martinez
Jeudi 17 octobre 2013 Le festival international Sens Interdits se tiendra du 23 au 30 octobre dans divers théâtres lyonnais. Décryptage de son contenu.
Mardi 10 septembre 2013 Quand ils étaient venus lors de la précédente édition du festival Sens interdits, en 2011, de tous jeunes acteurs cambodgiens nous racontaient l’histoire de (...)
Mercredi 5 juin 2013 Alors que s’achève tout juste, sur le plateau des Célestins, une version tonitruante de "Cyrano" (avec un Torreton sidérant), le théâtre de la Ville de Lyon annonce une future saison résolument européenne et contemporaine. Laquelle sera lancée par...
Mardi 26 février 2013 Le référendum de 1988 au Chili, pour ou contre le dictateur Pinochet, raconté depuis la cellule de communication du «Non» et son publicitaire en chef, ou quand la radicalité formelle de Pablo Larraín se met au service d’un véritable thriller...
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Mardi 15 mai 2012 Cette année, le festival de Cannes s’annonce musclé : pas seulement à cause de sa compétition, face à laquelle on nourrit quelques sérieux espoirs, mais aussi grâce à ses sections parallèles, particulièrement alléchantes. Christophe Chabert
Mercredi 2 novembre 2011 Théâtre / La folle semaine du festival Sens Interdits s'est achevée comme elle avait commencée : dans un geste politique et artistique fort avec la fresque cambodgienne "L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge"....
Jeudi 13 octobre 2011 Dans quelques jours, le 23 octobre, les Tunisiens voteront pour trouver un successeur à Ben Ali qu’ils ont courageusement chassé le 14 janvier dernier. (...)
Jeudi 13 octobre 2011 Théâtre / En clôture de leur appétissant festival Sens interdits dédié au théâtre d’ailleurs, les Célestins accueillent une troupe de Cambodgiens qui nous entraînent dans la douloureuse histoire récente de leur pays à travers leur Roi Norodom...
Vendredi 2 septembre 2011 Avec la deuxième édition du festival Sens interdit à l’automne, Patrick Penot, directeur artistique, et par ailleurs co-directeur des Célestins, fait une promesse : réaffirmer l’essence politique du théâtre. Décryptage du contenu de cette...
Jeudi 3 septembre 2009 Propos / 'Sens Interdits', une nouvelle Biennale de Théâtre, se déroulera à Lyon du 17 au 26 septembre. Organisé par le Théâtre des Célestins, ce festival se donne pour objectif d’explorer les «mémoires, les identités et les résistances» au cœur du...
Lundi 9 février 2009 De Pablo Larraín (Chili/-Brésil, 1h38) avec Alfredo Castro, Amparo Noguera…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !