Sens Interdits 2015 : 4 spectacles à ne pas manquer

Le Songe de Sonia (Russie)

Pour la troisième fois, Tatiana Frolova expose sa Russie au festival. Elle qui, en 1985, fonda le KnAM, un des tout premiers théâtres libres de Russie, tente aujourd'hui de survivre sous Poutine et met en avant ce que le régime tait, ici le mystère qui plane sur le nombre élevé de suicides dans son pays. Elle s’appuie pour cela sur un travail vidéo une fois de plus remarquable et sur Le Songe d’un homme ridicule de Dostoïevski, où un homme sur le point de se supprimer est rattrapé par le souvenir d’une enfant.
Du 15 au 23 octobre et du 3 au 7 novembre aux Célestins

à lire aussi : Sens Interdits 2015 : le Chili de Pablo Larraín

Dreamspell (Lituanie)

Encore étudiante en troisième année à l’académie lituanienne de musique et de théâtre, Kamilé Gudmonaité s’est elle aussi inspirée d’un Songe, celui, plus onirique, de Strinberg cette fois-ci. Elle y emmène six comédiens très expressifs, en exploration de questions existentielles tenant, par exemple, au rôle de l’individu dans le système sociétal. Ce spectacle inédit en France a déjà été salué dans plusieurs festivals européens, notamment celui de Brno où a il reçu, en 2015, le prix de la meilleure mise en scène.
Du 26 au 28 octobre à l'ENSATT

Speak ! (Pays-Bas)

Avec son acolyte Jorre Vandenbusshe, la Serbe Sanja Mitrović se joue de nous. Face à un micro, chacun va tenter de séduire le public par de grandes diatribes politiques et sera soumis au vote des spectateurs, qui découvriront ensuite s’ils ont plébiscité une personne fréquentable ou non. Car tous les textes prononcés émanent de grandes figures historiques, de Churchill à... Mussolini ! Pour mieux s’approprier cette étrange matière théâtrale, les deux acteurs sont allés jusqu’à suivre une formation au "Bureau des débats" des Pays-Bas où s’enseignent la rédaction et la prononciation des discours éloquents.
Du 24 au 26 octobre aux Ateliers

Displaced women (Allemagne-Pologne-Bélarusse)

Lauréate du Prix Nobel de littérature depuis le 8 octobre dernier, la Biélorusse Svetlana Alexievitch vient à nous via ce spectacle puisant, entre autres, dans son ouvrage La Guerre n’a pas un visage de femme. Une Allemande, une Polonaise et une Biélorusse y disent des souvenirs de guerre au sortir du deuxième conflit mondial. Avec ses jeunes comédiennes et un travail vidéo, la metteur en scène Monika Dobrowlańska ressuscite des individualités absorbées dans la grande Histoire, furent-elles victimes ou bourreaux.
Les 24 et 25 octobre au Théâtre de la Renaissance, Oullins

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 4 octobre 2023 Désormais réfugiée politique en France avec sa troupe du KnAM, la Russe Tatiana Frolova crée « Nous ne sommes plus… » au cours du festival qui l’accueille depuis 2011, un récit documentaire de leur fuite et la terreur imposée par Poutine en Ukraine...
Vendredi 29 septembre 2023 Un peu de danse après la Biennale mais surtout le retour du théâtre en ce mois d’octobre avec notamment quelques incontournable au festival Sens interdits et la première programmation de Séverine Chavrier dans nos contrées.
Mardi 27 novembre 2018 Depuis 1985, de sa Sibérie natale, Tatiana Frolova dit ce qu'est son pays, ses errements et son incapacité à se regarder. Créé l'an dernier à Lyon, Je n'ai pas encore commencé à vivre revient au Point du Jour. Sans concession et ultra sensible.
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Dimanche 31 mai 2015 Ludique et politique est le visuel de la nouvelle plaquette (une croix faite de craies fragilisées) du Théâtre de la Croix-Rousse. Ludique et politique (et du coup franchement excitante) sera sa saison 2015/2016. Benjamin Mialot
Dimanche 27 octobre 2013 Venus du fin fond de la Russie, en Sibérie, où ils s'obstinent à faire du théâtre envers et contre tout, Tatiana Frolova et ses comédiens nous livrent "Je suis", un spectacle d'images d'une précision de dentellière et d’une acrimonie légitime...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X