Le Festival du Film Court, premier sur le renouvellement

La compétition européenne 1
Un jour le diable + Mi ne mozem zhit bze Kosmosa + La chambre + Aquabike + Zeus

​Lancé à l’aube des années 1980 à Gerland puis installé dans la foulée au Zola de Villeurbanne, le Festival du Film Court a connu de nombreuses métamorphoses. Mais il demeure, à 36 ans, un phare précieux pour révéler les nouvelles générations. Et transmettre le témoin…

Il faut avoir de l’endurance oculaire lorsque l’on appartient au comité de sélection villeurbannais : cette année, ces passionnés ont eu à se prononcer sur près de 1 300 courts métrages inscrits en présélection dans la section principale, la compétition européenne. C’est donc la quintessence de la production 2014-2015 qui a été retenue, soit 38 œuvres réparties en 7 programmes — auxquelles s’ajoute un bonus : une "séance de rattrapage" offerte à 5 films à la lisière de la sélection, méritant d’être vus même s’ils ne concourent pas pour un prix.

Beaucoup de films, mais surtout «plus de cinéma en compétition que les années précédentes précise Laurent Hugues, le directeur des festivals, car ce n’est pas la même chose. Faire du cinéma, c’est employer un langage spécifique pour raconter une histoire, pour la véhiculer et caractériser ses personnages.» Un langage, mais aussi plusieurs idiomes, pourrait-on compléter, tant grande est la diversité des formes rassemblées durant la dizaine festivalière : certes, le documentaire est absent et la fiction dominatrice, cependant que l’expérimental possède son représentant et l’animation compose le cinquième de la sélection.

Fabricants d’avenir

Une très juste proportion pour un secteur en pleine vitalité, à la créativité sans cesse renouvelée — on le verra dans les premiers films tout particulièrement. Cet éventail de styles et de genres est censé garantir la multiplicité des approches ; dans les faits, il s’avère que cela n’est pas aussi évident. «Lorsqu’il a fallu construire les programmes note Laurent Hugues, on s’est aperçu que la quasi-totalité des films évoquaient des questions de transmission d’une pratique ou d’une coutume, d’héritage, ou les relations parents-enfants. En fait, il y a dans l’ensemble de la production comme une inquiétude sous-jacente, portant sur ce que sera demain : on cherche à renouer avec le passé pour avoir un avenir.»

Authentique thermomètre sociétal, le court métrage rend compte des préoccupations du moment : «Il y a quelques années, l’incommunicabilité inter-générationnelle avait connu un engouement comparable. Mais n’avait pas été traitée de manière aussi richement diverse ! Ici, dans un même programme, le sujet est “éclaté” en variant les formes, les origines…» Mais reste singulièrement cohérent.

Premiers pas, premiers plans

Parmi les garants de cette variété, les nouveaux venus figurent en bonne place : le festival accueille en effet une imposante délégation de premières œuvres — 8 sur 38 ! Emplies d’audace et de maturité, encourageantes pour le futur du 7e art, elles n’échappent pas à la thématique reine de l’année : la question de la transmission, ante ou post mortem.

Rayon animation, deux bijoux sans dialogue en disent bien plus long que quantité de films bavards : Port Nasty de Rob Zywietz et Sous tes doigts de Marie-Christine Courtès. Le premier, conte initiatique à la Moby Dick, raconte les rigueurs du Nord, de la mer, la cooptation virile, le danger avec un sens de l’épure graphique, un génie du trait et de l’usage minimal des couleurs qui laissent pantois — du flat design à l’état pur. Quant au second, évocation des rapatriées d’Indochine sous les auspices de l’illustrateur Marcelino Truong, il met en lumière un fait méconnu de l’histoire honteuse de la République tout en célébrant une réconciliation familiale avec une élégance chorégraphique.

Un troisième film, réalisé en rotoscopie mais avec un rendu dans le style graphique de Christophe Blain ou de Johann Sfar, Yùl et le serpent de Gabriel Harel, ressemble à un rite de passage indien revu à la sauce urbaine : rugueux, poétique et impitoyable, servi par une technique brillante. Apprentissage du deuil et quête initiatique sont également au menu des fictions. Citons parmi elles l’étonnant Sire Gauvin et le Chevalier vert, une très sérieuse reconstitution arthurienne entre Bresson et Boorman signée Martin Beilby — preuve que l’on peut triompher avec un argument littéraire ; le remuant Ghettotube, réflexion trash sur l’appréhension du virtuel et la confrontation au réel proposée par Saïd Belktibia.

Et puis, par le régional de l’étape Julien Sauvadon, Vous m’aimerez. Derrière ce titre incantatoire (ou prophétique ?) se cache une interrogation philosophique ô combien d’actualité sur le rire : de quoi est-il le fruit, est-il toujours inoffensif ? Balzac disait qu’en amour, «il y en a toujours un qui souffre et l’autre qui s’ennuie», Sauvadon prouve qu’en humour, certains souffrent pour éviter que d’autres s’ennuient. Pas de quoi rire…

36e Festival du Film Court de Villeurbanne,
Au Zola du vendredi 13 au dimanche 22 novembre

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Vendredi 13 mai 2022 Fruit du travail de bénédictin d’un homme seul durant sept années,  Junk Head décrit en stop-motion un futur post-apocalyptique où l’humanité aurait atteint l’immortalité mais perdu le sens (et l’essence) de la vie. Un conte de science-fiction avec...
Mardi 26 avril 2022 Les organisateurs d’On vous ment ont de le sens de l’humour (ou de l’à propos) puisqu’ils ont calé la septième édition de leur festival pile entre la présidentielle et les législatives. Une manière de nous rappeler qu’il ne faut pas tout...
Mardi 26 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été, Amanda…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Mardi 29 mars 2022 Retour sur Deathloop, sorti en septembre 2021 et récemment sacré meilleur jeu vidéo français lors de la troisième cérémonie des Pégases.
Mardi 29 mars 2022 Une compétition de huit films (dont le prometteur I’m your man venu d’Allemagne et l’Espagnol El buen patrón), un Panorama 2022 qui balaie jusqu’en (...)
Mardi 15 mars 2022 S’il y a une date à ne pas oublier, c’est bien celle du vendredi 17 mars à 20h — tant que vous y êtes, ajoutez le lieu, l’Aquarium Ciné-Café — jour où sera (...)
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Elle fut la dernière des manifestations d’envergure à se tenir à Lyon avant l’impromptu du premier confinement. Deux ans plus tard, alors que le spectre covidien semble refermer sa funeste parenthèse, Écrans Mixtes s’apprête à ouvrir une très...
Mardi 1 mars 2022 Tant qu’il y aura des livres, il y aura des films — le cinéma aimant autant la littérature qu'Alexandre Dumas l’Histoire. Pour preuve, voyez le soir (...)
Mardi 15 février 2022 Une semaine tout pile avant la cérémonie des César, le Lumière Terreaux propose vendredi 18 février à 20h15 de découvrir les cinq films concourant pour la (...)
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Mardi 1 février 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Mardi 18 janvier 2022 Portant sur la mécanique pernicieuse du harcèlement scolaire et interprété par deux enfants déchirants de vérité, ce premier film miraculeux est une merveille de délicatesse autant qu’un tour de force de réalisation. Un choc absolu et sans nul...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter