Rentrée cinéma 2016 : une timide bobine ?

Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres, les promesses sont modestes…

L’an dernier à pareille époque se diffusaient sous le manteau des images évocatrices illustrant la carte de vœux de Gaspar Noé et extraites de son film à venir, Love ; le premier semestre 2015 promettait d’être, au moins sur les écrans, excitant. Les raisons de frétiller du fauteuil semblent peu nombreuses en ce janvier, d’autant que, sauf bonheur inattendu, ni Desplechin, ni Podalydès, ni Moretti ne devraient fréquenter la Croisette à l’horizon mai — seul Julieta d’Almodóvar semble promis à la sélection cannoise. Malgré tout, 2016 recèle quelques atouts dans sa manche…

Ce qui est sûr...

Traditionnellement dévolu aux films-à-Oscar, février verra sortir sur les écrans français The Revenant (24 février) de Iñarritu, un survival dans la neige et la glace opposant Tom Hardy (toujours parfait en abominable) mais surtout un ours à l’insubmersible DiCaprio. Tout le monde s’accorde à penser que Leonardo devrait ENFIN récupérer la statuette pour sa prestation — il serait temps : même Tom Cruise en a eu une jadis pour un second rôle.

S’il n’est pas encore une fois débordé par un outsider tel que Michael Keaton (lui-même coiffé au poteau l’an dernier par Eddie Redmayne), sans doute en lice pour Spotlight (27 janvier), où Thomas McCarthy raconte comment une enquête du Boston Globe a mis au jour un réseau pédophile dans l’Église catholique. Autre valeur sûre, Steve Jobs (3 février) de Danny Boyle, étonnamment assagi pour un biopic expérimental écrit par Aaron Sorkin (The Social Network) : plutôt que l’assommant récit de l’existence du fondateur d’Apple, le film se polarise sur trois instants décisifs de la vie du magnat. Trois actes qui sont tout sauf du théâtre.

Ajoutons deux films d’animation splendides : Le Garçon et la Bête (13 janvier), de Mamoru Hosoda (Summer Wars, Les Enfants Loups), un cinéaste nippon aussi fantaisiste et inventif que son aîné Isao Takahata ; et Tout en haut du monde (30 janvier) du Français Rémi Chayé, formé à l’école Laguionie et Tomm Moore. Dans les deux cas, des œuvres initiatiques graphiquement originales.

Ce qui s'annonce bien

En apparence au repos depuis Inside Llewyn Davis (2013), les Coen s’étaient mués en scénaristes de luxe pour Spielberg et son excellent Pont des espions ; ils reviennent à la réalisation avec Ave César ! (17 février), une comédie avec Clooney et Josh Brolin dont la Berlinale aura la primeur. Tirée de la légende dorée (ou maudite !) des studios hollywoodiens, cette fantaisie nous plonge dans l’univers des stars des années 50, sur les traces d’un homme chargé de régler leurs caprices. Parenthèse au passage : Spielberg sera de retour dès l’été avec une adaptation de Roald Dahl, Le Bon Gros Géant (20 juillet), avec son espion Mark Rylance dans le rôle-titre.

Autre motif de joie, Jeff Nichols (Take Shelter, Mud) revient avec Midnight Special (2 mars), un road-movie/chasse à l’homme flirtant avec le surnaturel, interprété bien sûr par Michael Shannon, ainsi que Adam Driver — le falot Kylo Ren de Star Wars. À mi-chemin entre Le Locataire de Polanski et l’ambiance Orange Mécanique de Kubrick, Ben Wheatley (Kill List) proposera High Rise (6 avril), une construction anxiogène, donc alléchante, avec Tom Hiddleston et Jeremy Irons dans une tour ultra-moderne de… 1975.

On espère beaucoup du Trésor (10 février) de Corneliu Porumboiu : le réalisateur roumain (12 h 08 à l'est de Bucarest ; Policier, adjectif) ne cesse de surprendre avec un cinéma atypique. Dernier cinéaste guetté : Philippe Falardeau. Le Québécois (Monsieur Lazhar, Congorama) signe avec Guibord s’en va-t-en guerre (15 juin) une satire politique qu’on soupçonne caustique, réunissant la prolifique Suzanne Clément et Patrick "Starbuck" Huard.

On demande à voir

Le scénariste Charlie Kaufman ayant souvent dépassé les limites du bizarre (Dans la peau de John Malkovich, Eternal Sunshine of the Spotless Mind) pour frayer avec le filandreux (Adaptation, Synecdoque, New York), on attend avec prudence son film en stop-motion Anomalisa (3 février) où s’illustre un avatar de Jennifer Jason Leigh — dopée par son comeback dans Les Huit salopards.

Palmé en 2010, Apichatpong Weerasethakul livre un documentaire titré Mysterious Object at Noon (27 janvier), mais qui a tout d’une de ses fictions ésotériques. Deux autres documentaires, un posthume de Chantal Akerman, No Home Movie (24 février), et un Depardon, Les Habitants, encore en montage et non daté… D’autres vétérans nous donnent rendez-vous : Téchiné pour l’adaptation de En finir avec Eddy Bellegueule, devenu à l’écran Quand on a 17 ans (30 mars), Bonitzer pour Tout de suite maintenant (mais pas avant le 27 avril), Atom Egoyan avec Remember (23 mars) qui vaut rien que par la distribution Christopher Plummer/Martin Landau.

Comptez aussi avec Évolution (16 mars), un nouveau long de Lucille Hadzihalilovic (après son court Nectar en 2013), Médecin de campagne (23 mars) de Thomas Lilti (Hippocrate) joué par Cluzet et le retour de Julio Medem (Lucia et le Sexe) pour Ma Ma (8 juin) avec Penelope Cruz.

Enfin, si vous pensiez souffler entre deux livraisons galactiques, c’est raté. 2016 fourmille de suites, remakes, reboots et spin-off : Les Tuche 2, La Tour 2 Contrôle infernale, Joséphine s’arrondit, Zoolander 2, Mariage à la Grecque 2, Alice de l’autre côté du miroir, Les Visiteurs 3, Camping 3, Kung fu Panda 3, Captain America 3 : Civil War, Divergente 3, L’Âge de glace 5, Batman vs. Superman, X-Men Apocalypse, Rocky VII (!)… ainsi que le Pixar Le Monde de Dory, et les adaptations de jeux Dofus, Warcraft et Angry Birds. Mais comme demeure l’incertitude Cannes et son cortège de révélations, toujours promptes à rebattre les cartes, ne désespérons pas trop vite d’une année à peine éclose…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 octobre 2018 À la suite du remarqué et remarquable album Jo$ paru le mois dernier, Josman déboule en ville pour le défendre sur la scène du Ninkasi sous l'égide du décidemment suractif promoteur High-Lo.
Mardi 16 octobre 2018 High-Lo Weekender investit les salles de Lyon et des alentours pour un aperçu du hip-hop actuel, allant du psychédélisme new-yorkais de Flatbush Zombies à la verve aussi riche que crasse d'Alkpote.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 14 février 2017 De 1958 à 1967, le parcours de la noire Mildred et du blanc Richard pour faire reconnaître la légalité de leur union à leur Virginie raciste. Histoire pure d’une jurisprudence contée avec sobriété par une voix de l’intérieur des terres, celle du...
Mardi 10 janvier 2017 En 2016, 700 films ont déferlé sur les écrans — ne vous fatiguez pas à poser la division, cela fait un peu plus de treize nouveautés par semaine. Si tous (...)
Mardi 5 avril 2016 L’architecture du chaos selon Ballard, avec Ben Wheatley en maître d’ouvrage servi par la charpente de Tom Hiddleston… Bâti sur de telles fondations, High-Rise ne pouvait être qu’un chantier prodigieux, petits vices de forme inclus.
Mercredi 24 février 2016 Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un survival...
Mardi 2 février 2016 Le film Steve Jobs présente l’éphémère concept NeXTCube, une unité centrale bien nommée, aux dimensions inégales afin de corriger la perspective et d’offrir (...)
Mardi 2 février 2016 Mélange de coups d’éclats, d’échecs cinglants, d’incessantes résurrections professionnelles et de drames personnels, la vie du fondateur d’Apple était de nature (...)
Mardi 2 février 2016 Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (127 heures), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Le natif de Manchester fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Mercredi 27 janvier 2016 De Tom McCarthy (ÉU, 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 12 janvier 2016 Encore trop peu connu en France, le réalisateur Mamoru Hosoda est bien parti pour faire sortir l’anime nippon de sa zone de confiance totoresque. Il le prouve encore une fois avec cette déclinaison de "La Belle et la Bête"…
Mardi 1 décembre 2015 Quand deux super-puissances artistiques (les Coen et Steven Spielberg) décident de s’atteler à un projet cinématographique commun, comment imaginer que le résultat puisse être autre chose qu’une réussite ?
Mardi 16 juin 2015 Le cinéma regorge de duos fameux formés par un compositeur et un metteur en scène : Bernard Hermann et Alfred Hitchcock, Philippe Sarde et Claude (...)
Mardi 24 février 2015 Changement de registre pour Alejandro Gonzalez Iñarritu : le cinéaste mexicain laisse son désespoir misérabiliste de côté pour tourner une fable sur les aléas de la célébrité et le métier d’acteur, porté par un casting exceptionnel et une mise en...
Vendredi 24 janvier 2014 Le cinéma britannique, comme le Royaume-Uni lui-même, est une entité plurielle. Entre le cinéma social et la tradition du cinéma de genre, entre les stylistes (...)
Mardi 23 avril 2013 Dès son troisième long-métrage, Jeff Nichols s’inscrit comme un des grands cinéastes américains actuels : à la fois film d’aventures, récit d’apprentissage et conte aux accents mythologiques, "Mud" enchante de sa première à sa dernière...
Mardi 23 avril 2013 Il n’a que 34 ans, une silhouette d’éternel adolescent américain et un entretien avec lui se transforme vite en conversation familière avec un passionné de littérature et de cinéma. Jeff Nichols ressemble à ses films : direct, simple et pourtant...
Lundi 28 janvier 2013 Le Ciné O’Clock, consacré au cinéma britannique, a longtemps été le petit festival du Zola, coincé entre les deux manifestations historiques que sont le (...)
Vendredi 25 janvier 2013 Qu'est-ce qui peut hanter Spielberg pour revenir plusieurs fois sur l'esclavage ? Bien avant Lincoln, La Couleur pourpre puis Amistad annonçaient déjà un (...)
Mercredi 23 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet, mais le «Lincoln» de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Jeudi 20 décembre 2012 Ben Wheatley continue de frapper fort, quelques mois seulement après «Kill list», avec cette comédie très noire et très gore où un couple d’Anglais moyens se témoignent leur amour en assouvissant leurs pulsions les plus violentes. D’un salutaire...
Vendredi 14 décembre 2012 Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernier jour sur terre", le nouveau film d'Abel Ferrara, et soirées labellisées «fin du monde», tout semble converger vers un 21 décembre apocalyptique – même si on ne fera que s'y bourrer la...
Vendredi 12 octobre 2012 Un siècle qu'Universal a planté son drapeau à Hollywood. Si le doyen des studios encore en activité méritait bien son petit hommage, quel meilleur film que le (...)
Vendredi 6 juillet 2012 Ce n’est que le deuxième film de Ben Wheatley (le troisième, Touristes !, déjà terminé et présenté à Cannes, le confirmera), mais Kill list l’impose déjà comme un (...)
Jeudi 31 mai 2012 Palmarès décevant pour festival décevant : Cannes 2012 a fermé ses portes le dimanche 27 mai, laissant une poignée de beaux films, une Palme logique et quelques figures récurrentes d’un film à l’autre. Dernier bilan. Christophe Chabert
Vendredi 25 mai 2012 Curieuse édition du festival de Cannes, avec une compétition de bric et de broc pleine de films d’auteurs fatigués et dont le meilleur restera celui qui annonça paradoxalement la résurrection joyeuse d’un cinéma mort et enterré. Du coup, c’est le...
Mercredi 15 février 2012 Comme s’il avait fait de cette odyssée d’un cheval du Devon à travers la Première Guerre mondiale le prétexte à une relecture de tout son cinéma, Steven Spielberg signe avec "Cheval de guerre" un film somptueux, ample, bouleversant, lumineux et...
Mercredi 21 décembre 2011 Un Américain ordinaire est saisi par une angoisse dévorante, persuadé qu’une tornade va s’abattre sur sa maison ; à la fois littéral et métaphorique, ce deuxième film remarquable confirme que Jeff Nichols est déjà un grand cinéaste. Christophe...
Mercredi 7 décembre 2011 Jeff Nichols (Potemkine éditions/Agnès B.)
Jeudi 20 octobre 2011 À l’instar de James Cameron avec Avatar, Steven Spielberg s’empare d’une innovation technologique au potentiel énorme, et la plie à son imagination toujours fertile pour mieux la sublimer, au gré d’une véritable leçon de mise en scène. François Cau
Mercredi 13 octobre 2010 Un ex-dealer en phase terminale cherche le salut au milieu de l’enfer social. Au sommet de son cinéma sulpicien et complaisant, Alejandro Gonzalez Iñarritu tombe le masque dans un film désespérant de médiocrité. Christophe Chabert
Mercredi 3 décembre 2008 Après la claque "No country for old men", les frères Coen allaient-ils se reposer sur leurs lauriers ? Pas du tout… Cet habile détournement des codes du film d’espionnage offre la conclusion rêvée à leur “trilogie de la bêtise“ après "O’Brother" et...
Jeudi 22 mai 2008 Le quatrième volet des aventures de l’archéologue au chapeau est une bonne surprise : Spielberg et Lucas retournent à leur avantage les invraisemblances du récit et la vieillesse de leur héros pour en faire un blockbuster fier de son charme...
Mercredi 30 janvier 2008 Avec "No country for old men", les frères Coen réalisent un film rare, à la croisée du cinéma de genre (western, film noir) et du film d'auteur personnel, un concentré de cinéma brillant et intelligent. Christophe Chabert

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !