Poulidor : La victoire en perdant

Ouverture - hommage à Raymond Poulidor

Institut Lumière

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire dont le plus grand exploit est de n'avoir jamais gagné le Tour.

« Cela faisait si longtemps que nous attendions ça. Et enfin ce 15 juillet 1975, dans les premiers lacets de la montée du Pla d'Adet de la 17e étape du Tour de France, Raymond Poulidor s'est échappé. Il avait 38 ans. » Ainsi démarre, par cet épisode tardif de sa carrière, bercé par la voix de François Morel, Poulidor premier, documentaire de Patrick Jeudy sur l'éternel second. « C'est l'une de ses plus belles victoires », ajoute le commentaire sans ironie.

Au sujet de l'épisode, l'écrivain et journaliste cyclophile Christian Laborde abonde : « En 1974, des types pleuraient de joie dans le Pla d’Adet, après qu’il eut démarré dans le premier virage, laissant sur place Eddy Merckx et tout le gratin des pentes. (...) Mon père chialait : ce démarrage, il l’attendait depuis 1964, depuis l’envol de Raymond dans le col du Portillon. » Le Pla d'Adet ou la dernière salve victorieuse de l'homme qui ne gagnait jamais.

En France, les seconds sont éternels, les perdants magnifiques et toujours pardonnés : les Verts 1976 et leurs poteaux carrés, les Bleus de Séville 1982, Fignon et ses 8 secondes manquantes, on s'en fait jusqu'à l'écoeurement des vainqueurs de cœur. On a eu Hinault, France 1998 et bien des Austerlitz, mais on chérit nos Waterloo, on recompte les secondes, on retire les pénos. La gagne, on la laisse aux Américains. Et c'est un peu la faute à Poupou, Saint Patron des seconds – priez pour nous, pauvres losers – qui nous a tant fait rêver en ne nous faisant que rêver avec son record de podiums dans le Tour (huit montées sur la boîte, toujours en contre-plongée sur le vainqueur). Bien sûr Poupou a gagné à la pelle : le Tour d'Espagne, le Grand Prix des Nations, Paris-Nice, La Flèche-Wallonne... Mais de Grande Boucle, point. Pas même le moindre petit jour passé en jaune. Rien. C'est cela sa légende.

Le Tour du siècle

Or c'est par une victoire que le loser proverbial y entre, dans cette foutue légende : Milan-San Remo 1961 remportée comme on perd, en s'excusant avec un accent du terroir d'avoir battu ces messieurs. Poulidor, pédaler suffit à son bonheur. Il a connu la charrue dans la Creuse et déjà c'était pas si mal. Alors gagner sa croûte dans la roue des Anglade, Van Looy ou Anquetil, être massé, dormir à l'hôtel, tu penses si c'est Byzance. « Lorsqu'on a connu le sol en terre battue et la paille pour matelas, on est toujours vainqueur » dira-t-il. Le voilà le problème, Raymond a l'ambition économe.

Et la poisse lui colle aux cale-pieds. Quelques jours avant son premier Tour en 1962, où on le présente comme le rival (tant attendu) de la Caravelle Anquetil, il se casse un doigt – c'est rien un doigt mais ça sert, par exemple ça serre le guidon. Loin de l'Homme augmenté cher au cyclisme, ici commence l'épopée de l'Homme diminué, coureur toujours à contretemps, pris en tenaille entre l'ère Anquetil et le règne cannibale de Merckx – il sera le seul à pouvoir les ébranler à leur sommet – perdant quand on l'espère, gagnant quand on ne l'attend plus.

En 1964, il est à un autre doigt de battre Anquetil. Il vient de remporter la Vuelta, Anquetil le Giro. Poupou le paysan et Anquetil le châtelain réglant leurs comptes sur les routes de France : c'est le Tour du Siècle. Poupou sort des Alpes devant maître Jacques qui dans les Pyrénées traîne une gueule de bois au champagne. Poupou en profite un jour trop tard en s'envolant dans le Portillon pour gagner à Luchon. Dans le Puy de Dôme, ils piochent, image mythique, épaule contre épaule, et si Poulidor passe en tête, c'est qu'Anquetil est au plus mal. Mais Poupou semble l'ignorer. Ce Tour devait être à lui. A l'arrivée du contre-la-montre décisif à Paris, on l'annonce vainqueur. Erreur de chrono. C'est bien Anquetil qui l'emporte. Pour 55 secondes.

Roi maudit

La défaite ne cicatrisera jamais et Poupou perd seul le Tour 1965 en l'absence d'Anquetil. N'en voudrait-il pas, de ce polo jaune ? Quand il ne crève pas – et il crève tout le temps – il gèle dans le ballon d'Alsace (1967), est renversé par une moto (1968), diminué par un zona (1970) ou manque de se tuer dans un ravin (1973)... Et il y a ce peloton qui se ligue sans cesse contre lui, accélère quand il est à terre, jaloux de cette popularité qui va jusqu'à effrayer Poupou lui-même, le tétaniser.

Très tôt, on distingue derrière le sourire bonhomme un regard triste, habité par le regret anticipé de décevoir ceux qui l'aiment tant. La certitude d'être un roi maudit dont le fardeau serait d'être la catharsis de ce peuple qui parfois le siffle mais ne lui en veut pas. « Son malheur nous appartient, et quand il tombe nous souffrons tout comme lui, sa peine nous console de nos tracas quotidien. Il est comme nous ».

Et quand il attaque dans le Pla d'Adet, à 38 ans, ou ne raccroche qu'à l'âge canonique de 41 ans, il nous rappelle que la vie est un combat. Qu'on ne le gagne que rarement, voire jamais puisque bêtement on meurt, mais qu'à tout prix il faut le livrer jusqu'au bout. Comme le disait Antonin Magne, son directeur sportif : « il n'y a pas de gloire sans vertu » et que peut-être, la vertu est la seule gloire. La seule victoire qui importe et la seule véritable chose à perdre. Au fond Poulidor a-t-il jamais perdu ? SD

Hommage à Raymond Poulidor en sa présence
A l'Institut Lumière jeudi 21 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Jeudi 10 septembre 2020 Ce 12 septembre le Tour s'arrête à Lyon pour la 17e fois seulement (en 107 éditions). Retour sur l'Histoire de la Grande Boucle à Lyon, riche, malgré tout, de quelques grands moments.
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 11 février 2020 La politique et l'Histoire par le sport, voilà l'idée du dialogue proposé par Sylvain Coher et Judith Perrignon à travers Vaincre à Rome et L'Insoumis et ces deux figures de héros modernes que furent le marathonien Abebe Bikila et Mohamed Ali.
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Jeudi 19 janvier 2017 Votez pour votre sportif lyonnais favori sur lyon.fr et participez au tirage au sort pour assister à la cérémonie de remise des prix !
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 27 septembre 2016 L'artiste belge Jan Fabre fait de la danse, des vidéos, des performances, du théâtre, il dessine aussi avec son sang ou avec son sperme... Il ne lui (...)
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mardi 7 juin 2016 Si vous avez suivi d’un œil distrait la compétition cannoise au motif qu’elle concernait des œuvres encore éloignées des écrans, préparez-vous à l’écarquiller : une (...)
Mardi 22 mars 2016 Toujours vivace, s’appuyant sur le vécu des habitants villeurbannais, le Rize propose en ce moment de se pencher sur le sport dans la ville via l’expo (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !