Balthazar, entre les murs

Balthazar + Gengahr

Épicerie Moderne

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Après le succès de l'exceptionnel "Rats", l'expérience de la vie sur la route aurait marqué Balthazar au point qu'il en accouche de l'album "Thin Walls", récit plus ou moins circonstancié de la dite tournée que le groupe présente désormais... en tournée.

« Le mur de Planck est la frontière entre le monde physique et le monde mathématique pur. Cette frontière est la limite du temps entre l'avant et l'après Big Bang. Cette membrane, enfermée dans le cône d'espace-temps, contient tout l'univers et pourtant, elle a une taille encore plus petite que celle d'un atome. Dans ce mur, les mesures n'existent plus, tout est en évolution constante. » nous dit Jean-Christophe Wikipédia.

à lire aussi : Au hasard Balthazar

C'est peu ou prou cette "sensation" que semble avoir ressenti le groupe belge Balthazar lors de la tournée qui a suivi la sortie de l'album Rats, le disque de l'avant et de l'après Big Bang pour eux, dont ils ont tiré Thin Walls, en référence à ces murs épais comme du papier à cigarettes figurant le manque d'intimité de la vie en tournée, ce mouvement perpétuel, ce monde parallèle rétréci.

Oh, la vie en tournée, c'est une tarte à la crème de la vie du rock. Combien de groupes y ont vécu une apocalypse, y ont laissé des plumes, où s'y sont régénérés (« à la fin, je ne supportais plus ces types, on a dû virer John (le bassiste) parce qu'il puait trop des pieds » et « j'ai écrit cet album entièrement sur la route, ça a été une expérience incroyable » sont des phrases à replacer dans nombre d'interviews).

Emmuré vivant

Dans le cas de Balthazar, roi des groupes belges, il s'agirait plutôt d'une épiphanie. Une révélation de velours face aux bouleversements qu'engendrent la vie loin de chez soi, le déracinement, la promiscuité, les excès, les femmes (celles qu'on croise et celles qui sont restées) qui figure un peu l'expérience des limites dans tous les sens du terme.

C'est cette expérience mais aussi celle des frustrations paradoxales d'un moment qui nourrit pourtant l'exaltation (quoi de plus excitant qu'une tournée pour un groupe ?), cette sensation d'être emmuré vivant, qui a poussé le groupe à élargir son horizon musical, très claustrophobe sur Rats, en confiant les clés du camion au producteur Ben Hillier (Blur, Depeche Mode) et en laissant entrer plus de lumière et d'intimité.

Mais au fond, de Rats, cet album impeccable et parfois surprenant (le titre Wait any longer est un peu leur Bittersweet symphony) pourrait être le successeur plus terre à terre. De fait seul un mur de Planck semble les séparer, qui contient tout l'univers fascinant de Balthazar, même quand il perd un peu de son mystère. SD

Balthazar
À L'Epicerie Moderne lundi 25 janvier

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 juin 2019 À rebours de l'éternelle fissuration de l'Europe politique, Europavox dévoile chaque année ce que le Vieux Continent a de mieux à offrir en terme de cohésion reposant sur la diversité musicale, entre têtes de liste installées et outsiders...
Mardi 5 janvier 2016 Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.
Mercredi 24 juin 2015 Après une édition 2014 riche en prises de risques, le festival phare de l'été lyonnais est revenu à ses fondamentaux bankable. On peut le déplorer. On peut, plus prosaïquement, se satisfaire de l'aubaine que constitue la venue d'artistes de haute...
Jeudi 7 novembre 2013 Eric Desnoues, directeur artistique du Festival de musique baroque de Lyon, a l’art de dénicher la voix qui va renverser le public et le laisser dans un (...)
Jeudi 7 mars 2013 Pour leur deuxième album, les Belges de Balthazar reviennent des "Rats" pleins les poches sur un navire qui prend magnifiquement l'eau. Où l'évidence tubesque des débuts laisse place à des mélodies coincées sous la botte acoustique, entre mélancolie...
Jeudi 25 octobre 2012 Qui a déjà vu le sketch d'anthologie de l'humoriste Yacine Belhousse, transfuge du Jamel Comedy Club, sur les Québécoises un peu trop bavardes pendant (...)
Jeudi 13 septembre 2012 À force, les salles lyonnaises sont un peu comme le PMU du coin de la rue, elles finissent par avoir des habitués. Ce qui en dit long sur la qualité de l'accueil de nos salles. Ou sur le fait que Lyon soit bel et bien réapparu sur la carte de France...
Mercredi 12 octobre 2011 Musique / Après les Melvins, c'est au tour d'un autre «groupe préféré» de Kurt Cobain de faire halte à l’Épicerie Moderne. Son nom : Chokebore, combo hawaïen auquel le rock indépendant nord-américain doit quelques unes de ses plus touchantes...
Lundi 12 septembre 2011 Une autre victime de l'éclipse Nirvana. En effet, Chokebore a beau avoir été régulièrement désigné par Kurt Cobain comme «son groupe préféré», on ne peut pas dire que (...)
Vendredi 14 mars 2008 de Nic Balthazar (Belgique, 1h30) avec Greg Timmermans, Marijke Pinoy…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X