The Revenant : l'homme qui a vu l'ourse

The Revenant
De Alejandro González Iñárritu (ÉU, 2h36) avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy...

Délaissant comme Tarantino les déserts arides au profit des immensités glacées, Alejandro González Iñárritu poursuit sa résurrection cinématographique avec un ample western épique dans la digne lignée d’Arthur Penn et de Sydney Pollack. Un survival immersif et haletant mené par des comédiens au poil.

Les États-Unis excellent dans l’art du paradoxe. Le pays suit avec un mixte de répulsion et de plaisir la campagne pour l’investiture républicaine menée par un populiste démagogue, ouvertement xénophobe, avide de succéder au premier chef d’État Noir de son Histoire. Au même moment, la société s’émeut de voir les membres de l’Académie des Oscars — présidée par l’Afro-Américaine Cheryl Boone Isaacs — s’entre-déchirer à qui mieux mieux au sujet du manque de représentativité des minorités visibles parmi les candidats à la statuette.

Au Texas et en Californie, une muraille-citadelle gardée a été érigée ces dernières années pour préserver le territoire de toute intrusion… tandis qu’à Hollywood le cinéma sort de l’impasse en empruntant une diagonale mexicaine. Issus de familles de classe moyenne ou supérieure, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón et Alejandro González Iñárritu n’ont pas fui de misérables villages favelaesques fantasmés par les conservateurs, pour profiter des avantages supposés du système étasunien et détruire sa culture — discours identitaire faisant florès ces derniers temps. C’est même l’exact contraire qui s’est produit ; les rednecks doivent en manger leurs Stetsons. Tant mieux !

Le retour du refoulé (à la frontière)

Les réussites au box-office des films signés par Cuarón et Iñárritu bénéficient généreusement aux grands studios. Mieux : elles se doublent de triomphes artistiques très logiquement sanctionnés par la profession. Voyez Gravity (2013) et Birdman (2014). Deux projets éminemment conceptuels ; deux propositions combinant un usage insensé du plan-séquence à des fins autant (voire davantage) narratives que spectaculaires, qui ont valu à leurs réalisateurs d’être les derniers lauréats en date de l’Oscar.

Deux œuvres qui touchent à des thématiques attachées à la cosmogonie de l’Amérique ou à son inconscient (la conquête spatiale pour l’une, le foisonnement créatif de la scène théâtrale de Broadway pour l’autre), prenant la forme de films catastrophe — leurs protagonistes étant plongés en plein chaos. The Revenant enfonce le clou en investissant le territoire mythologique des États-Unis et le genre lié à sa fondation : le western.

Héros thaumaturge, le Hugh Glass campé par Leonardo DiCaprio incarne un de ces modèles d’aventuriers obstinés dont la nation se réclame : un trompe-la-mort capable de surmonter tous les obstacles afin de faire valoir son bon droit. Et plus Glass semble progresser, paraissant près de faire entendre sa vérité, plus redoutables sont les périls qu’il doit affronter.

Il y a une surenchère dans la dégradation de sa situation rappelant la trajectoire de l’astronaute naufragé de Gravity : les choses vont mal, il faut s’attendre à ce qu’elles empirent. Au-delà de l’imaginable. Iñárritu tient la promesse du spectaculaire inhérente au film d’action, en réussissant d’estomaquantes séquences d’action pure qui n’ont rien à envier aux effets 3D. Des phases décisives scandant le récit — l’attaque initiale du camp des trappeurs par les Indiens, le combat entre Glass et l’ours, une cavalcade vertigineuse — et rythmant les longues errances du miraculé jusqu’à son duel avec Fitzgerald, rôle idéalement dévolu à un Tom Hardy ignoble, comme à son habitude. Privée d’un opposant de cette stature, la performance de Leo eût été, à coup sûr, moins remarquable.

Revenants multiples

Si le personnage de DiCaprio, pareil à une figure christique, traverse la glace et les embûches pour renaître à la vie, un autre revenant se trouve derrière la caméra : Iñárritu lui-même. Encensé à ses débuts avec Amours chiennes (2000) pour ses entrelacs d’histoires tressées en compagnie de Guillermo Arriaga, le cinéaste avait ensuite répliqué le procédé de façon mécanique, en l’amplifiant : choix de comédiens à la notoriété plus importante, décor à l’échelle grandissante. Résultat ? Une bouillie universaliste et esthétisante, se vidant de son contenu au fur et à mesure qu’elle se gorgeait de prétention — le summum fut atteint avec Babel (2007).

Optant ensuite pour le détour en direction du misérabilisme magique dans le pathétique Biutiful (2010), Iñárritu semblait avoir épuisé toutes ses cartouches. Son revirement avec Birdman a équivalu à une résurrection (pour lui comme pour Michael Keaton, au reste) : réalisateur sur le déclin, il s’est métamorphosé en auteur incontournable. The Revenant confirme son nouveau ton, ses nouvelles ambitions et sa maîtrise.

Outre la pluie de récompenses attendue, on espère que le succès de The Revenant permettra l’exhumation du Convoi sauvage (1971). Signée par Richard C. Sarafian, cette précédente adaptation de l’épopée d’Hugh Glass avait pour interprète principal Richard Harris. Le comédien sortait tout juste d’un triomphe personnel : Un homme nommé Cheval, une autre histoire d’Indiens, ces native people d’Amérique. En les rendant visibles et légitimes, en perpétuant leur mémoire, leur culture et leur cause là où beaucoup cherchaient à les oblitérer, le cinéma aura fait d’eux d’authentiques revenants. C’est là son ultime bienfait collatéral. VR

The Revenant de Alejandro González Iñárritu (É-U, 2h37) avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime, cette mise en abyme du vampirisme trouble entre artistes,...
Mardi 10 mars 2020 Encore une nouvelle série culte de la bande dessinée qui est reprise et poursuivie par une nouvelle équipe, et pas des moindres puisqu'il s'agit de la (...)
Mardi 23 avril 2019 Fer de lance de la scène folk-rock francophone, La Maison Tellier continue, comme sur leur récent Primitifs modernes à exprimer en français un langage musical résolument américain. Et surtout à aller de l'avant l'œil rivé sur le rétroviseur. Double...
Mardi 8 mars 2016 de John Crowley & Paul Tsan (Irl/G-B/Can, 1h53) avec Saoirse Ronan, Domhnall Gleeson, Emory Cohen…
Mardi 2 février 2016 Après s’être égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (127 heures), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Le natif de Manchester fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première...
Mardi 19 janvier 2016 Célèbre pour son commandement bicéphale, le gang londonien des frères Kray donne à Tom Hardy l’occasion de faire coup double dans un film qui, s’il en met plein les yeux, se disperse dans une redondante voix off.
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne —plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs —, quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres,...
Mardi 22 septembre 2015 Ah, la France et sa diversité. Elle sera belle cette année, entre piliers indéboulonnables, y compris de nos salles lyonnaises, comebacks attendus, jeunes gens modernes (indé ou pas) pétris de talents et éternels relous. Rien que de très classique...
Mardi 2 juin 2015 Pour son premier film derrière la caméra, l’ex-scénariste de Danny Boyle Alex Garland s’aventure dans la SF autour du thème de l’intelligence artificielle, dont il livre une variation qui peine à trouver sa forme, entre didactisme dialogué et...
Mardi 26 mai 2015 Á l'initiative de la Maison de la Danse, Babel 8.3 invite des habitants des 8e et 3e arrondissements à se familiariser avec les univers d'une dizaine de chorégraphes. Coup de projecteur sur un projet innovant qui cultive à la fois proximité et...
Vendredi 15 mai 2015 Une date dans le cinéma d’action ? Non, mais un bon blockbuster… Un grand film de George Miller ? Non, juste une efficace remise à jour de la franchise "Mad Max"… Bref, entre excitation et frustration, Fury Road laisse autant repu que sur sa...
Mardi 24 février 2015 Changement de registre pour Alejandro Gonzalez Iñarritu : le cinéaste mexicain laisse son désespoir misérabiliste de côté pour tourner une fable sur les aléas de la célébrité et le métier d’acteur, porté par un casting exceptionnel et une mise en...
Dimanche 8 février 2015 « Ixcanul » de Jayro Bustamente. « Journal d’une femme de chambre » de Benoît Jacquot. « Victoria » de Sebastian Schipper. « Une jeunesse allemande » de Jean-Gabriel Périot.
Lundi 2 février 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro (...)
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahmson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 11 novembre 2014 Après l’électrochoc "Bullhead", Michael R. Roskam négocie habilement son virage hollywoodien avec ce polar à l’ancienne écrit par le grand Dennis Lehane, très noir et très complexe, servi par un casting parfait. Christophe Chabert
Mardi 30 septembre 2014 Héros de la rentrée romanesque ou mythes vivants de l'écriture, fut-elle littéraire ou graphique, ces auteurs ont toute leur place dans une "bibliothèque idéale". Ils passeront par ici dans les semaines qui viennent.
Mardi 11 mars 2014 Un an dans une classe d’accueil parisienne avec des adolescents venus de tous les pays du globe : un beau documentaire de Julie Bertuccelli qui, en adoptant un point de vue local, dresse une carte des troubles qui agitent le monde. Christophe...
Mercredi 15 janvier 2014 Pas évident d’organiser en janvier un festival consacré au cinéma français quand celui-ci garde ses meilleurs films pour Cannes… Drôle d’endroit pour des (...)
Jeudi 6 septembre 2012 De John Hillcoat (ÉU, 1h55) avec Shia LaBeouf, Tom Hardy, Jessica Chastaing…
Mercredi 25 juillet 2012 La très attendue conclusion de la trilogie imaginée par Christopher Nolan pour donner au personnage de Batman une ampleur sombre et contemporaine n’égale pas le deuxième volet, impressionnante dans sa part feuilletonesque, décevante sur son versant...
Mercredi 13 octobre 2010 Un ex-dealer en phase terminale cherche le salut au milieu de l’enfer social. Au sommet de son cinéma sulpicien et complaisant, Alejandro Gonzalez Iñarritu tombe le masque dans un film désespérant de médiocrité. Christophe Chabert
Vendredi 26 mars 2010 De Pascal Elbé (Fr, 1h27) avec Roschdy Zem, Pascal Elbé, Samir Makhlouf…
Jeudi 9 juillet 2009 Avec un acteur principal habité et de circonvolutions esthétiques incroyablement maîtrisées, Nicolas Winding Refn nous démontre avec brio que oui, une biographie filmée peut avoir un point de vue dans sa mise en scène. François Cau
Jeudi 24 avril 2008 Entretien / De passage à Lyon pour le festival à l’Auditorium D’un monde à l’autre, nous avons rencontré les membres de Bajofondo.
Vendredi 28 mars 2008 Événement / Pendant quatre jours, les Subsistances proposent moult créations et petites performances autour du thème «Ça Tchatche !» : cirque, danse et théâtre y parleront des langues aussi déliées qu'hétérogènes. Jean-Emmanuel Denave
Mercredi 22 novembre 2006 d'Alejandro Gonzalez Iñarritu (Mex-EU-Jap, 2h25) avec Brad Pitt, Cate Blanchett, Gael Garcia Bernal...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !