Merci Patron !

Merci patron !
De François Ruffin (Fr, 1h30) documentaire

Jusqu’alors peu connu du grand public, le journal alternatif Fakir s’offre un splendide coup de pub en divulguant son opération de flibuste victorieuse contre la deuxième fortune française, Bernard Arnault. De l’extorsion de fonds ? Non point : de justes représailles…

Le patron de Fakir, François Ruffin, doit jubiler du bon tour qu’il joue à l’inflexible capitaine d’industrie, aussi jaloux de ses profits que de sa discrétion. Car avec son documentaire branquignolesque, tenant plus du carnet de notes potaches filmé que de l’investigation orthodoxe, non seulement il dresse un bilan de “l’action bienfaisante” du brillant milliardaire au sein des filatures de Nord-Picardie, mais surtout il donne des visages et des noms à ses victimes directes : les Klur, une famille d'ouvriers déclassés, promis à une misère noire.

Puisqu'Arnault a fabriqué sa fortune en pratiquant de-ci de-là des entorses à la vérité — prétendant que sa marque Kenzo fabriquait en France alors que les usines étaient délocalisées en Pologne, par exemple — et de grosses fractures à l’éthique (si ce n’est pas amoral d’entasser autant de fric par pure avidité, en laissant crever toute une région…), Ruffin use de ruses pour lui faire restituer une partie de son butin. Ses armes principales étant la menace de bruit médiatique et son air de crétin inoffensif, parfait pour tourner en ridicule un hyper-patron.

Comment se payer sur la bête

Avec son allure d’étudiant attardé, promenant son équanimité et sa fausse ingénuité des usines sinistrées aux coulisses des AG du groupe de Bernard Arnault, Ruffin n’est pas sans rappeler le documentariste Pierre Carles (Pas vu, pas pris). Il possède la même dérision pince-sans-rire, une obstination comparable et cette incomparable faculté de piéger ses interlocuteurs — lesquels, aveuglés par leur cynisme et leur suffisance, ne voient en lui qu’une mouche du coche, voire un ahuri de seconde zone.

Or si Ruffin fait l’âne, c’est pour avoir du son. Et il en obtient suffisamment pour nourrir une étable : sous nos yeux se dévoilent les membres de la garde rapprochée du nabab, issus des cercles politiques en exercice ou des services spéciaux à la retraite. Ils se prennent pour de grands fauves ; ils seront piégés aussi aisément que des souris. Pour rester dans la métaphore animalière, Merci Patron ! évoque la fable du Corbeau et du Renard, où le volatile se pensant intouchable se fait stupidement avoir par la flatterie — donc, par la parole. Ici, les mots sont plus durs que doux, mais le résultat est le même : le vautour finit par lâcher son fromage. Sans perdre beaucoup de plumes… VR

Merci Patron ! de François Ruffin (Fr, 1h24) documentaire

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 novembre 2017 Bientôt quadragénaire, le doyen des festivals de l’agglomération lyonnaise n’a rien d’un autarcique : depuis des années, il propose des séances délocalisées dans des (...)
Mardi 20 juin 2017 S’il est encore trop tôt pour connaître le programme détaillé de la 29e édition des États généraux du film documentaire de Lussas (Ardèche) on peut d’ores et déjà en (...)
Mardi 4 avril 2017 Des coulisses aux cintres, des tensions sociales aux minutes de silence, des répétitions aux applaudissements, une suite d’instantanés façons puzzle glanés durant une saison de l’Opéra de Paris visant à désacraliser cette institution culturelle...
Mardi 24 janvier 2017 Être femme et noire en France, aujourd'hui : une double peine. Le documentaire de la réalisatrice et militante afro-féministe Amandine Gay est un (...)
Mardi 15 novembre 2016 Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un documentaire de création bariolé, sans complaisance mortifère ni idéalisation naïve. Stimulant.
Mardi 15 novembre 2016 Jeremy Irons nous guide à travers le monde des déchets gouverné par de belles saloperies : dioxines et plastiques — des polluants ubiquistes impossibles à recycler, résidus de la révolution industrielle et des Trente Glorieuses. Un documentaire...
Mardi 8 novembre 2016 Le documentariste Gilles Perret rappelle la paternité du ministre communiste Ambroise Croizat dans la création de l’Assurance maladie, et légitime la préservation de ce système solidaire participant du progrès social. Un film méritant d’être...
Mardi 8 novembre 2016 L’association Lumière du monde fédère des producteurs de documentaires respectueux de règles de coproduction équitable. Dans le cadre du Mois du documentaire, (...)
Mardi 21 juin 2016 Havre de bonheur et de réflexion pour les adeptes du cinéma du réel, les États généraux du film documentaire de Lussas ont su se construire une enviable (...)
Mardi 14 juin 2016 Quand un régime exerce un pouvoir excessif sur son peuple, abuse de son autorité et/ou confisque les libertés, alors s’élèvent des voix pour protester ou le (...)
Mardi 15 mars 2016 de Ayat Najafi (All/Fr, 1h31) avec Sara Najafi, Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi…
Mardi 8 mars 2016 Dans le documentaire comme dans les autres genres, certains arbres au feuillage outrageusement vert et au tronc gentiment creux captent (...)
Mardi 26 janvier 2016 De Jacques Perrin & Jacques Cluzaud (Fr, 1h37) documentaire
Mardi 5 novembre 2013 Une maîtresse, la tête engoncée dans un cube de béton, initie ses élèves au port de l'abri-antiatomique autonome. Devant un groupe de scientifiques, un homme (...)
Vendredi 16 novembre 2012 Toujours impeccable, la programmation du festival À nous de voir, consacré aux films scientifiques au sens très large du terme, affirme une ligne toujours plus politique année après année. Christophe Chabert
Vendredi 26 novembre 2010 Cinéma / Jusqu'au dimanche 28 novembre, le cinéma Tobboggan de Décines ouvre sa programmation à la Première édition des Rencontres Documentaires. Entre regard sur l'Algérie contemporaine, réflexion sur les media et réquisitoire altermondialiste : au...
Vendredi 19 juin 2009 Les États Généraux du Film Documentaire, festival ardéchois, se propose d’explorer un genre cinématographique à part, souvent considéré – à tort – comme mineur : (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !