Michael Nyman et l'ensemble Céladon : le pouvoir éternel de la musique

No time in eternity

Musée des Confluences

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Accorder du temps au temps, celui de l’introspection et de l’écoute — des moments rares aujourd’hui — c’est ce à quoi invite No Time in Eternity, un programme de "consort songs" pour cinq violes de gambe et voix de contre-ténor, qui mêle musique de la Renaissance anglaise et musique contemporaine, dans une création signée Michael Nyman.

On associe rarement la musique contemporaine à la notion de divertissement. C’est pourtant ce que propose cette édition 2016 de la Biennale Musique en Scène, programmée par le Grame (Centre National de Création Musicale) jusqu’au 27 mars. Désireuse d’interroger la façon dont les musiques de recherche et de création s’inscrivent dans la société de zapping et de loisirs dérivatifs qui est la nôtre, cette Biennale offre à la diffusion des pièces contemporaines réalisées à l’aide des outils technologiques du quotidien (comme nos smartphones). À l’opposé du spectre de ce type de création musicale ultra-contemporaine, l’évènement n’exclut pas le temps de l’écoute et invite également à redécouvrir celui du concert, qui reste l'un des moments privilégiés de notre époque connectée et surmenée.

Emblématique de cette démarche, No Time in Eternity, interprété par l’ensemble Céladon, une formation française qui se consacre à la musique ancienne (médiévale, Renaissance et baroque), réunit une série de créations du compositeur britannique Michael Nyman, connu, entre autre, pour son travail sur les films des réalisateurs Peter Greenaway (Prospero's Books) ou Jane Campion (La Leçon de piano).

Construit autour du Self-Laudatory Hymn of Inanna and Her Omnipotence (mise en musique d’un poème Sumérien dédié à la déesse Ishtar) et de cinq Consort Songs (une forme musicale anglaise de la fin du 16ème et du début du 17ème siècle élisabéthain), No Time in Eternity crée un espace intemporel où la musique est une invitation à déconnecter du quotidien pour se plonger dans le temps plus que jamais nécessaire de l’introspection et de l’élévation.

« C’est une musique sans âge, elle pourrait avoir été composée aujourd’hui, comme demain. Nous avons fait appel à une scénographe contemporaine pour lui donner une forme unique et hors du temps. Cela risque d’être un grand moment de la Biennale », s’enthousiasme Damien Pousset, le directeur artistique du Grame et programmateur de la Biennale Musique en Scène. Maxence Grugier

No Time in Eternity
Au Musée des Confluences le jeudi 17 mars

Michael Nyman

23 mars 1944 : Naissance à Londres

1963 : Première œuvre, avec Divertimento (pour flute, hautbois et clarinette)

1974 : Écrit Experimental Music - Cage and Beyond, ouvrage théorique issu de ses recherches en musicologie

1976 : Crée son ensemble The Campiello Band, qui deviendra The Michael Nyman Band

1982 : Première musique de film, Meurtre dans un jardin anglais, de Peter Greenaway, pour qui il travaillera régulièrement

1986 : Premier opéra, The Man who Mistook his Wife for a Hat. Quatre autres suivront, jusqu'à Love Counts en 2005

1990 : Le Mari de la Coiffeuse, de Patrice Leconte

1991 : Compose Musique à Grande Vitesse

1993 : Soundtrack pour La Leçon de piano, de Jane Campion

1997 : Bande son du jeu vidéo Enemy Zero (Saturn)

2008 : Publie un recueil de ses photographies, Sublime

2016 : No Time in Eternity à la Biennale Musiques en Scène

à lire aussi

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mardi 26 avril 2022 Il est libre, Iggy Pop. Bon, y en a quand même pas qui disent qu'ils l'ont vu voler, mais continuer de se trémousser torse-poils devant (...)
Mardi 29 mars 2022 Alors qu'il remonte sur scène pour présenter son dernier objet d'artisanat, La Vraie vie de Buck John, Jean-Louis Murat est l'objet d'une belle rétrospective menée par l'agence musicale lyonnaise Stardust et une vingtaine d'artistes aurhalpins.
Mardi 29 mars 2022 Un peu plus de deux ans après la tournée de Reward, la Galloise Cate le Bon est de retour sur une scène lyonnaise. Avec Pompeii, un album tout en minimalisme pop, composé et enregistré durant le grand confinement, et qui plonge dans la torpeur tout...
Mardi 1 mars 2022 Événement du côté du Ninkasi avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 2021 aura été l'année de l'avènement pour Tedax Max. Douze mois pour sortir trois albums et se hisser au premier plan de la scène rap locale. Avant son passage du côté de Vénissieux à Bizarre!, le vendredi 18 mars, on a échangé...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X