Gabriel Kahane : « Trouver le meilleur moyen de raconter une histoire »

Gabriel Kahane & Quatuor Debussy

Les Subs

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Aussi à l'aise en balade folk qu'en musique de chambre, Gabriel Kahane, nouveau petit génie de la pépinière pop de Brooklyn, saute moins les barrières des genres musicaux qu'il ne les évite avec grâce. The Ambassador, son album consacré à l'histoire et à la géographie... de Los Angeles, sa ville natale, laisse ainsi ses talents multiples de compositeur, conteur et arrangeur exploser à la face de l'auditeur. En attendant de se présenter aux Subsistances le 24 mars en Petit Bulletin Live avec le Quatuor Debussy, l'intéressé s'est livré à une longue explication de textes.

Quand Philip Glass [prince de la musique répétitive et/ou minimaliste mais pas que NDLR] a commencé à sortir de son pré-carré expérimental pour se tourner vers des esthétiques plus pop, il a beaucoup été critiqué. Aujourd'hui, les choses sont très différentes. La génération musicale dont vous êtes issu, on pense à Nico Muhly, Sufjan Stevens, Ellis Ludwig-Leone de San Fermin, Bryce Dessner de The National – souvent élevés dans l'académie musicale, diplômés de formation classique – semble absolument attachée à briser les barrières entre les genres, composant indifféremment de la pop qui ressemble à de la musique de chambre, du folk, des ballets. On apprend, quand on lit vos interviews, que cette question du genre vous indiffère totalement pour ne pas dire qu'elle vous agace beaucoup.
Gabriel Kahane : Absolument. L'obsession du genre à notre époque est le produit d'une vision étroite des choses. Jusqu'à l'avant-guerre, avant cette espèce de décollage de l'académisme musical, nous avons au moins trois siècles pendant lesquels les compositeurs que l'on qualifiera de classique étaient vraiment engagés sur le terrain de la musique vernaculaire et de la musique folk. Si l'on remonte à Bach et aux Variations Goldberg, prenons la 30e Variation, le Quodlibet [que Gabriel Kahane nous joue depuis New York via Skype, NDLR], il y mixe la ligne de base utilisée pour l'opus et superpose dessus deux folk songs.

Il y a ainsi une lignée directe entre Bach, Mozart et Beethoven mais aussi Schubert, Mahler, Bartok. Tous ces compositeurs étaient incroyablement connectés à la tradition folk et populaire. Ce n'est vraiment qu'entre 1945 et les années 80 qu'on a pu assister à un incroyable resserrement académique, à une austérité sans précédent. Je pense simplement que ce que font les musiciens de ma génération n'est que la continuation d'une tradition qui a été interrompue. Loin d'une transgression, c'est davantage un retour aux sources.

Il y a un petit malentendu sur le fait que j'ai reçu en premier lieu une formation classique. En réalité, j'ai vraiment commencé par écrire des chansons bien avant de faire de la musique de chambre ou pour orchestre classique. C'est dans ce sens que s'est faite l'expansion de mon paysage musical. C'est un peu différent de gens comme Ellis Ludwig-Leone ou Nico Muhly, dont je pense qu'ils ont tous les deux fait la Juilliard School [célèbre académie musicale où, des deux précités seul Nico Muhly a étudié, NDLR]. Cette question de ma formation, classique ou pas, n'est pas importante mais les gens doivent savoir que je me considère avant tout comme un songwriter, que j'essaie de créer des émotions et des paysages musicaux très directs. Que c'est mon premier amour. Écrire de la musique de chambre ou orchestrer, arranger mes propres chansons n'est qu'une extension de cela.

Pourquoi être allé dans le sens de cette expansion vers la musique de chambre, l'orchestration ?
Je crois que ça s'est fait un peu par accident. À 24-25 ans j'ai écrit Craigslistlieder, la mise en musique de chambre d'annonces du site de petites annonces Craig's List. Le fait que des journalistes en parlent m'a valu quelques invitations à écrire des pièces pour le Philharmonique de LA, le Kronos Quartet. Ce n'était pas du tout un but que je poursuivais, pas plus d'ailleurs que je n'avais la formation pour cela. Mais ces opportunités sont arrivées et je me suis aperçu qu'écrire pour un quatuor de cordes, un orchestre de chambre, me permettaient d'ajouter des couleurs à ma palette de songwriter, via une meilleure compréhension des textures et des architectures musicales.

À l'inverse, le fait d'écrire des chansons de trois minutes, avec cette contrainte d'être concis a probablement beaucoup influencé la manière dont j'ai abordé l'écriture de la musique de chambre. Mais la question du pourquoi reste pour moi sans réponse (rires). Il y a tellement à explorer en tant que musicien. C'est assez semblable au fait de voyager, je vais vers d'autres musiques, j'accumule les expériences et je les ramène à mon activité de songwriter. Je sors en ce moment de beaucoup de travaux de commande de musique classique et le fait de savoir que pendant les neuf prochains mois, je vais pouvoir me consacrer à l'écriture de chansons m'excite beaucoup.

Plus qu'un songwriter ou un musicien, vous vous décrivez volontiers à la fois comme un storyteller et comme un artiste qui a à cœur de composer une musique sophistiquée qui sonnerait simplement...
J'avoue que lorsque j'utilise le terme "storyteller", je le fais un peu par provocation. C'est une manière d'éviter justement les conversations sur le genre (rires). Je me dis que mettre en lumière cet aspect de mon travail aura pour effet d'embrouiller les journalistes et le public et m'évitera les questionnements sans fin du style « pourquoi y a-t-il un orchestre de chambre sur ce morceau alors que sur tel autre, il y a un banjo ? Faites-vous de la musique de chambre ou du folk ? Etc. ». Pour moi, tous ces choix d'arrangements ne répondent qu'à une question : comment servir au mieux la chanson pour délivrer une histoire, une expérience émotionnelle authentique. Je ne me vois pas d'abord comme un conteur puis comme un musicien. C'est simplement une manière de faire diversion. Mais je suis ravi que vous rapprochiez cela de la question de la sophistication et de la simplicité car c'est en réalité très lié.

Cela peut paraître arrogant de prétendre vouloir mettre au monde quelque chose de nouveau plutôt que de dupliquer ce qui a déjà été fait. Mais si je devais me contenter de faire cela, je crois que je changerais de métier. Or il y a vraiment une articulation entre cette volonté de nouveauté et le fait de vouloir rendre ma musique abordable, ce qui passe par le storytelling. Mais c'est aussi parce que je crains parfois que l'auditeur moyen se dise « oh, il écrit de la musique de chambre, c'est trop sophistiqué, je ne vais pas me lancer là-dedans, je n'y comprends rien ». Bien souvent les gens s'attachent beaucoup plus à la forme qu'au contenu. Or avec The Ambassador, je raconte des histoires, des histoires de Los Angeles, comme le meurtre d'une jeune femme noire, sur Empire Liquor Mart...

Justement, si l'on prend cette chanson en particulier, elle est la preuve que vous êtes un véritable conteur. Vous y racontez une histoire, réelle, et surtout vous prenez le temps de la raconter... Même chose pour la chanson The Ambassador où vous vous mettez dans la peau du gardien de l'hôtel Ambassador pour raconter la Grande Histoire via la petite.
Ce qui m'intéresse, c'est de trouver le meilleur moyen de raconter une histoire. Comment raconter l'histoire de l'hôtel Ambassador qui a joué un si grand rôle dans l'histoire de Los Angeles, son identité. Les débats qui ont fait rage en 2004-2005 quant à son éventuelle préservation comme monument historique ont beaucoup apporté à Los Angeles. Il y a là une histoire littéraire, architecturale, humaine très riche. Je voulais parler de cet hôtel comme d'un symbole de tout cela, pas seulement parce que c'est là qu'a été assassiné Bobby Kennedy. Se posait alors la question du point de vue ou de la temporalité. À quel moment de l'Histoire, la chanson devait se placer : les années 30, 40, 1991 ?

J'ai commencé à penser un peu par hasard à l'idée d'un portier qui aurait travaillé là pendant 40 ans et qui a tout vu de cet endroit. Vous savez, c'est une chose que je n'ai jamais confié à aucun journaliste américain mais peu de temps après j'ai lu un article dans le LA Times sur cette personne dont j'ai découvert qu'elle avait vraiment existé : son nom est Arthur Nyhagen et le jour de la fermeture de l'hôtel, le Times a rendu hommage à cet homme qui avait tenu la porte de l'hôtel pendant presque 50 ans. J'ai trouvé ça fascinant, ça a été un déclic.

Pourquoi avoir choisi de raconter l'histoire de Los Angeles, à travers une multitude d'histoires identifiées à des lieux de la ville, que vous localisez précisément. Est-ce parce que nous avons cette vision si superficielle de Los Angeles, que nous n'avons pas d'une ville comme New York ? New York se montre immédiatement à nos yeux. Los Angeles est plus énigmatique, à la fois très démonstrative en surface, mais au fond caché derrière ses paillettes.
Tout à fait. New York est une ville d'espaces publics. Il est très facile de cartographier, de se repérer et au fond de comprendre cette ville. Los Angeles n'est pas seulement énigmatique, c'est aussi et surtout une ville d'espaces privés. Qui plus est impossible à pratiquer sans voiture, contrairement à New York. Cela fait des années que ce projet d'écrire sur Los Angeles mûrit en moi. Je suis né là-bas, même si j'ai grandi à New York. J'ai commencé à visiter LA autour de la vingtaine et au fil du temps mes impressions à son égard ont changé. Derrière l'idée d'une superficialité apparente, j'ai pris conscience qu'une âme se dégageait de cette ville qui semblait ne pas en avoir et qu'elle était surtout faite de douleur et de souffrance.

En 2012, je me rendais à l'aéroport et, je ne sais pas pourquoi, au lieu de prendre l'autoroute, j'ai traversé une partie de la ville et suis passé par ce quartier très pauvre qu'est South Central [le quartier d'où étaient parties les émeutes de 1992, NDLR] et j'ai été bouleversé par la tristesse que pouvait dégager cette ville. Je crois que c'est à ce moment que j'ai commencé à vouloir écrire un album sur LA : pour comprendre ce que j'avais ressenti à ce moment. Et même si sur chacune des chansons, je chante à travers un personnage, il y a quelque chose d'infiniment personnel dans cet album. C'est un disque sur la quête de la tristesse et de la douleur que j'ai ressenties et qui émanent de cette ville. Une tentative, d'une certaine façon, de la localiser.

Si j'ai choisi d'attacher précisément ces chansons à une adresse très précise c'est parce que Los Angeles est une ville difficile à cartographier, très fragmentée. Je me suis mis dans la peau d'un flâneur du XIXe siècle. Je suis le flâneur de Los Angeles. J'essaie d'emmener les gens dans une sorte de Secret Tour de Los Angeles et de les présenter à ces personnages.

Vous parlez d'un album très personnel qui parle par la voix des autres, or votre travail est justement très souvent en grande partie référentiel. Vous parlez à travers des personnages ou ils parlent à travers vous. Le procédé est un peu le même pour Craigslistlieder avec cette mise en musique de petites annonces. Est-ce à dire que vous tentez toujours de mettre de la distance avec vous même dans votre travail en ancrant vos chansons dans un terreau extérieur ? Et où se trouve Gabriel Kahane derrière toutes ces histoires ?
Excellente question. D'abord j'aimerais dire que les deux albums qui ont précédé The Ambassador sont bien plus confessionnels [Gabriel Kahane et Where are the arms, NDLR], au sens propre du terme, plus personnels que les autres. Mais au fond, je crois que quel que soit le sujet, la façon de l'aborder relève de quelque chose de très personnel. C'est le cas comme je l'ai dit pour The Ambassador. Qui plus est la première et la dernière chanson font référence à des choses bien plus personnelles que les autres. L'adresse qui accompagne la chanson Black Garden est celle de la maison où j'ai écrit une grande partie de l'album. Cette chanson est même une sorte d'introduction aux questions que je me pose sur Los Angeles. Il y a cette strophe qui dit : « In this black garden / I once called the selfish city / I try to calculate the anguish / And the anger and all the aspirations / Of the millions who have lived here / And will live in desperation » (que l'on pourrait traduire par : « Dans ce jardin noir / Que je qualifiais jadis de ville égoïste / J'essaie de mesurer l'angoisse / Et la colère et toutes les aspirations / Des millions de gens qui ont et vont vivre ici dans la désespérance », NDLR).

C'est une manière de dire que moi, Gabriel Kahane, je ressens la peine de tous ces gens et que je vais tenter d'enquêter sur cette sensation. Je pense que tous les personnages qui habitent cet album sont une part de moi. Alors même quand il ne s'agit pas complètement de moi, il y a beaucoup de moi dans tout ce que je raconte. Dans un sens, c'est moi, même quand ce n'est pas moi.

Vous savez quand un romancier raconte l'histoire de personnages on ne cesse de lui dire qu'il est ces personnages. Quand un songwriter fait la même chose, on dit qu'il se met à distance et je trouve ça très ennuyeux. Le processus est pourtant le même. Quand on écrit des chansons, l'implication émotionnelle est la même, on habite nos personnages de la même façon. Mais la tradition confessionnelle est si forte dans la musique populaire que nous nous retrouvons avec une sorte d'assignation à parler de nous mêmes. Pour le meilleur ou pour le pire, on ne peut échapper à soi-même quand bien même on écrirait sur les autres.

Cette impression vous concernant est néanmoins renforcée par l'intérêt que vous semblez avoir à vous intéresser et à vous glisser dans la psychologie de vos personnages...
Je pense qu'explorer la psychologie des autres est peut-être plus intéressant qu'écrire directement sur soi. Peut-être que cela vient en grande partie du fait que ma vie n'est elle-même pas très intéressante (rires). Le monde est si vaste que la moindre des choses est quand même d'être capable de regarder à l'extérieur de soi-même.

Tout est une histoire d'empathie et je crois que la meilleure chose que le cœur puisse faire c'est d'exprimer de l'empathie. Que ce soit au théâtre, en littérature, en musique. Notre monde, et l'Amérique en particulier, est en train de mourir d'un déficit d'empathie. Si l'on parvient à parler de soi tout en s'intéressant à l'esprit des autres, à la vie de quelqu'un d'autre, c'est un bon moyen de rendre à nouveau possible l'empathie et de l'exprimer. Bon, ma mère est psy, peut-être que c'est quelque chose qui a influencé ma manière d'écrire et de voir les choses.

Vous allez jouer ici à Lyon, aux Subsistances, avec le Quatuor Debussy. Vous avez déjà joué The Ambassador sur scène dans de nombreuses configurations, y compris orchestrales, comment avez-vous travaillé cette adaptation scénique de l'album pour cette mini-tournée française qui passe aussi par la Philharmonie de Paris et le lieu unique à Nantes ?
Marc Cardonnel de Rain Dog Prod est très ami avec le Quatuor Debussy et c'était son idée de nous présenter. Le but était de donner une approche nouvelle de l'album qui soit adaptée à un public qui le connaissait peut-être peu, en le débarrassant d'un certain nombre d'éléments orchestraux. Pour le rendre plus direct d'une certaine manière.

J'ai une certaine expérience avec les quatuors à cordes, notamment parce que je viens d'achever une tournée américaine avec le merveilleux Brooklyn Rider Quartet. Et nous allons reproduire ces arrangements ici avec le Quatuor Debussy. Il y aura des chansons de The Ambassador, d'autres d'albums précédents comme Where are the arms, peut-être aussi quelques morceaux tirés de ce nouvel album de musique de chambre intitulé The Fiction Issue. Et quelques chansons en solo. C'est pour moi très confortable de venir jouer en France dans ces conditions avec ces arrangements de cordes qui nous semblaient parfaits pour mettre en lumière ma musique.

Propos recueillis par Stéphane Duchêne

Gabriel Kahane & Quatuor Debussy
Aux Subsistances le jeudi 24 mars

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 février 2020 Il n'aura échappé à personne que Gabriel Kahane est l'un de nos chouchous, nous qui l'avions invité lors d'un Petit Bulletin Live à livrer son premier concert (...)
Mardi 2 avril 2019 Le Guardian, qui a vu passer du gibier, dit de lui qu'il est le plus grand songwriter de son temps, ce qui vous pose son bonhomme. En tout cas, un (...)
Mardi 19 juin 2018 Cordes en ballade, 20e édition ! Toute en joie, en étonnements multiples, en convivialité : le pari initial a dépassé les espérances.
Lundi 30 octobre 2017 La première édition du Petit Bulletin Festival s'est achevé ce dimanche 29 octobre en La Chapelle de la Trinité. Une première réussie avec trois concerts complets mais surtout trois moments hors-du-temps dans la droite ligne de l'ambition du...
Mercredi 20 septembre 2017 ​Dans le cadre unique de la Chapelle de la Trinité, Keren Ann honorera l'invitation du Petit Bulletin festival de venir illuminer d'arrangements pour cordes ses plus belles chansons avec la complicité de l'indispensable Quatuor...
Mardi 20 juin 2017 Pour sa 19ème édition, le festival Les Cordes en Ballade nous emmène parcourir le monde entier à la rencontre des "cultures en harmonie". Au cœur de l’Ardèche méridionale, le Quatuor Debussy, initiateur de l’évènement, a su conquérir un large...
Mardi 13 juin 2017 C'est décidé ! Nous lançons notre propre festival, en partenariat avec nos amis de Rain dog productions et en coréalisation avec Les Grands Concerts ! La suite logique des PB Live itinérants, qui se sont baladés dans la cité depuis novembre 2013,...
Vendredi 19 mai 2017 En Petit Bulletin Live à la Comédie Odéon le 21 mai, Thomas Dybdahl, c'est 15 ans d'une impeccable carrière et de morceaux à frémir. En 15 clips ou sessions live, 15 morceaux piochés au long de la riche discographie du songwriter norvégien, nous...
Jeudi 9 mars 2017 Prodige précoce de la mandoline et du bluegrass, compositeur hors-pair et touche-à-tout brillant dans l'art de la reprise décalée (Bach, les Strokes, Radiohead...) l'Américain Chris Thile viendra, lors d'un PB Live aux Subsistances, faire étalage de...
Mercredi 15 février 2017 Découvert en 2002 avec un chef d'œuvre notoirement passé sous le radar, ...That Great October Sound, qu'ouvrait un titre lourd de sens, From Grace, voilà 15 (...)
Mercredi 2 novembre 2016 Les PB Live, ce sont ces concerts un brin décalés que nous aimons partager avec vous, conçus avec nos amis de Rain Dog Productions, en des lieux peu visités et avec des artistes qui nous fascinent, mais encore peu mis en lumière. Voici le prochain.
Mardi 4 octobre 2016 Virtuose de la mandoline, Chris Thile a dépoussiéré cet instrument dont il est le plus solide représentant sur la planète. Véritable institution aux USA, il (...)
Mardi 19 avril 2016 Génie au destin contrarié et tragique, tiré d'une retraite que l'on pensait définitive par une poignée de fans français, Peter Milton Walsh aka The Apartments vient se livrer sur scène en trio acoustique.
Mardi 29 mars 2016 Jeudi soir 24 mars, c'est Gabriel Kahane, petit génie new-yorkais inconnu qui a continué, accompagné du Quatuor Debussy, l'année 2016 des Petit Bulletin Live, concoctés par Rain Dog Productions. Dans le Hangar des Subsistances, empli d'un public...
Jeudi 31 mars 2016 Virtuose aux talents multiples comme New York en a produit de bien beaux ces derniers temps, compositeur — au sens classique du terme — songwriter, storyteller, Gabriel Kahane est surtout un génie, d'une grande humilité, de la variation sur un même...
Jeudi 4 février 2016 On en n'avait même pas rêvé, Rain Dog Prod l'a fait : un PB Live avec les mythiques Apartments de Peter Milton Walsh, (vrai-faux) groupe australien à (...)
Mardi 5 janvier 2016 Entre Polna, Neil Young, les Insus et même le retour du plus si jeune Jon Spencer (porté pâle au printemps), les aînés seront là en force en 2016. Mais la jeune garde veille et ne s'en laissera pas compter.
Vendredi 18 décembre 2015 Ça y est, le Petit Bulletin Live additionnel de Yael Naim et du Quatuor Debussy (le 31 janvier à la Chapelle de la Trinité) est lui aussi complet. Vous (...)
Mercredi 25 novembre 2015 Il y a peu, nous avions le regret de vous annoncer l'annulation du PB Live de San Fermin – le groupe ayant choisi de prendre ses distances (...)
Mardi 15 septembre 2015 À la faveur d'un concert d'après Fourvière au Lavoir Public, le 15 juin dernier, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) (...)
Mercredi 24 juin 2015 «Le violon, de deux choses l’une ; ou tu joues juste, ou tu joues tzigane.» Cet été, Les Cordes en Ballade tordent le cou à cette chanson de Bobby Lapointe et prennent pour thème "Alla Zingarese" : à la tzigane. Philippe Yves
Mardi 9 juin 2015 En 2013, les Nuits de Fourvière étaient illuminées par "Opus", rencontre au sommet de la compagnie Circa et du quatuor Debussy le temps d'une vision sublimée d'un art collectif. Bonne nouvelle, celles de 2015 le sont aussi. Charline Corubolo
Mercredi 25 mars 2015 Des adieux, des retrouvailles, des rencontres : bien que moins surprenante que sa prédécesseur, la 22e édition des Nuits de Fourvière promet son lot d'émotions fortes. Benjamin Mialot
Dimanche 8 mars 2015 C'était le 12 juin 2014. Sous une chaleur accablante, Alela Diane faisait littéralement suffoquer la Salle Rameau lors du dernier PB Live de la saison (...)
Mardi 2 décembre 2014 Magie du Temple Lanterne ou des deux invités de cette soirée ? Les deux sans doute. Toujours est-il que vendredi soir, lors de la première de la saison 2 du (...)
Vendredi 14 novembre 2014 En 25 ans d'une belle amitié musicale, Piers Faccini et Vincent Segal n'ont jamais cessé, dans leurs chambres ou sur scène, de revisiter les chansons des autres - mais aussi les leurs. Et viennent enfin d'en tirer un très beau disque, "Songs of Time...
Mardi 23 septembre 2014 En ouverture de sa saison 2, le PB Live accueillera la rencontre soyeuse entre le violoncelliste polymorphe Vincent Segal et l'Anglo-italien aux semelles de vent et à la voix de velours Piers Faccini. Le projet pour nom "Songs of Lost time". On...
Jeudi 10 juillet 2014 Le premier est un songwriter aux semelles de vent et à la voix de mirage, le second un émérite violoncelliste à tout faire, le pitre (au sein de Bumcello) (...)
Jeudi 26 juin 2014 En plein cœur de l’Ardèche, le Festival Cordes en Ballade prépare une seizième édition latine. Le Quatuor Debussy à la commande depuis l’origine, on s’attend à de l’inattendu, forcément ; à de l’humour et du décalage parfois ; à de la haute volée...
Mardi 10 juin 2014 Ronan Siri a des airs d'adolescent mais une voix qui fait largement plus que son âge. A vingt-quatre ans, le jeune Lyonnais a déjà pas mal de bouteille. (...)
Mardi 3 juin 2014 Sept ans après sa création à (feu) la Biennale du Théâtre jeune public, voici revenir "Jérémy Fisher", conte lyrique sur l’altérité et le courage d’être soi. On replonge. Nadja Pobel
Samedi 12 avril 2014 Découvert à l'automne sur la foi d'un album à se damner lointainement inspiré d'un célèbre roman d'Hemingway, San Fermin s'affirme comme l'une des plus fascinantes formations musicales de ces derniers mois. A sa tête, le jeune prodige Ellis...
Vendredi 7 février 2014 Nous avons l'honneur et la fierté de vous annoncer que la première date de la tournée française de San Fermin, formidable octuor de Brooklyn que d'aucuns (...)
Mardi 28 janvier 2014 Le Londonien Benjamin Clementine a été la sensation de l’hiver musical, enflammant notamment les Transmusicales de Rennes. Il y a de fortes chances qu’il en fasse de même au Sucre pour la deuxième édition du Petit Bulletin Live. Attention claque en...
Lundi 9 décembre 2013 Le 17 novembre dernier, Rosemary Standley, Dom La Nena et leur projet "Birds on a Wire" ont plongé la Chapelle de la Trinité dans un état de grâce absolu à l’occasion de la première de PB Live. En exclusivité mondiale, le Petit Bulletin et Rain Dog...
Jeudi 17 octobre 2013 Pour la première édition de PB Live, Rosemary Standley et Dom La Nena se produiront à la Chapelle de la Trinité le 17 novembre en duo violoncelle-voix. Au menu : "Birds on a Wire", un répertoire de reprises surprenantes courant de Monteverdi à John...
Mardi 18 juin 2013 Pour la quinzième édition de Cordes en Ballade, intitulée "De Bach à Haydn, la musique en héritage", le quatuor Debussy a mijoté une programmation culottée et jouissive, remplie de petits objets musicaux rares. Pascale Clavel
Dimanche 26 février 2012 Dans le monde confidentiel de la musique de chambre, le Quatuor Debussy fait office d’ovni bienvenu. Il propose à l’infini des rencontres avec des univers artistiques étonnants : choc esthétique assuré. Depuis plus de vingt ans, les quatre...
Jeudi 29 septembre 2011 L’Opéra de Lyon ouvre sa saison avec un Nez d’anthologie, étonnant et déconcertant, celui de Dimitri Chostakovitch, compositeur russe plus connu pour sa musique de chambre sombre et bouleversante, que le quatuor Debussy fera entendre en parallèle de...
Jeudi 17 mars 2011 Pendant le Festival Mozart, le très fameux Requiem va sonner, mais de manière toute particulière et déroutante. Le lundi 28 mars, dans la grande salle de (...)

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !