Melville : Son nom est stetson

Le Cercle rouge
De Jean-Pierre Melville (1970, Fr-It, 2h30) avec Alain Delon, Bourvil...

On a tendance à voir dans le polar un genre par essence américain, essaimant de façon univoque sur les autres continents et cultures. S’il suffisait d’un homme pour dénoncer ce postulat, il aurait un chapeau de cowboy et des lunettes teintées d’aviateur californien. Son nom ? Jean-Pierre Grumbach, dit Melville, cinéaste français comptant parmi les plus déterminants stylistes du 7e art ; auteur d’œuvres épurées jusqu’à l’abstraction cristalline, et maître incontesté de plusieurs générations de réalisateurs nippons, étasuniens ou européens, revendiquant avec déférence son ombre tutélaire.

Franc-tireur dans l’industrie, partisan d’un contrôle total de ses productions, Melville a su également extraire de ses comédiens une fascinante quintessence : d’abord, la grâce féline du jeune Belmondo ; ensuite, l’aura hiératique d’un Delon minéral. Deux de leurs trois collaborations ont été retenues par le cycle Ciné-Collection pour illustrer l’œuvre au noir de Melville : Le Samouraï (1967) bien sûr, où le comédien, mutique et glacial, trouva les contours de son personnage totémique ; et Le Cercle rouge (1972), le plus contemplatif de tous les casses de bijouterie, servi par une distribution aussi hallucinante que les visions causées par le délirium tremens du personnage joué par Montand.

Enfin, parce que Melville, ancien résistant, a consacré à la période 39-45 des films privilégiant aux fresques bouchères les récits d’affrontements psychologiques ou les tensions individuelles, il faut ajouter L’Armée des ombres (1966) monument votif aussi coupant qu’une nuit de novembre. Un triptyque essentiel. VR

Rétrospective Melville
Dans les salles du Grac jusqu’au 2 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 6 décembre 2016 Deux nouveaux restos mettent au placard les flaflas et les prétentions et envoient au déjeuner des formules bistrotières à moins de 20€.
Mardi 22 mars 2016 Porté par le succès d’Hippocrate, chronique du monde impitoyable des carabins et des mandarins, le Dr Lilti renouvelle son ordonnance dans l’univers des blouses blanches en se focalisant sur un malade très singulier, puisqu’il prend soin des autres.
Mardi 6 octobre 2015 Deux ans après l'hommage que lui a rendu par Quentin Tarantino en ouverture, Jean-Paul Belmondo fait son retour au festival Lumière. Il accompagnera (...)
Mardi 5 mai 2015 Ce 8 mai, on fête le 70e anniversaire de la victoire alliée au cours de la Seconde Guerre mondiale ; et il était un temps où les chaînes de télévision (...)
Mardi 3 février 2015 Ce mois-ci, la Ciné-collection du GRAC propose un film essentiel, dans notre panthéon personnel de l’histoire du cinéma : Monsieur Klein. Loin d’être une (...)
Mercredi 8 janvier 2014 La rétrospective que lui consacre l’Institut Lumière est l’opportunité de redécouvrir le cinéma de Jean-Pierre Melville, et en particulier ses films noirs mythiques, dont l’origine est à chercher dans l’expérience de la résistance et sa...
Vendredi 4 octobre 2013 Ouverture ce lundi du cinquième festival Lumière, avec d’ores et déjà un engouement exceptionnel lié à la venue de Quentin Tarantino. Mais il ne sera pas le seul invité prestigieux de cette édition… Christophe Chabert
Jeudi 4 juillet 2013 Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)
Mercredi 5 juin 2013 Eldorado commercial à la formule perdue, le cinéma français populaire de qualité des années 60 et 70 se déguste aujourd’hui avec un zeste de nostalgie et un fond (...)
Dimanche 29 janvier 2012 La synergie entre Positif et l’Institut Lumière, devenue co-éditrice de cette excellente revue, continue avec la nouvelle programmation de la rue du (...)
Mercredi 8 mars 2006 Musique / Nick Talbot est un authentique inadapté. Vivant à Bristol, où les ébats entre dub soul et hip-hop donnèrent naissance au trip-hop dans les années 90, (...)
Mercredi 6 février 2008 De Thomas Langmann et Frédéric Forestier (Fr-All-Esp-It, 1h55) avec Gérard Depardieu, Clovis Cornillac, Alain Delon, Benoît Poelvoorde...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter