Dégradé : un brillant film sur Gaza

Dégradé
Tarzan et Arab Nasser (Fr-Lib-Pal, 1h23) avec Hiam Abbass, Miasa Abd Elhadi...

de Arab & Tarzan Abu Nasser (Pal/Fr/Qat, 1h23) avec Hiam Abbass, Maisa Abd Elhadi, Manal Awad…

À quoi reconnaît-on un “bon” film de guerre ? Certainement pas au volume de ses reconstitutions méthodiques de combats, ni au réalisme hurlant de ses étripages ; plutôt à la manière dont il donne à partager l’atmosphère pesante d’un conflit — cette oppression qui s’exerce par contamination directe sur les civils, et pollue leur existence comme une maladie collective en s’insinuant dans tous les interstices de leur quotidien.

Dégradé est un “bon” film de guerre parce qu’il se joue dans le huis clos d’un salon de coiffure, autrement dit un lieu anodin cultivant une image de frivolité, de superficialité, où les clientes incarnent une forme de résistance face à l’absurdité du contexte gazaoui. Parce qu’il nous montre comment chacune tente de surmonter la menace chronique, de s’accommoder des privations, de répondre de manière pragmatique à la logique de mort ambiante.

Dégradé ne rend pas extraordinaires des situations qui le sont pourtant toutes (y compris la présence d’un lion domestique dans la rue !), parvient à représenter la proximité menaçante du front de manière ultra-réaliste… tout en s’abstenant de le filmer. Il y a autant d’intelligence dans la réalisation que d’éthique dans l’approche des frères Nasser, plus intéressés par le ressenti des victimes collatérales, que par les incompréhensibles revendications des factions rivales s’entretuant avec obstination. Pour eux, les conséquences d’une bombe ayant plus d’impact que la bombe elle-même, il est plus judicieux de s’attacher à celles et ceux qui craignent de la recevoir, plutôt qu’à la soldatesque qui la lance.

Formidable creuset, Dégradé réunit un ensemble de comédiennes brillantes portant des voix dissonantes mais représentatives d’une société qui, pourtant, les entend rarement. Le public masculin gagnerait à aller les écouter.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 25 avril 2022 Toujours curieux et singulier, le festival Superspectives accueille cette année quelques grands noms de la musique contemporaine et expérimentale : Gavin Bryars, Alvin Curran, Charlemagne Palestine…
Mercredi 3 avril 2019 Un apprenti scénariste palestinien peu imaginatif se fait dicter les rebondissements de la série politico-sentimentale sur laquelle il trime par un gradé israélien. Sameh Zoabi répond à l’absurdité ambiante par une comédie qui ne l’est pas moins… À...
Mardi 11 avril 2017 Pour sa troisième édition, le festival du film palestinien se place sous les auspices d’un parrain de prestige, Costa-Gavras. Cinéaste et humaniste, il (...)
Samedi 22 juin 2013 Connus ou méconnus, des artistes contemporains de toutes nationalités viennent régulièrement travailler sur les presses de l’URDLA. Le centre international (...)
Lundi 15 juin 2009 De Cherien Dabis (Can-ÉU-Koweït, 1h32) avec Nisreen Faour, Hiam Abbass…
Mardi 15 avril 2008 d'Eran Riklis (Israël-Fr-All, 1h46) avec Hiam Abbass, Ali Suliman...
Mercredi 16 mars 2005 d'Eran Riklis (Fr-Israël-All, 1h37) avec Hiam Abbass, Makram J. Khoury, Julie-Anne Roth...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X