Élie Chouraqui : « On a le droit et le devoir de montrer ”l'immontrable“ »

L'origine de la violence
De Élie Chouraqui (Fr-All, 1h50) avec Richard Berry, Stanley Weber...

Trois questions à / Choc des Rencontres cinématographiques du Sud d’Avignon, où il a été projeté en avant-première, L’Origine de la violence a été présenté par un Élie Chouraqui combatif et serein.

Y a t-il de la violence en vous ? Avez-vous réussi à en déterminer l’origine ?
Il y en a, oui. J’ai fait un peu d’analyse, je me suis fait “suivre”, comme on dit, parce que j’avais des questions auxquelles personne n’avait répondu. Des vides dans mon passé, des inquiétudes, des angoisses — qui m’habitent toujours, qui ne sont pas complètement dissipées — m’empêchant parfois de “bien” vivre. J’avais tendance à me mettre dans des situations désagréables alors que ce n’était pas du tout indispensable. J’ai compris pourquoi. Maintenant, je vais mieux (rires). Je suis beaucoup plus apaisé.

à lire aussi : L’Origine de la violence : prodigieusement intéressant

Vous évoquez à travers le film les interdits pesant sur la représentation des camps d’extermination — et l’impossibilité de montrer des déportés en train de rire. C’est rare…
Ce principe de Claude Lanzmann, selon lequel on ne montre pas l’immontrable, c’est comme un lieu commun, c’est stupide. Pardon pour Lanzmann, pour lequel j’ai beaucoup de respect, mais il n’est pas question de garder les choses mystérieuses, sans en parler. Il faut au contraire tout montrer et tout analyser — si possible avec talent et intelligence. On a non seulement le droit, mais aussi le devoir de le faire. Sinon, que restera-t-il à mes arrières-petits-enfants ? Uniquement des documentaires ? Croyez-vous que dans 150 ans, ils regarderont Shoah ? La majorité de ceux qui seront touchés le seront par le film de Spielberg et les autres fictions…

En avez-vous parlé avec lui ?
Lanzmann est un homme rigide. C’est un peu compliqué d’avoir une conversation avec lui…

Est-ce facile de faire une coproduction avec l’Allemagne sur un tel sujet ?
Ils sont demandeurs, mais de moins en moins. En revanche, les jeunes acteurs le sont. Pour que Lars Eidinger accepte de s’habiller en SS, il faut une implication forte de sa part. D’ailleurs, la première scène qu’on a tourné avec lui a été coupée : Lars s’était mis à sangloter pendant un quart d’heure, c’était bouleversant. Les Allemands sont totalement concernés par ce qui s’est passé, ils sont dans la rédemption, dans un espoir de résilience. Mais n’est-il pas plus facile pour le petit-fils d’une déportée de vivre, que pour le petit-fils d’un nazi ? Là est la vraie question…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 6 mars 2020 Comme chaque année à la mi-mars, c’est à Avignon qu’il faut se rendre pour faire une moisson d’avant-première et de séances en présence d’équipes ! D’autant (...)
Mardi 12 mars 2019 On aime de plus en plus ce rendez-vous dans la cité du pont Saint-Bénézet, devenu Festival des Montreurs d’images, où tous les professionnels se (...)
Lundi 24 septembre 2018 Somme documentaire parlant de la Solution finale, Shoah fut réalisé en l’absence d’images d’archives à partir de témoignages collectés pendant des années par (...)
Lundi 3 septembre 2018 Star majuscule de l’automne dans le quartier Monplaisir (et l’ensemble de la Métropole), la future récipiendaire du 10e prix Lumière verra un choix de ses (...)
Mardi 13 mars 2018 À la fois rencontre professionnelle et manifestation ouverte au public, les Rencontres du Sud d’Avignon ont fait leur mue pour devenir l’an dernier le (...)
Mercredi 24 février 2016 Pour connaître les tendances cinématographiques des prochains mois, direction Avignon et ses Rencontres du Sud. La manifestation conviviale, qui se déroule (...)
Jeudi 14 mai 2009 La troisième édition des Assises Internationales du Roman sera précédée dimanche d’un entretien avec l’immense Claude Lanzmann autour de son livre, Le Lièvre de Patagonie, dans lequel il relate sa traversée du siècle. Yann Nicol

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !