Trois questions à... Jean-Luc Gaget

L'effet aquatique
De Solveig Anspach (Fr-Isl, 1h23) avec Florence Loiret-Caille, Samir Guesmi...

Scénariste de L’Effet aquatique, mais aussi des films précédents de Sólveig Anspach, Jean-Luc Gaget a accompagné tout le film jusqu’à son montage après le décès de la réalisatrice, le 7 août 2015.

Pourquoi avoir choisi des personnages de maîtres-nageurs ?
Avec Sólveig, on était allés voir Deep End de Jerzy Skolimowski et on avait adoré — on en était raides dingues ! En sortant, on s’est dit : « on va écrire un film qui se passera dans une piscine », et c’est parti de là. Dans le film précédent, Queen of Montreuil, le personnage d’Agathe faisait du documentaire — mais ça ne marchait pas fort, donc elle pouvait très bien devenir maître-nageur (rires). Et sans Deep End, elle aurait pu travailler dans un supermarché. En plus, une piscine, ça peut être très glauque… Mais Sólveig, avec la chef-opératrice Isabelle Razavet, a rendu ce lieu super sensuel, acidulé. Ça amène beaucoup de poésie.

 lire aussi : "L’Effet aquatique" : romance comique en Islande

Teniez-vous à conclure par un happy end votre trilogie ?
C’est un suite sans être une suite : on a repris les personnages de Back Soon et de Queen of Montreuil, mais on n’a pas besoin de voir les deux autres. C’est parce que l’on a coupé une scène où Samir et Agathe se croisaient dans la première version de Queen of Montreuil que ce film a été possible. Quant au happy end, oui : dès l’écriture, le but était de boucler la boucle de la trilogie en emmenant le spectateur dans l’atmosphère d’une comédie romantique. Et une comédie romantique qui se termine mal, c’est bizarre ! (sourire)

Sólveig Anspach est décédée pendant le montage. Comment avez-vous vécu l’achèvement du film, puis ses premières projections ?
Solveig avait travaillé sur les deux-tiers du montage. On l’a terminé avec sa monteuse, l’équipe et notre producteur Patrick Sobelman en septembre. Déjà que le film avait été difficile à monter : nous n’avons même pas eu l’avance sur recettes et seulement 27 jours de tournage en deux phases (10 jours en octobre en piscine à Montreuil, puis 17 jours en mai en Islande). Alors ensuite, le fait d’aller à Cannes dans la Quinzaine des Réalisateurs a été extraordinaire pour le film, pour nous. C’était une sorte d’apothéose par rapport à notre aventure avec Sólveig. On ne voulait pas que le film sorte entre deux portes. La projection a été émouvante, et l’on a remporté le prix de la SACD. C’est ce que l’on appelle avoir les planètes qui s’alignent…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mercredi 15 janvier 2014 De Solveig Anspach (Fr, 1h27) avec Karin Viard, Bouli Lanners, Claude Gensac…
Mardi 19 mars 2013 De Solveig Anspach (Fr, 1h27) avec Florence Loiret-Caille, Didda Jonsdottir…
Jeudi 6 septembre 2012 Noémie Lvovsky signe son meilleur film avec cette comédie à la fois burlesque et mélancolique où une quadragénaire revit ses 16 ans, retrouve ses parents défunts et son grand amour. Comme si Nietzsche, Coppola et la psychanalyse étaient passés à la...
Jeudi 10 février 2011 De Stéphanie Chuat et Véronique Reymond (Suisse-Lux, 1h27) avec Michel Bouquet, Florence Loiret-Caille…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !