Sorties cinema de la rentrée 2016 : Comme un (faux) air de déjà-vu

Ma vie de courgette
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation

Un semestre en salles / Un Harry Potter, un Star Wars, un Marvel, un Loach Palme d’Or… Non non, nous ne sommes pas victimes d’un sortilège nous faisant revivre en boucle la dernière décennie. Regardez d’un peu plus près : c’est dans les détails que se nichent les nuances…

Après un gros premier semestre dévolu aux blockbusters, la fin de l’année accueille traditionnellement le cinéma d’auteur — exception faite des incontournables marteaux-pilons de Thanksgiving et Noël, conçus pour vider une bonne fois pour toutes les goussets des familles. Les candidats 2016 sont, dans l’ordre, Les Animaux fantastiques de David Yates (16 novembre), spin off de la franchise Harry Potter et Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards (14 décembre). Qui de Warner ou Disney l’emportera ?

à lire aussi : Agnès Varda : « J’ai été photographe, un petit peu… »

Un peu avant (26 octobre), Benedict Cumberbatch tentera de déployer la bannière Marvel dans le film de Scott Derrickson, Doctor Strange — un second couteau parmi les superhéros. Cette impression d’avoir à faire des versions alternatives ou dégraissées de vieilles connaissances se retrouve aussi chez Tim Burton qui signe avec Miss Peregrine et les enfants particuliers (5 octobre) un nouveau conte fantastique sans Helena Bonham Carter, ni Johnny Depp, ni son compositeur fétiche Danny Elfman ! Au moins, on peut espérer un souffle de fraîcheur…

À vitesse de Croisette…

En fait, les mois à venir seront surtout rythmés par la progressive divulgation du palmarès cannois dont l’intégralité demeure, fait rare, toujours inédite. Il faudra cependant encore patienter pour la nouvelle Palme d’Or attribuée à Ken Loach et son admirable Moi, Daniel Blake (26 octobre). Un cri de détresse et de solidarité en direction de la classe laborieuse laminée d’abord par le libéralisme thatchérien, puis par l’humiliante bureaucratie britannique, dont on aimerait surtout qu’il puisse secouer quelques consciences confites dans la graisse de leurs privilèges outre-Manche.

à lire aussi : La rentrée de l'Institut Lumière : feux croisés

D’ici là, vous aurez droit au Grand Prix concédé à Xavier Dolan pour son adaptation “All Star Game” de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du Monde (21 septembre). Les Prix d’interprétation masculine et féminine sortiront respectivement plus tard : Le Client d’Asghar Farhadi, également Prix du scénario (9 novembre) et Ma’ Rosa de Brillante Mendoza (30 novembre).

On est très curieux de découvrir Baccalauréat (7 décembre) un conte moral ayant valu à Cristian Mungiu l’un des deux Prix de la mise en scène ; en revanche, n’y a pas grand chose à attendre de Personal Shopper (14 décembre), son (incompréhensible) ex-æquo, un exsangue film de spectre et une morne prolongation du ticket de l’indolente Kristen Stewart dans l’univers d’Assayas. Quant au Prix du Jury, American Honey de l’Anglaise Andrea Arnold, il n’est pour l’instant pas daté…

Reprenons un peu d’auteur

Reparti bredouille, Aquarius de Kleber Mendonça Filho (28 septembre) mérite d’emporter les faveurs du public. Dans ce combat du pot de terre contre le pot de fer, l’ancienne femme-araignée de Babenco fait face avec détermination à un jeune promoteur aux dents longues et aux manœuvres déloyales. Davantage qu’une histoire de propriété immobilière, c’est tout à la fois un western, une fable morale, un conte philosophique aux accents melvilliens et une réflexion sur le temps.

Et puis il faut se préparer à un choc merveilleux : le formidable et déjà multi-primé Ma vie de courgette, de Claude Barras (19 octobre), un film d’animation en stop-motion bouleversant parlant avec simplicité de l’enfance en difficulté. Entièrement tourné à Villeurbanne sur un scénario de Céline Sciamma, il sera le futur représentant de la Suisse dans la course aux Oscars. Restons en famille avec le Captain Fantastic campé par Viggo Mortensen à la tête de sa smala contestataire dans un surprenant road movie alternatif de Matt Ross contournant moult lieux communs (12 octobre).

Le fond de l’air est trouble

Ken Loach ne sera pas le seul à serrer les poings : avec Snowden, Oliver Stone revient à la vie artistique et combative en retraçant le parcours du lanceur d’alerte homonyme, ayant dénoncé l’intrusion des agences d’État dans la sphère privée — favorisée par les mastodontes de la net-économie. Un épatant Joseph Gordon-Levitt incarne l’informaticien dans ce film au poids politique d’autant plus marqué que sa sortie coïncidera avec les élections étasuniennes (2 novembre).

Eu égard à leur carrière, on passera sous silence La Fille inconnue des Dardenne (12 octobre), fable effectivement dramatique sur la responsabilité individuelle n’ajoutant rien à leur gloire, pas plus qu’à celle d’Adèle Haenel ou de Jérémy Rénier. On recommande plutôt Trashed de Candida Brady (16 novembre). Un documentaire sainement alarmiste et édifiant mené par par Jeremy Irons qui s’intéresse à une espèce d’ordure : l’omniprésent plastique lequel, justement, empoisonne les nôtres et finit par contaminer tout le vivant. Plus de pertinence et moins d’angélisme niais sur le sujet : il était temps !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 11 mai 2022 Alors que son film posthume Plus que jamais réalisé par Emily Atef sera présenté dans la section Un certain regard du 75e festival de Cannes, l’Aquarium (...)
Mercredi 22 mars 2017 Depuis 1991, Rhône-Alpes cinéma se pose en productrice des films produits sur son territoire. Naviguant entre échecs et beaux succès critiques ou publics, cette activité joue sur la santé économique de la région et son prestige extérieur. 25 ans...
Mardi 14 mars 2017 Comment transformer ses mots en images ? Vaste problématique à laquelle tout scénariste se confronte. Pour tenter d’élucider ce mystère et d’initier les (...)
Mardi 14 février 2017 Dans le créneau compétitif du film d’animation pour enfants, l’alternative au blockbuster formaté existe : elle vous attend dans 28 salles de l’agglomération (...)
Mardi 7 février 2017 La trajectoire de Star, ado du Kansas fuyant un foyer délétère, pour intégrer une bande de VRP à son image, cornaqués par un baratineur de première. Un portrait de groupe des laissés pour compte et des braves gens d’une Amérique sillonnée dans toute...
Mardi 7 février 2017 Malgré le Brexit, les relations entre la France et l’Angleterre se portent à merveille du côté de Villeurbanne. Durant une semaine, le festival Ciné O’Clock se (...)
Mardi 10 janvier 2017 En 2016, 700 films ont déferlé sur les écrans — ne vous fatiguez pas à poser la division, cela fait un peu plus de treize nouveautés par semaine. Si tous (...)
Mardi 8 novembre 2016 Conséquence d’une fructueuse récolte dans les marchés internationaux du film, la 21e édition des Rencontres du cinéma francophone s’avère des plus gouleyantes. (...)
Mardi 18 octobre 2016 Après avoir dévoilé l’univers de Wes Anderson et son Grand Budapest Hotel, le Musée Miniature & Cinéma épluche celui de Courgette, tourné à quelques arrêts de bus de là. Quand on dit que le circuit court a du bon…
Mardi 18 octobre 2016 Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, Claude Barras se risque sur des sentiers très escarpés qu’il parcourt avec une délicatesse infinie. Un premier long-métrage d’animation en stop motion...
Mardi 18 octobre 2016 Eh oui, les vacances scolaires sont déjà là… Cette année, elles ont la cocasserie de débuter un mercredi — ce qui époulaille tout le monde, sauf les salles (...)
Mardi 27 septembre 2016 Guerre d’usure entre l’ultime occupante d’un immeuble et un promoteur avide usant de manœuvres déloyales, le deuxième long-métrage du Brésilien Kleber Mendonça Filho tient tout à la fois du western, de la fable morale, du conte philosophique...
Mardi 6 septembre 2016 Programmée par la Société des réalisateurs de films, la Quinzaine des Réalisateurs cannoise s’offre une tournée de rentrée dans 40 cinémas de France parmi lesquels (...)
Mardi 7 juin 2016 Si vous avez suivi d’un œil distrait la compétition cannoise au motif qu’elle concernait des œuvres encore éloignées des écrans, préparez-vous à l’écarquiller : une (...)
Mercredi 12 septembre 2007 Entretien / Michel Raskine, metteur en scène et directeur du Théâtre Le Point du Jour depuis 1995 nous parle de sa folle saison 2007-2008. Propos recueillis par Dorotée Aznar

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter