Agnès Varda : « J'ai été photographe, un petit peu… »

Cléo de 5 à 7
D'Agnès Varda (1962, Fr-It, 1h30) avec Corinne Marchand, Antoine Bourseiller...

Interview / Avant-gardiste malicieuse, toujours en mouvement — même si, de son propre aveu, elle ralentit sa cadence — Agnès Varda fait coup double à l’institut Lumière avec une rétrospective cinéma et une exposition photo. Petit préambule en forme de conversation.

Avez-vous été associée au choix des films présentés à Lyon ?
Pas du tout ! (sourire) Thierry [Frémaux] n’a pas besoin de moi pour choisir. Qu’y a-t-il comme films ? [elle étudie la liste] Ah, Les Cent et une nuits… Je suis contente qu’ils le montrent : en général, il n’est pas choisi dans les rétrospectives. C’est un film mal aimé ; une sorte d’hommage au cinéma traité avec décalage et humour. Une comédie assez légère, comme une fête foraine ou un carnaval, avec des acteurs éblouissants que je n’aurais pas cru diriger un jour : Gina Lollobrigida, Belmondo, De Niro…. J’avais joué la carte des acteurs, parce que l’idée des auteurs, elle passe chez les cinéphiles mais pas tellement ailleurs. Mais les gens ne l’ont pas compris : on ne me donne pas le droit de faire de comédie !

à lire aussi : Rétrospective Varda : Le B.A-BA d’Agnès V.

Peut-être les spectateurs pensaient-ils que vous adopteriez des codes que vous aviez toujours détournés, et que vous cesseriez d’être attentive aux marges de la société…
Vous savez, par mon travail, j’ai acquis une position tout à fait marginale — je suis une championne de la Nouvelle Marge ! (sourires). Dès Cléo de 5 à 7, qui était très radical, je ne faisais pas la même chose que les autres ; j’étais plus préoccupée par la structure de mes films — avant même de m’occuper du scénario. Après, j’ai beaucoup senti ce qui allait se passer sur le plan social parce que j’aime beaucoup les gens. Je n’ai jamais fait de film “chabrolien”, chez les riches ou les nobles ; montrer du doigt la bourgeoisie, ça ne m’intéresse même pas ! Être à l’écoute des autres et des révoltés m’attire plus.

à lire aussi : Varda et ses dames

De plus en plus, puisque désormais vous ne tournez plus que des documentaires…
Dans celui que je viens de finir avec JR et que je suis en train de monter, j’ai rencontré un ouvrier lors de son dernier jour, après quarante ans d’usine. Quand il m’a dit : « J’ai beaucoup travaillé, c’est bien de prendre ma retraite, mais c’est comme si j’étais au bord d’une falaise : il faut que je me jette dans le vide », ça m’a serré le cœur… C’est ça que le documentaire permet d’entendre : la réalité de ce jour-là. Et de ressentir la proximité : seize ans après Les Glaneurs et la Glaneuse, je reçois encore dans ma boîte aux lettres des pommes de terre en forme de cœur… Ça vaut tous les prix, tous les César.

Exception faite de vos années TNP, on connaît peu votre œuvre de photographe. Pourquoi ?
Oui, j’ai été photographe, un petit peu, mais bêtement, je n’ai pas fait de livre de photo. Faudrait que je le fasse, un jour (sourire). Pour moi, la photographie, c’est un mystère formidable : que se passe-t-il juste avant et juste après un instantané ? Et le cinéma est fait de milliers de photographies… Quand on se souvient d’un film, on se souvient non pas de mouvements mais de certaines scènes comme des photographies. Ce qu’il y a à la jointure entre les deux me fascine : à quel moment une photographie se met en mouvement pour devenir du cinéma, et comment dans le cinéma, on fixe des choses.

Vos recherches seront d’ailleurs exposées à Lyon…
J’ai pris une seconde dans une scène de Sans toit ni loi, dans la séquence où Sandrine Bonnaire est attaquée par des personnes déguisées ; et au pire de cette violence, j’ai agrandi un photogramme. En arrachant une image d’un film, c’est beau comme de la peinture : on est dans l’abstraction. Je suis émerveillée que l’on puisse faire ça. Je présente aussi des photos de gens qui marchent, dans le mouvement, faites en Chine en 56-57, au Portugal, avec des Gitans… Et puis des visages de cinéma. Il doit y avoir une douzaine de petits portraits assez discrets : Fellini, Jacques Demy, Claude Berri, Anna Karina, Catherine Deneuve… Ce sont des photographies anciennes. C’est amusant, parce que je suis assez âgée pour les montrer.

L’âge ne vous empêche pas de créer des œuvres, films ou installations contemporaines…
J’ai connu le cinéma quand le son magnétique n’existait pas encore — on mixait en négatif optique ; j’ai connu l’artisanat, j’ai fait du cinéma en artisane. Je suis un “vieux truc du cinéma”, je sais que si je meurs, tout est déjà préparé. Et qu’à chaque nouveau film ou nouvelle installation, les journalistes sont obligés d’ajouter une ligne dans ma nécro, j’y pense tout le temps (rires). Je suis beaucoup dans un sentiment de dernière fois — forcément, à mon âge. Mais j’ai des joies qui sont celles de mon métier. Je suis juste un peu plus fatiguée qu’avant. Alors, je me ménage, parce que jusqu’à la fin d’un film, il y a du boulot !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 1 décembre 2021 Après de rocambolesques péripéties, l’Institut Lumière accueillera bien du 7 au 14 décembre les neuf films du “Festival Netflix“ et sa pluie de grands auteurs, dans un contexte houleux. Récit du feuilleton qui a tourneboulé les “professionnels...
Jeudi 18 novembre 2021 Imaginez la migraine pour les Anglo-saxons : la première cinéaste de l’histoire s’appelait Guy — bon, d’accord de son nom de famille, Alice (1873-1969) (...)
Jeudi 4 novembre 2021 La gamine de la Croix-Rousse prolo a bien grandi. À 70 ans sonnés, la pause du confinement aidant, la comédienne Myriam Boyer fait dans une biographie tout juste parue un retour arrière sur ses vies de cinéma et de théâtre. Où l’on croise...
Lundi 5 juillet 2021 Hommages et déserts au menu de l’Été en Cinémascope 2021, avec en sus de somptueux plats de résistance. Réservez tout de suite un mardi et sept jeudis ; en plus, c’est gratuit !
Vendredi 26 mars 2021 Un mois avant son quatre-vingtième anniversaire, le jour du centenaire de Simone Signoret, Bertrand Tavernier est décédé dans sa propriété de Sainte-Maxime. C’est davantage qu’un cinéaste ou que le président de l’Institut Lumière qui disparaît avec...
Jeudi 25 mars 2021 On vient d’apprendre la disparition à 79 ans du cinéaste, scénariste et producteur Bertrand Tavernier, par ailleurs président de l’Institut Lumière depuis sa création en 1982. Une perte immense.
Vendredi 26 février 2021 Avant les tapis rouges, Thierry Frémaux a longtemps foulé avec une respectueuse gravité les tatamis de judo. Dans "Judoka", un récit où rien ne fait écran à cette part d’intime, le directeur général de l’Institut Lumière/délégué général du Festival...
Jeudi 16 juillet 2020 Deux fois deux Palmes d’Or succèdent donc au double palmé Francis Ford Coppola, et recevront donc le Prix Lumière le vendredi 16 octobre à Lyon. Croisons-les doigts pour que rien n’entrave cette prophétie…
Mardi 10 décembre 2019 Plus le temps passe, plus la place de Matrix dans l’Histoire du cinéma se consolide. La chose s’avère même troublante : rares sont en effet les films à jouir (...)
Mardi 30 avril 2019 L’Institut Lumière célèbre Christopher Nolan qui, en moins de vingt ans, s’est affirmé comme l’un des auteurs qui comptent à Hollywood et ailleurs : dix (...)
Mardi 11 décembre 2018 Voici le genre de soirée auquel on aimerait convier Martin Solveig. Surtout pas pour le charger d’ambiancer les séances — il serait capable de demander (...)
Mardi 3 avril 2018 Avec son récurrent programme Cinématokid, l'Institut Lumière soigne les mirettes de notre progéniture en leur donnant accès au meilleur de l'animation internationale.
Mardi 19 décembre 2017 Tant pis pour les plus jeunes ! L’Institut Lumière n’ayant toujours pas, à l’heure où nous écrivons ces lignes, divulgué les films retenus pour ses “séances (...)
Mardi 28 novembre 2017 Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)
Mardi 29 ao?t 2017 Même si la soirée d’ouverture de la rétrospective Andreï Tarkovski (1932-1986) est prévue mardi 5 septembre autour de L’Enfance d’Ivan, cinq des six films (...)
Mardi 4 juillet 2017 Dans un petit village de la Drôme que rien ne prédestinait à la renommée, Ferdinand Cheval, modeste facteur, a érigé pierre après pierre un palais devenu symbole précurseur de l’art brut. Chaque année, près de cent mille visiteurs viennent admirer...
Mardi 27 juin 2017 Sans vraiment se connaître, une figure tutélaire des arts visuels et une nouvelle tête du street art partent ensemble tirer le portrait de bobines anonymes et dévider le fil de leur vie. Hanté par les fantômes d’Agnès Varda ce buddy-road-movie est...
Mardi 4 octobre 2016 Bibliothèque : bondée. Café du coin : bruyant. Atelier de co-working : complet. Pas de panique : on a déniché les meilleurs lieux pour réviser votre dernier cours de macroéconomie et booster votre créativité.
Mardi 20 septembre 2016 De tous les super-héros capés, Batman est celui auquel chacun(e) s’identifie le plus aisément, puisque sa force réside dans ses faiblesses. Ni extraterrestre, (...)
Mardi 21 juin 2016 Précurseur de la manifestation pluriculturelle Tout l’monde dehors, le rendez-vous estival de l’Institut Lumière joue chaque année à fond la carte de la (...)
Mercredi 4 mai 2016 Seule réalisatrice (ou presque) à avoir accompagné la Nouvelle Vague — qu’elle a même précédée d’une courte pointe avec La Pointe Courte (1955) — Agnès Varda n’est (...)
Mardi 15 mars 2016 Sans un bruit, un nouveau festival a vu le jour à l’Institut Lumière. Une discrétion toute naturelle, puisqu’il est dévolu au muet — vaste pan de l’histoire (...)
Vendredi 5 février 2016 L’information, publiée par Tribune de Lyon, s’est propagée dans la ville comme une traînée de poudre ces derniers jours : l’emblématique Thierry Frémaux, (...)
Mardi 16 février 2016 Après deux quintuples vainqueurs du Tour, Bernard Hinault et Eddy Merckx, le festival Sport, Littérature et Cinéma rend hommage à une autre légende du cyclisme : Raymond Poulidor, éternel second et perdant paradoxal, car unique coureur de l'Histoire...
Mardi 19 janvier 2016 Séparément,  chacun exerce sur le public une attraction confinant à la fascination : que dire alors d’une rencontre entre sport, (...)
Jeudi 10 décembre 2015 Deux ans après Eddy Merckx, c'est un autre cycliste qui donnera le coup d'envoi de la troisième édition des passionnantes rencontres Sport, Cinéma et (...)
Vendredi 9 janvier 2015 Thierry Frémeaux vient de l'annoncer en marge des rencontres Sport, cinéma et littérature : l'Institut Lumière projetera jeudi 15 janvier à 21h le documentaire (...)
Mardi 6 janvier 2015 Invité à ouvrir le festival "Sport et Cinéma" de l'Institut Lumière, Bernard Hinault, quintuple – et dernier français – vainqueur du Tour de France fut aussi, à sa manière, un personnage de cinéma. Le héros de quelques-uns des plus beaux thrillers...
Jeudi 25 septembre 2014 Une jolie pancarte Leroy-Merlin accrochée sur ses grilles ne laissait plus trop planer le doute ces derniers jours, mais il aura fallu attendre sagement (...)
Mardi 15 juillet 2014 Comme dans les années 80, la saison estivale est devenue le moment privilégié pour exposer des classiques dans les salles. La moisson 2014 est belle du côté du Comœdia, avec notamment un thriller génial de John Frankenheimer et les aventures...
Mercredi 7 novembre 2012 La double rétrospective consacrée à Charlie Chaplin commence ce week-end à l'Institut Lumière avec le programme suivant : Samedi 10 novembre 14h30 JEUNE PUBLIC (...)
Jeudi 30 juin 2011 Pour terminer sa saison, L’Épouvantable vendredi s’offre une nuit consacrée au Diable, avec trois films dont deux sont des exceptions par rapport à ses principes initiaux : l’un est un navet, l’autre est une (excellente) comédie. Christophe Chabert
Vendredi 12 novembre 2010 Jusqu’à fin décembre, l’Institut Lumière propose une immanquable rétrospective consacrée à Ernst Lubitsch, génie de la comédie américaine, dont les films font aujourd’hui encore figure de modèles par leur rythme endiablé et leur perfection...

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !