"Ma vie de courgette" : gratin d'amour sauce résilience

Ma vie de courgette
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation

Le film / Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, Claude Barras se risque sur des sentiers très escarpés qu’il parcourt avec une délicatesse infinie. Un premier long-métrage d’animation en stop motion vif et lumineux ; un chef-d’œuvre.

Que vous soyez un enfant de 5 ou de 105 ans, accordez sans tarder un peu plus d’une heure de votre vie à cette grande œuvre ; elle vous ouvrira davantage que des perspectives : des mondes nouveaux. Ma vie de courgette est de ces miracles qui redonnent confiance dans le cinéma, qui prouvent sans conteste que tout sujet, y compris le plus sensible, est susceptible d’être présenté à un jeune public, sans qu’il faille abêtir les mots ni affadir le propos.

à lire aussi : Ma vie de Courgette : l'envers du décor

« Tout est affaire de décor » écrivait Aragon en d’autres circonstances, ce film l’illustre en traitant successivement d’abandon, d’alcoolisme et de mort parentaux, des maltraitances enfantines, d’énurésie, d’éveil à l’amour et à la sexualité… un catalogue de tabous à faire pâlir le moindre professionnel de l’enfance. Des thématiques lourdes, attaquées de front sans ingénuité falote ni brutalité, amenées par le fil éraillé de l’existence des petits héros du film : Courgette et ses amis vivent dans un foyer, où ils tentent de guérir de leurs traumatismes passés. Où on les entoure de l’amour et l’attention dont ils ont été frustrés. Voilà pour le premier décor.

à lire aussi : Gilles Paris, l’auteur de "Autobiographie d’une courgette"

Dense et intense

Pourquoi est-on à ce point touché par la vérité de ces marionnettes aux couleurs trop irréelles pour représenter la réalité, à ce point confondu par le réalisme de ce cadre épuré ? Sans doute l’image des pantins nous protège-t-elle de la crudité de l’histoire portée par les voix, criantes de vérité et lestées d’une charge psychologique que chaque âge de spectateurs sera à même de déchiffrer.

Claude Barras encapsule le scénario de Céline Sciamma dans son interprétation visuelle et le prodige alchimique de la transmutation opère. Ce second décor qu’il offre à la narration ne fait pas écran : il était le seul possible et acceptable, comme une évidence. Il en va de même pour la durée : atypique de brièveté, mais juste. Barras n’a pas succombé à la tentation d’ajouter une séquence creuse pour atteindre un format plus traditionnel — à l’instar de Philippe Faucon pour Fatima, il raconte dans un temps court et dense ce qu’il a à raconter.

On attend de pied ferme les Oscars, où il devrait concourir (sous bannière helvétique, représentant la patrie de son réalisateur) dans la catégorie meilleur film étranger, mais surtout les Césars : Ma vie de courgette mérite largement d’abord de faire recette, puis d’être la première œuvre d’animation à recevoir la récompense suprême de Film de l’année.

Ma vie de courgette de Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) avec les voix de Gaspard Schlatter, Sixtine Murat, Paulin Jaccoud, Michel Vuillermoz…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 novembre 2023 Et si les Intelligences Artificielles étaient les prolétaires de demain ? Entre SF et polar, ce film d’animation signé Jérémie Périn prône un stimulant rétro futurisme esthétique.
Mardi 8 octobre 2019 C’est une discrétion un peu affligeante qui accompagne la Fête du Cinéma d’Animation. Il faut dire qu’elle manque un poil de lisibilité : elle se déroule durant (...)
Samedi 17 août 2019 Leur ville inexplicablement envahie par des pingouins, un groupe d’enfants profite des vacances pour enquêter. Un songe astrophysique drapé de poésie mythologique, empli de fantaisie. Et de palmipèdes.
Mercredi 1 août 2018 Le cinéma taïwanais en prises de vues réelles connaissait un maître en la personne Ang Lee ; se pourrait-il qu’il se soit trouvé avec Sung Hsin-Yin son équivalent dans le domaine de l’animation ?
Mercredi 22 mars 2017 Depuis 1991, Rhône-Alpes cinéma se pose en productrice des films produits sur son territoire. Naviguant entre échecs et beaux succès critiques ou publics, cette activité joue sur la santé économique de la région et son prestige extérieur. 25 ans...
Mardi 14 février 2017 Dans le créneau compétitif du film d’animation pour enfants, l’alternative au blockbuster formaté existe : elle vous attend dans 28 salles de l’agglomération (...)
Mardi 13 décembre 2016 Quand il n’y a pas de festival de court métrage… il y a la Fête du Court métrage — manifestation succédant au Jour le plus court, en reprenant le même principe (...)
Mardi 18 octobre 2016 Après avoir dévoilé l’univers de Wes Anderson et son Grand Budapest Hotel, le Musée Miniature & Cinéma épluche celui de Courgette, tourné à quelques arrêts de bus de là. Quand on dit que le circuit court a du bon…

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X